Ethique

Le CAS se base sur la charte d'éthique de Swiss Olympic. La mise en oeuvre des 7 principes est un devoir pour tous afin de promouvoir un sport sain, respectueux et loyal. L’éthique et le développement durable doivent faire partie intégrante du sport :

1. Traiter toutes les personnes de manière égale !

Un même traitement pour tous signifie que personne ne doit être défavorisé pour des raisons de nationalité, d’âge, de sexe, d’orientation sexuelle, d’origine sociale, d’opinions politiques ou religieuses.

Parmi les sportifs, on trouve des personnes de tout âge, de toute origine sociale et de toute nationalité. Aucun de ces facteurs ne justifie la discrimination, le mobbing, la moquerie, l’exclusion, la violence ou n’importe quelle autre forme de comportement irresponsable. L’objectif de performance sportif est défini à titre individuel, au cas par cas. Il faut prendre en considération la capacité individuelle de performance et d’engagement. Dans un cadre plus restreint, cela s’applique également au sport de performance, où il faut concilier les objectifs personnels et ceux de la fédération. La compétence sociale des responsables et leur capacité à développer des relations respectueuses favorisent l’esprit de collégialité ainsi que la solidarité

2. Promouvoir l’harmonie du sport avec l’environnement social !

Une harmonie entre le sport et l’environnement social signifie que les exigences de l’entraînement et de la compétition sont compatibles avec la formation, la profession et la famille. L’importance de l’environnement social beaucoup en sont conscients, mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Beaucoup de sportifs, qui ne suivent pas un programme d’entraînement intensif dans le cadre du sport d’élite, considèrent leur engagement sportif, c’est-à-dire le temps qu’ils consacrent à l’entraînement et à la compétition, comme une activité parmi d’autres. Les jeunes vont à l’école, suivent un apprentissage ou étudient, les adultes exercent une activité professionnelle ou familiale, les aînés sont à la retraite. Les exigences diverses de ces différents domaines d’activité et étapes de la vie doivent également être prises en compte dans l’environnement sportif. Les responsables sportifs ne doivent pas uniquement s’assurer que les sportifs restent enthousiastes pour leur spécialité et ne sont pas non plus seulement chargés de leur garantir un encouragement et un encadrement optimaux. Ils doivent également suffisamment communiquer avec les sportifs et aborder à temps les difficultés que ces derniers pourraient éprouver dans d’autres domaines de leur vie dans le but de pouvoir résoudre avec eux les conflits dans le cadre d’une discussion ouverte.

3. Responsabilité propre et partagée

L’encouragement de la responsabilité propre et partagée signifie que les sportifs participent aux décisions qui les concernent. La responsabilité propre est indissociable du sport tout comme la responsabilité partagée

Les responsables sportifs et les sportifs sont des partenaires égaux lorsqu’il s’agit de décider des contenus et de l’organisation des entraînements, ainsi que de la participation aux compétitions. Les sportifs doivent autant que possible être impliqués dans toutes les décisions les concernant. Avec leurs parents, les sportifs mineurs doivent également être traités en tant que partenaires dans les prises de décision.

4. Respecter pleinement les sportifs et les sportives au lieu de les surmener !

Aider sans surmener implique que les mesures mises en place pour atteindre les objectifs sportifs ne portent atteinte ni à l’intégrité physique, ni à l’intégrité psychique des sportifs. Encouragement et exigence vont de pair que faire quand exigence rime avec surmenage ?

Fondamentalement, il n’est pas possible de pousser les sportifs à atteindre des objectifs et à fournir des performances qui les avilissent et qui portent atteinte à leur intégrité physique ou psychique. Le respect vis-à-vis des sportifs implique que les responsables sportifs doivent aussi accepter des décisions qui leur paraissent regrettables voire même mauvaises. Un encouragement efficace des sportifs ne doit pas les surmener, et, si possible, ne doit pas compromettre leur enthousiasme pour le sport et leur plaisir de participer à l’entraînement et aux compétitions.

5. Eduquer à une attitude sociale juste et à un comportement responsable envers l’environnement !

Les responsables sportifs ont un rôle de modèle important à jouer pour encourager un comportement social et loyal. Une personne qui montre le bon exemple applique concrètement les convictions qu’elle défend et adopte le comportement qu’elle encourage. Dans le cadre de l’entraînement et de la compétition, il ne faut pas uniquement souligner et récompenser la performance sportive, mais également faire cas d’un comportement loyal et respectueux. Le sport, en tant qu’expérience de groupe et découverte de ses propres capacités et limites, ne vit pas uniquement de la responsabilité propre de chaque sportif, mais aussi de la solidarité et de la cohabitation responsable.

6. S’opposer à la violence, à l’exploitation et au harcèlement sexuel !

Contre la violence, l'exploitation et le harcèlement sexuel ! Cela signifie également que la prévention se fait sans faux tabous : il faut être vigilant, sensibiliser et intervenir de manière cohérente.

ICI se trouvent des informations pratiques et des aides concrètes sur le thème des abus sexuels dans le sport.

7. Non au dopage et aux substances altérant la santé !

Informer, expliquer, respecter les règles et la législation et poser des limites. Le dopage et l’abus de stimulants n’ont pas leur place dans le sport!

Vous trouverez ici des informations sur cool&cleanle plus grand programme de prévention dans le sport au niveau national, qui s'engage en faveur d'un sport sain et loyal.

 

Contre les abus sexuels!

Des informations pratiques et des aides concrètes sur le thème des abus sexuels dans le sport se trouvent ici.

Produced by newimpact AG