A propos de rappels de corde

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Par André Roch.

Dans son article sur les itinéraires de la Pointe Beaumont paru dans « Les Alpes » d' août 1929 ( p. 315 ), M. E. R. Blanchet cite un rappel de corde de 40 mètres « comme sans rival en Suisse et en France ». Ceci nous paraît inexact; car sans aller plus loin qu' au Salève, nous y rencontrons de nombreuses descentes en rappels fréquentées chaque dimanche et dont quelques-unes peuvent fort bien rivaliser avec celles des Dolomites.

Comme exemples nous trouvons: La Corne ou Dent du Requin ( 30 m. en surplomb ). La descente de la Liane de 35 m. dont 25 m. en surplomb; à une distance de 10 à 15 m. de la paroi.

La descente du Bonhomme ou des Trois Dominos, de 40 m.

La cordée Besson de 50 m ., dont 40 m. au moins en surplomb.

Le Grand Surplomb de la Grande Arête de 37 m ., en deux surplombs.

L' Arête Jaune en une cordée de 40 m ., etc.

Ces quelques exemples sont les longs rappels les plus connus au Salève; mais il en existe quantité d' autres.

Pour de plus amples détails, voir le « Guide pratique du Salève » de H. C. Golay.

Les Genevois habitués du Salève n' utilisent guère qu' une position de descente en rappel; la corde passe entre les jambes, sous la jambe droite et sur le bras droit à l' endroit du coude, celui-ci replié et appliqué contre le corps.

On peut ainsi freiner plus ou moins: 1° en fléchissant l' avant sur le bras; 2° en serrant la corde entre le bras et le corps; 3° en enroulant la corde autour de la jambe; ce qui se fait vers la fin du rappel alors que le poids de la corde diminue.

La plupart des « varappeurs » emploient des manchons en toile à voile ou en molleton pour le coude et la cuisse.

Feedback