Curzio Curti (1847-1913)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Curzio Curti ( 1847-1913 ) C' est le 30 novembre 1871 que quelques amis de la montagne fondèrent à Bellinzone la section Ticino du CAS. Les troubles politiques des années suivantes ne permirent toutefois pas à ce premier noyau de se développer, l' enthousiasme fit place à l' indifférence et, quatre ans après sa création, la flamme du début s' éteignit.

En marsl 886, le DTCurzio Curti, avocat, fit paraître dans tous les journaux du Tessin l' appel suivant:

« De nombreuses personnes vont à la montagne en été et, souvent, font l' ascension de sommets importants. Bien rares sont toutefois les relations qui sont publiées sur ces excursions, de sorte que de précieuses indications, telles que les heures de marche, les itinéraires suivis, les possibilités de refuge, les points de vue intéressants, sont perdues pour tout le monde. Ne pourrait-on pas se réunir afin de rassembler les résultats de ces expériences, les classer et les publier? Une fois organisée, cette communauté pourrait utilement aussi prendre contact avec les autres associations alpines de Suisse. Si la création d' un Club alpin tessinois vous intéresse, trouvez-vous dimanche, le 11 courant, au restaurant Gambrinus à Bellinzone. » C' est ainsi que prit naissance le Club Alpino Ticinese, avec Curti comme président. L' année suivante le CAT devint la section Ticino du CAS.

Originaire de Pambio, fils de l' un des pédagogues les plus réputés du Tessin, Curti naquit en 1847 à Cureglia. Après la maturité au lycée de Lugano, il étudie à l' Université de Bâle, où il obtient le doctorat en droit. Rentré au Tessin, il donne tout d' abord, au lycée de Lugano, des cours de littérature italienne, d' histoire et de latin. On lui confie alors la direction des archives cantonales à Bellinzone, avec mission de les réorganiser de fond en comble. Des raisons politiques lui firent cependant bientôt abandonner ce service public. 11 fonde alors une étude d' avocat et de notaire qu' il dirige avec succès jusqu' à son élection, le 21 février 1893, au Conseil d' Etat de son canton. En 1901 il passe à la Cour d' appel, tout d' abord comme vice-président, puis dès 1910 comme président, charge qu' il assuma jusqu' à sa mort.

Au militaire, il avait acquis le grade de lieutenant-colonel. Lors des grandes manœuvres autrichiennes dans les Alpes, il y fut envoyé comme délégué officiel de l' armée suisse. Pendant longtemps il commanda le régiment tessinois.

Curti ne nous a laissé aucune indication technique sur son activité alpine. Ses quelques contributions se bornent à des exposés dans les Annuaires du CAT, par exemple sur la formation des guides ( 1887 ), sur les superstitions et légendes des montagnards ( 1888 ), sur les attraits des Alpes du Tessin ( 1889 ), travaux qui passèrent plutôt inaperçus par suite des nombreuses publications de l' époque sur d' autres régions des Alpes.

Le rapport annuel de la section pour 1887 mentionne une traversée Val Onsernone—Verzasca par les cols de Catogna ( 2290 m ) et de Redorta ( 2176 m ) que Curti semble avoir faite en solitaire. Son enthousiasme pour la montagne semble être dû en bonne partie à son activité militaire d' offi supérieur.

Son élection au Conseil d' Etat de son canton devait entraîner sa démission de président de la section Ticino. Un article nécrologique paru dans la Revue pour l' instruction populaire disait de lui:

« C' était une personnalité d' apparence sévère, mais sympathique, souriant peu, mais d' une exquise urbanité. Ses qualités physiques et morales lui assuraient, dès le premier contact, l' entière sympathie de ceux qui eurent le privilège de le connaître. »Giuseppe Ritter

Feedback