François Thioly (1831-1911)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

François Thioly ( 1831-1911 ) Vers le milieu du siècle passé, il y avait à Genève un groupe d' amis qui avaient l' habitude de faire chaque été une excursion dans les Alpes. C' étaient de simples amateurs, de moyens modestes, sans expérience de la haute montagne et qui se contentaient habituellement de sages randonnées par cols et vallées. François Thioly était l' entraîneur de la bande. Or en 1860 il fait connaissance à Genève du lieutenant Alexandre Seiler qui lui vante les beautés de Zermatt, lui parle du Mont Rose dont la conquête est toute récente.Vivement encourage par Seiler, Thioly fait adopter par ses camarades le projet d' une course à Zermatt avec l' ascension du Mont Rose. Sous la conduite de quatre guides, dont Peter Taugwalder père et fils - ceux-là même qui, avec Whymper, échap-peront à la catastrophe du Cervin en 1865 - la caravane quitte le Rifel à 2 heures du matin. Par suite du manque d' entraînement et de l' équipement rudimentaire, trois des touristes seulement parviennent au sommet. Thioly en revient à moitié aveuglé, le visage tuméfié, mais désormais le démon de la montagne le tient. En 1862, après avoir franchi le Col d' Hérens et gravi le Breithorn, il quitte ses compagnons à Viège et tente l' ascension de la Jungfrau. La rimaye au pied du Rottalsattel étant infranchissable, il fait, dit-il, violence à ses guides et ouvre une voie nouvelle dans les escarpements de la face est. En 1863, c' est le Finsteraarhorn, l' année suivante PAlphubel avec la traversée sur Saas. En 1865 il est au Grand Combin. Il venait de rentrer à Genève lorsque la nouvelle de la conquête du Cervin et de la terrible catastrophe émut toute l' Europe. Loin de partager la réprobation générale, Thioly rêve de renouveler cet exploit: dès le printemps 1866, il charge son ami Alex Seiler d' embaucher les guides nécessaires. Mais le fier pic inspire une telle terreur que les guides se « défilent » l' un après l' autre, et ce n' est qu' en 1868 qu' il pourra réaliser son projet en effectuant le 4 août la première traversée de la montagne de Zermatt au Breuil. C' était aussi la première ascension du Cervin par un Suisse. Entre temps, il avait gravi le Dom et le Weisshorn, François Thioly fut l' un des fondateurs en 1865 de la Section genevoise et son premier président. Il fut aussi le créateur et principal rédacteur de Y Echo des Alpes. En 1870, il était une figure de proue du jeune Club Alpin Suisse; peu de clubistes pouvaient s' enorgueillir d' un si riche tableau d' ascensions. Et c' est alors, en pleine gloire, que pour des raisons restées mystérieuses, il disparaît de la scène alpine. A sa mort, en 1911, il était totalement oublié.

Les récits de la plupart des courses de Thioly ont paru dans les premières années de Y Echo des Alpes et de Y Annuaire du S. Louis Seylaz

Feedback