La traversée du Mont Thabor

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Avec 2 illustrations.Par Ph. Bérard.

Parmi les courses que nous aimons refaire en pensée en attendant la réouverture des frontières et le rétablissement des express internationaux, le Mont Thabor présente un charme particulier. Ce sommet nous avait attiré tout d' abord par son nom biblique; c' est en effet sur le mont du même nom, en Syrie, que le Nouveau Testament place la transfiguration du Christ.

L' Italie a d' ailleurs érigé une chapelle, à 3180 mètres d' altitude, au sommet de l' homonyme des Alpes Cottiennes. En outre, dans un plan plus matériel, la possibilité de se transporter en deux ou trois heures jusqu' au cœur de la région du Mont-Cenis, à plus de mille mètres d' altitude, et de pouvoir traverser de Modane à Bardonnèche, nous encouragea à entreprendre ce petit pèlerinage.

Le versant français.

Pour ceux qui auraient un jour l' intention de faire cette traversée, rappelons qu' au départ de Modane il est indispensable de faire viser les passeports aux agents italiens, afin de pouvoir redescendre sur le versant sud sans complications. Pour les traversées hivernales ou printanières en skis, on trouvera les conditions de neige les meilleures en partant de Bardonnèche.

Munis de la carte au 1:50,000 avec courbes de niveau et couleurs, nous débarquons un samedi après-midi de l' express Paris-Rome, à Modane, après un charmant voyage le long de l' Isère aux flots gris argenté. Notre ami Preiswerk, mon frère et votre serviteur, formons un trio tranquille de vieux amis, toujours heureux de se retrouver ensemble en montagne. Un raccourci coupant le premier lacet de la route du Col de Fréjus s' élève rapidement au-dessus de l' atmosphère fumeuse des usines de Modane.

Dès Notre-Dame de Charmaix, la route traverse de belles forêts fraîches. Puis la vallée se rétrécit, c' est déjà la zone des rhododendrons, nous quittons la route, qui monte sur la gauche, et suivons un sentier le long du torrent des Herbiers. Voici un défilé rocheux, dont les meurtrières menacent le sentier, dans l' ombre du crépuscule. Enfin, la gorge s' élargit et nous apercevons les lumières des chalets du Lavoir.

La soirée s' écoule agréablement en compagnie de jeunes Français qui passent près de là une partie de leur temps d' instruction militaire. Ils nous racontent leurs aventures de ski. Le défilé n' est pas sûr lorsque le temps est aux avalanches.

Après une heure de marche matinale le long du torrent, qui lance des reflets lunaires, nous montons bientôt sur la droite, et l' aube se lève sur les chalets de Mounio. Et voici la charmante Combe des Roches, toute blanche, avec les Lacs Ste-Marguerite.

Les premiers névés sont rosés. Leur surface est imprégnée d' une fine poussière volcanique rouge, agglomérée en petits globules par la fonte de la neige. Dans nos traces, cette poussière se dilue à nouveau et colore nos pas en rouge; on peut même peindre des fresques sur la neige en se servant de la main comme d' un pinceau.

Puis la neige devient dure et immaculée. Les mamelons herbeux et les rocailles qui émergent de la neige sont déjà couverts de petites fleurs de montagne. Tout en les admirant nous grimpons au col du Cheval Blanc, où nous ferons halte.

Fidèles au principe de Toepffer, nous déjeunons à la première halte. Ce dimanche-là, c' est devant le Mont Thabor, avec le glacier qui descend jusque près de nous. Le Pic du Thabor forme une imposante pyramide de rocher bronzé, qui se dore au soleil.

Le glacier ne semble pas présenter de danger et permet d' atteindre rapidement un petit col, d' où une arête de rochers faciles conduit au sommet. Le premier arrivé nous crie:

— « Venez vite, on voit toutes les Alpes du Dauphiné! » En effet, le Pic des Agneaux, l' Ailefroide, la Barre des Ecrins, la Grande Ruine et la Meije se découpent sur le ciel bleu du Midi. Au premier plan, la Roche du Chardonnet, point de jonction des bassins du Pô, de l' Isère et de la Durance. Quelle belle région pour les excursions en skisl Puis voici la chapelle, à quelques mètres du sommet, sur le versant italien. Elle semble protéger la jolie Vallée Etroite, dont la rivière brille au soleil au milieu des pâturages et des forêts, au pied des parois abruptes de la Crête des Rois Mages et des Rochers de la Paria.

Nous nous installons sur les marches de la chapelle, pour mieux contempler ce ravissant paysage. Cette contemplation dissipe les dernières hésitations du trio au sujet de la traversée. La descente sur l'Italie est décidée à l'unanimité.

Le versant italien.

Le beau temps a attiré les touristes. Ils commencent d' arriver et le panorama est bientôt commenté dans les deux langues. Pour le début de la descente, nous aimerions avoir les skis aux pieds, pour faire honneur à cette belle pente de neige de printemps. Nous atteignons cependant rapidement les derniers névés, dans un joli vallon, sous les brunes pyramides dolomitiques du Grand Séru et du Grand Adroit. C' est la halte au milieu des rocailles fleuries, au bord du ruisseau du Dîner, avec dessert de sorbets aux confitures.

Nous étions alors loin de nous douter que c' était là notre dernière halte en liberté. Mais en effet, à l' entrée de la Vallée Etroite, un soldat italien nous demande nos passeports; n' y voyant pas le visa d' entrée de Modane, il nous invite à l' accompagner, après nous avoir demandé, avec un geste de la main imitant le tir au pistolet, si nous n' avons pas d' armes à feu!

Au village de Valle Strete, nous sommes introduits dans un joli petit poste de garde au crépi rose, auprès d' un sous-officier qui est en train de dîner. Il nous prie poliment de nous asseoir à sa table et nous verse à boire un délicieux Chianti qui nous délie la langue... italienne, en sorte que nous sommes bientôt en pleine conversation. Notre hôte accompagne ses paroles de sourires charmants, mais dans ses yeux bruns il est impossible de voir quel sort il nous réserve. L' un des touristes que nous avons croisés après notre capture nous a dit également avec un sourire:

— « Buona gita! » Mais cet aimable souhait de bon voyage a été interprété, dans notre ignorance, comme voulant signifier bon gîte au poste de garde! Nous continuons donc la conversation avec prudence, pendant que notre hôte achève.

son repas et nous notre Chianti. La question du jour est la guerre en Abyssinie, et comme Genevois nous sommes questionnés et pris à témoin quant à l' in des sanctions.

Puis, après un long téléphone de service, il boucle son ceinturon, passe la courroie de son revolver et coiffe son chapeau à plume. Et nous voilà en marche, au rythme accéléré des bersaglieri, le long de la vallée. Notre guide nous fait les honneurs de la région. Comme nous parlions des bienfaits de la montagne pour la santé, il nous explique que l' état italien accorde maintenant des quantités de facilités pour que la jeunesse puisse venir se fortifier dans ces régions sans trop de frais.

Cette promenade imprévue est en même temps pour notre escorte une patrouille de surveillance. Tous les passants sont en effet dévisagés consciencieusement, comme pour en relever le signalement. La route longe des forêts et des clairières au pied de la haute paroi de l' Aiguille Rouge. Puis la vallée fait un quart de tour à gauche et nous traversons sans arrêt le village de Mélezet.

Après cette marche militaire de deux ou trois heures, nous arrivons à Bardonnèche, où nous sommes reçus par un officier avec lequel nous avons encore l' occasion d' améliorer nos connaissances de la belle langue italienne. Nos passeports ne sont encore valables que jusqu' au soir à minuit. Ce détail administratif facilite peut-être les choses. Toujours est-il que l' officier nous accompagne bientôt à la gare, en nous décrivant les charmes de Bardonnèche en hiver et en nous invitant à y revenir faire du ski. A minuit, nous arrivons en gare de Cornavin, dormant à poings fermés sur les banquettes capitonnées de notre wagon de troisième classe français.

Et maintenant, Mont Thabor, combien de temps s' écoulera encore avant que l'on puisse de nouveau te rendre visite, par un beau dimanche d' hiver ou de printemps?

Feedback