Le Bouquetin en Suisse

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR MARCEL A.J. COUTURIER, GRENOBLE

Avec 1 carte Tous les bouquetins vivant actuellement en Suisse y ont été acclimatés et sont de souche italienne. Le premier essai, fait dans le canton d' Uri par un nommé Nager, date de 1854. Après d' autres tentatives plus ou moins heureuses, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la Suisse peut, depuis 1911 seulement, compter le Bouquetin des Alpes dans sa faune. C' est en effet le 8 mai 1911 qu' un lâcher eut lieu dans les Graue Hörner ( Saint-Gall ) et le 2 juin qu' eut lieu la première naissance d' un cabri en liberté depuis la disparition de l' animal; ces dates marquent le début de la réussite de l' im du Bouquetin en Suisse. L' aire se résume donc en des colonies d' inégale importance dont le nombre va en augmentant régulièrement, ainsi que l' effectif global. Les chiffres des statistiques sont valables jusqu' à la fin de 1960.

A. VALAIS C' est dans le val d' Arolla, vallée d' Hérens ( canton du Valais ), que se maintinrent les derniers bouquetins suisses vivant en liberté; leur disparition remonterait à 1840.

1. Vallée de Bagnes ( réserve du mont Pleureur et confins ) Les premiers bouquetins ( deux mâles et trois femelles ) furent lâchés en 1928 à la Jeur Grasse, au-dessus de l' alpage de Madzériaz et du pont de Mauvoisin, dans les contreforts sud-ouest du mont Pleureur, sur la rive droite du val de Bagnes, vers 1800 m d' altitude. L' année suivante, deux couples vinrent compléter la petite colonie. En 1934-1935, deux boucs et trois chèvres furent mis en liberté au-dessus de Louvie, au nord de Fionnay, à 1700 m d' altitude. Aujourd'hui l' aire d' ex tension recouvre non seulement tout le territoire du district fédéral, mais plusieurs points des régions avoisinantes. Le garde M. Machoud me disait le 15 mai 1960 que l' effectif à cette date était de 470 têtes; c' est aussi le chiffre officiel de fin 1960.

1 Tiré de l' ouvrage Le Bouquetin des Alpes de Marcel A.J. Couturier, 1 volume grand in-8°, 1564 pages, Grenoble, 45, rue Thiers, 1962.

a ) Rive droite Elle est peuplée depuis le mont Gelé et le col de la Chaux, au nord de Lourtier, jusqu' à la frontière italienne. Du nord-ouest au sud-est: monts de Sion, Bec de Perreire, Bec des Roxes, Bec Termin, alpe du Grenier, forêts d' épicéas d' Arbaray au-dessus des Morgnoz et de Lourtier ( toute l' année ), mont Fort, Petit mont Fort, rochers de Momin et de la Rionde, alpe de Louvie, la Rogneuse, Rosa Blanche, Parrain, col et alpe de Sévereu, forêts des Granges Neuves et d' Areux ( au printemps surtout ) jusqu' au de Fionnay, pointe de Torbesse, tête de Saflau, le Grand et le Petit Crêt, la Salle, pentes méridionales et occidentales dont Vasevay du mont Pleureur, Giétroz, mont Rouge de Giétroz, la Ruinette, alpe et lacs de TzofTeray. En hiver et surtout au printemps, les bouquetins descendent très bas, parfois à moins de 100 m de la route, entre Lourtier et Mauvoisin, en particulier au-dessus de Fionnay qui est à 1497 m d' altitude.

b ) Fond Pointe d' Otemma et toute son arête nord-est jusqu' à la pointe des Portons. Des bouquetins peuvent être vus près de la cabane Chanrion. Ils traversent très rarement le glacier d' Otemma, mais apparaissent néanmoins sur la frontière: col d' Otemma, cols et abords des glaciers de Crête Sèche et de Fenêtre, mont Gelé, col de By.

c ) Rive gauche Depuis peu, quelques visites furtives. C' est ainsi que, le 24 septembre 1956, l' ancien garde René Fellay a aperçu un mâle adulte au Bec de Corbassière, situé au sud de Fionnay. L' essaimage vers la rive gauche semble inévitable, étant donne le grand nombre de bouquetins qui peuplent la rive droite.

2. Vallée a"Entremont On signale des déplacements dans le vallon de Valsorey, en amont de Bourg-Saint-Pierre: col de Valsorey, mont Vélan.

3. Vallée de Nendaz La pénétration dans le fond de cette vallée est récente, mais déjà importante, surtout dans le val de Cleuson: Grand et Petit mont Calme, le Grand Désert, les deux monts Fort, Bec des Etagnes, mont Gelé, vallon au-dessus de l' alpe de Tortin. Quelques sujets viennent déjà dans la vallée de Farà, au nord du mont Gelé, surtout près de la Gouille des Veaux.

4. Vallée d' Hérémence L' essaimage s' est fait dans le val des Dix. Principalement Prafleuri, rochers de Mourti, Seilon. Les animaux en 1954 étaient au nombre d' une vingtaine.

5. Vallée d' Hérens Du val des Dix, les ibex pénètrent dans le fond de la vallée d' Hérens à l' ouest des Haudères et d' Arolla, particulièrement mont de l' Etoile et aiguilles Rouges d' Arolla. De là, ils poussent des incursions en direction de la Pigne d' Arolla et du mont Collon. En 1953, deux mâles furent tués en amont des Haudères.

6. Haute vallée du Rhône ( rive droite ) a ) Massif du Bietschhorn Entre 1938 et 1948, en dix lâchers différents, quarante-sept bouquetins ( vingt-trois mâles et vingt-quatre femelles ) furent mis en liberté sur les contreforts sud et sud-ouest du Bietschhorn ( 3934 m ), au sud-est de Goppenstein, au nord-ouest de Viège. Ces lâchers se firent dans l' Ijollital ( Melichhorn, Seilschüpfe, Bärenfalle, Schwarzhorn ), dans le Bietschtal ( Wiwannihorn ) et dans le Baltschiedertal ( Unterberg ). Les animaux ont élu domicile au nord de Raron ( Rarogne ), dans l' Ijollital et le Bietschtal, et plus spécialement sur l' arête qui sépare ces deux vallons et qui part de la Rarnerkumme Prag—Seilegge—Schwarzhorn ( 2658 m ). Ce dernier sommet est leur lieu de prédilection pendant l' été. Quelques sujets ont été observés plus à l' ouest vers le Blumhorn, à l' est du Seetal. Durant l' hiver, les ibex descendent dans la forêt de Tal ( Tälwald ) et dans les rochers de Schwang jusqu' à la Brandegge. Ils sont parfois visibles de la ligne de chemin de fer du Lötschberg, mais ils pénètrent rarement à l' ouest sur la rive gauche du Lötschental; au contraire, à l' est, ils ont été vus dans le Baltschiedertal. En somme, la colonie de l' Aletsch, forte à la fin de 1960 de 103 sujets ( chiffre officiel ), gravite autour du Schwarzhorn, son centre d' attraction.

Toujours dans le massif du Bietschhorn-Aletschhorn, mais plus à l' est, une petite colonie a pris naissance en 1960 à Belalp, au nord de Brigue, grâce au lâcher de deux mâles, l' un de sept ans le 27 avril, l' autre de quatre ans le 4 mai.

b ) Massif des Plattenhörner-Rinderhorn Entre le 8 et le 26 mai 1956, cinq bouquetins ( trois femelles et deux mâles ), provenant du Pleureur, ont été lâchés dans le nouveau district franc fédéral de Leukerbad. La mise en liberté a été opérée au pied des Plattenhörner ( 2855 m ), au bas du Blischgraben, à environ 1900 m d' altitude. Les animaux ne se sont guère éloignés jusqu' ici du point du lâcher, au lieu-dit « Galleng », et dépassent rarement la crête rocheuse des Plattenhörner. Une fois cependant ils ont été observés plus au nord-est sur le Rinderhorn ( 3454 m ). La petite colonie a été complétée le 13 avril, les 8 et 16 mai 1957, et le 2 juin 1958 par les lâchers de six mâles et d' une femelle du Pleureur. Forte officiellement de 29 têtes à la fin de 1959, elle s' est accrue en 1960 de plusieurs naissances de jumeaux ( A. Küster, in litt, du 10 juin 1960 ), au point d' atteindre 45 sujets fin 1960.

c ) Région du Rifelberg ( près de Zermatt ) En 1946, un couple de bouquetins, provenant du parc de l' hôtel Seiler, à Zermatt, fut lâché par ses propriétaires dans la région comprise entre le Gagenhaupt ou Gakihaupt ( 2569 m ) et le Rifelhorn ( 2927 m ). En 1947, un mâle de la même origine fut mis en liberté dans ces parages; puis, en 1948, ce fut le tour d' une femelle amenée du canton de Berne. Trois sujets furent trouvés morts entre 1947 et 1957. Au début de 1957, la colonie se composait de seize têtes, dont dix boucs et six chèvres ou petits. Les animaux ont opté pour le Gakihaupt; mais, suivant les raisons, ils se déplacent vers le Gornerli extérieur, parfois sur le Rifelhorn et le Gornergrat. Plus rarement, ils franchissent le glacier de Boden pour aller au Garten et au Gerwetsch à une altitude moyenne de 2250 m. La colonie du Rifelberg n' a pas été fondée officiellement, mais créée par les hôteliers Seiler. Cependant, le 30 mai 1958, un mâle, provenant du Pleureur, a été lâché pour renforcer le troupeau qui comptait, fin 1960, 33 têtes.

d ) Derborence ( Vallée de la Lizerne ) Entre le 7 et le 24 mai 1959, quatre mâles et trois femelles, pris à Areux ( réserve du Pleureur ), ont été lâchés à Vérouet, vers 1600 m d' altitude, près du lac de Derborence, vallon de Derbonère, dans le fond du val de Triqueut ( vallée de la Lizerne ), dans le district franc du Haut de Cry, en amont de Mottelon, au nord-ouest de Sion.

e ) Saastal Un mâle de cinq ans, que j' avais vu capturer la veille à Areux ( réserve du Pleureur ), a été lâché le 16 mai 1960 près de Saas-Fee, comme me l' a appris le jour même le sergent de la police cantonale O. Biderbost qui conduisait l' automobile utilisée pour le transport de l' animal; trois autres ont suivi peu après.

En 1960, trois nouvelles colonies ont été fondées dans le Valais: Belalp avec trois ibex, Arolla avec deux, Figinen-Gondo avec deux.

B. VAUD Le Bouquetin a disparu de ce canton vers 1800. Une tentative d' acclimatation faite dans les Diablerets, le 25 juin 1936, avec deux mâles et quatre femelles originaires de parcs suisses, n' a donné aucun résultat. Trop familiers, les six sujets lâchés au Plan de Châtillon, au-dessus de Taveyannaz, ont rapidement disparu du fait des braconniers.

Vallée de la Sarine a ) Rive gauche Un lâchera eu lieu le 21 mai 1955, dans la réserve de chasse la Pierreuse-Gummfluh ( vallon de la Gerine ), au sud-est de d' Ex, avec deux mâles et une femelle capturés dans l' Augstmatt. La mise en liberté a été faite à environ 1600 m d' altitude, dans le vallon qui va des Laissalets au col de Base, à mi-chemin entre la Montagnette et le Plan de l' Etallaz, au pied du rocher du Midi ( 2097 m ). Empruntant le rocher Plat et La Videmanette, les animaux ont été revus sur le versant sud du Rubli ( 2284 m ); ou bien, passant par la pointe de la Videman, ils se montrent près de la Gummfluh ( 2458 m ). Le 11 mai 1957, une femelle prise dans la réserve du mont Pleureur a été lâchée sensiblement au même point que les trois bouquetins précédents. Puis le 26 mai 1958 un couple de l' Augstmatthorn et le juin 1958 un autre offert par le Dählhölzli de Berne sont venus compléter la colonie, qui fin 1960 compte officiellement 15 têtes.

b ) Rive droite Venant de Motélon ( Fribourg ), des ibex ont été vus à plusieurs reprises au nord et au nord-est de d' Œx, sur les versants méridionaux du Vanil Carré, du Gros Perré et de la pointe de Paray, ainsi qu' à Paray-Dorena, dans le vallon des Ciernes Picat, au sud-est du Vanil Noir et de la dent des Bimis ( 2158 m ). En 1959, deux squelettes ont été trouvés par les gardes sur le versant vaudois de cette dernière montagne.

F. FRIBOURG Motélon Le Bouquetin est présent dans la partie méridionale du canton, au sud de Charmey, au sud-est de Broc et de Gruyères. Le 18 mai 1953, on lâcha trois jeunes mâles au Galèro ( 2143 m ), dans le vallon des Morteys, au sud-ouest de la dent de Brenleire ( 2353 m ). Le 15 mai 1954, on mit en liberté une femelle de sept ans et un mâle de trois ans, puis, le 27 mai suivant, une femelle de six ans au Gros Mont, dans le fond de la vallée de même nom, laquelle est parallèle à celle de Motélon. Enfin, le 13 mai 1957, deux femelles capturées dans le Pleureur rejoignirent la colonie. Très capricieux et voyageurs, ces ibex se montrent tour à tour à la dent de Brenleire, au Vanil du Croset, à la dent des Bimis et poussent des incursions vers le sud-ouest, au Vanil Noir ( 2389 m ), à la pointe de Paray ( 2374 m ), au Gros Perré ( 2208 m ) jusqu' au Vanil Carré ( 2195 m ). De cette longue arête, ils font, suivant les saisons, des apparitions dans la vallée de la Sarine ( canton de Vaud ). La colonie s' est augmentée d' un cabri en 1955 et de deux en 1956. En mars 1957, les gardes ont vu les neuf bêtes: les quatre mâles au Vanil Noir, les deux femelles et leurs trois petits à la dent de Brenleire. L' effectif était officiellement de 18 têtes à la fin de 1960.

D. BERNE Le Bouquetin habite actuellement plusieurs points du canton de Berne où sa disparition remonte à 1770.

1. Rive droite de l' Aar a ) Augstmatthorn Cette colonie est située sur la rive droite du lac de Brienz. En 1921, trois mâles et quatre femelles, en 1922, deux mâles et trois femelles furent rendus à la liberté à Wanniknubel, non loin de la gare terminus du chemin de fer du Harder, à 1500 m d' altitude, au nord d' Interlaken. Un bouc et deux chèvres furent lâchés en 1924 dans le versant sud de l' Augstmatthorn, également à 1500 m d' alti, au nord de Niederried. La colonie s' est scindée en quatre groupes: l' un au Brienzer Rothorn, un autre au Rotschalp, notamment à l' Hundsschöpfe, un troisième le plus souvent composé de mâles sur les flancs est de l' Augstmatthorn, un quatrième comprenant surtout les femelles sur les contreforts ouest de l' Augstmatthorn. Toutes les bêtes se tiennent en général sur le versant sud et ne se rendent qu' en été sur le versant nord. La colonie et ses confins comprenaient, à la fin de 1960, 198 têtes ( chiffre officiel ), malgré les nombreuses captures qui y sont faites régulièrement pour créer ou renforcer d' autres colonies.

b ) Justistal De création récente, cette réserve est située au nord du lac de Thoune, sur sa rive droite, au nord-est de Merligen. Au cours des années 1949 et 1950, cinq mâles et deux femelles furent libérés au Burgfeldstand ( Güggisgrat ), à près de 2000 m d' altitude; puis, en 1950, 1951 et 1952, sept mâles et dix femelles furent lâchés au Biifelberg, à 1500 m d' altitude. Enfin, le 6 juin 1957, ce fut le tour d' une femelle de quatre ans et de deux mâles de trois et quatre ans. Ces bouquetins se tiennent uniquement sur la rive gauche du Justistal, dans le voisinage du Gemmenalphorn ( 2061 m ), de Seefeld et des Sieben Hengste, à moins de 2000 m d' altitude le plus souvent. L' effectif était évalué officiellement à la fin de 1959 à 49 têtes, dont 24 mâles et 25 femelles, et fin 1960 à 60 têtes.

2. Oberland bernois a ) Wetterhorn En 1926, trois couples d' ibex furent lâchés au Rosenlaui, au-dessous des Engelhörner, au sud-ouest de Meiringen, entre 1700 et 1800 m d' altitude. On répéta cette opération avec trois nouveaux couples en 1929. Brusquement, en été 1929, on aperçut les bêtes dans les contreforts sud-ouest du Wetterhorn ( 3701 m ), au nord-est de Grindelwald, à 8 km du point des lâchers. Présentement, elles se tiennent sur la rive droite du glacier supérieur de Grindelwald: en été, dans les escarpements rocheux au nord-ouest de la cabane de Gleckstein, environ à 2000 m d' altitude; en hiver, un peu plus bas, près d' Enge. Leur nombre, à la fin de 1959, était officiellement de 48, soit 21 mâles et 27 femelles, et fin 1960 à 55 têtes.

b ) Schwarzer Mönch Un noyau chorologique assez important se trouve dans le Lauterbrunnental ( massif de la Jungfrau ). Les mises en liberté se firent ainsi: d' abord dans le Trümmeltal, près des sources du Trümmelbach, à 1500 m d' altitude, en 1924 ( deux mâles et trois femelles ), en 1926 ( un mâle et deux femelles ) et en 1950 ( deux couples ); en 1949 ( sept mâles et trois femelles ) à l' alpage de Stufenstein, à 1500 m d' altitude, et à Stechelberg, à 1200 m d' altitude, enfin, en 1950, deux mâles furent encore lâchés sur ce dernier point. Le gros de la colonie s' est établi sur le versant méridional du Schwarzer Mönch ( 2648 mun groupe de chèvres et de jeunes fréquente le Rottal. Douze bêtes ont franchi la vallée et se tiennent à l' Ellstab qui domine l' Obersteinberg, ainsi que deux autres qui sont établies plus à l' ouest encore dans le Sefinental. Le recensement officiel de fin 1960 faisait ressortir un effectif de 91 têtes.

c ) Grosser Lohner En 1952,1953 et 1955, neuf femelles et neuf mâles sont lâchés, à une altitude de 1700 m, à l' alpage de Laueli, au pied du Mittaghorn ( 2678 m ), dans le Grosser Lohner, sur la rive droite de l' Engst, au sud-est d' Adelboden. Le 31 mai 1957, l' effectif est complété par deux femelles de trois ans capturées dans 1' Augstmatthorn. Les animaux ont choisi les emplacements suivants: en été, Mittaghorn, cabane du Lohner, Nünihorn ( 2716 m ), parfois aux Säumen; en hiver, Hinterberg, Engstligenalp, c'est-à-dire plus au sud. Il est officiellement recensé 29 têtes ( 13 mâles et 16 femelles ) à la fin de 1959, et 33 à la fin de 1960.

d ) Grimsel En 1954, deux bouquetins ont été lâchés à environ 2 km à l' ouest de l' hospice du Grimsel ( 1980 m ), 200 m au-dessus du lac du Grimsel ( rive gauche ), sous le Juchlistock, à 2100 m d' altitude. Depuis lors, ils n' ont plus été revus; on suppose qu' ils ont rejoint la colonie du Wetterhorn qui est la plus proche du lieu du lâcher.

ALLEMAGNE FRANCE ITALIE « * Aire du Bouquetin en Suisse à la fin de 1959 e ) Gasterntal Les 26 et 31 mai 1958, les 1er et 6 juin 1960, six mâles et trois femelles, capturés dans les colonies du Pleureur et de 1' Augstmatthorn, ont été mis en liberté dans la vallée de Gastern, au pied du Fisistock, au sud-est de Kandersteg ( Oberland bernois ). Huit animaux ( cinq mâles et trois femelles ) seulement ont été officiellement recensés à la fin de 1959 dans cette colonie qui avait été fondée les 3 et 16 juin 1957 avec six bouquetins de deux à cinq ans ( quatre mâles et deux femelles ) de 1' Augst. Fin 1960, on dénombrait 12 ibex.

f ) Tscherzistal Depuis 1958, l' Ibxe habite un nouveau point du canton de Berne. En effet, entre le 31 mai 1958 et le 25 mai 1960, en neuf lâchers différents, dix-sept sujets ( onze mâles et six femelles ), dont quinze capturés dans l' Augstmatthorn et deux dans le Pleureur, ont été mis en liberté à la Staldenfliihe ( 2262 m ), sur la rive gauche du Tscherzisbach affluent de la Saane, au nord-ouest de Feutersoey, au sud-ouest de Gstaad, tout près de la colonie vaudoise de la Gummfluh, à environ 1400 m d' altitude. Fin 1960, 22 ibex étaient officiellement recensés.

E. TESSIN Valle Leventina Dix bouquetins ont été lâchés dans la réserve fédérale de Campo Tencia, vallée du Tessin, dans le nord du canton: deux mâles de six à sept ans, provenant de 1' Albris, le 4 mai 1953; un mâle et une femelle de trois ans, du parc de Bretaye, le 26 juin 1953; un mâle et deux femelles de deux à trois ans, de l' Albris, le 20 juillet 1953; trois femelles de deux à quatre ans, de l' Augstmatthorn, le 27 juin 1954. Ces dix sujets furent libérés sur le versant nord-est du Pizzo Forno ( 2909 m ), à environ 1500 m d' altitude, au-dessus de Gribbio. Les animaux se sont dirigés surtout au sud du lieu du lâcher. En été 1956, ils s' étaient établis dans la zone du Pizzo Forno, du P. Barone ( 2861 m ), du P. Soveltra ( 2856 m ) et du P. Campo Tencia ( 3075 m ). En 1956, il y eut trois mises-bas contrôlées. Au début de 1957, l' effectif comprenait une douzaine de têtes. Dans les statistiques officielles de fin 1959, il n' est plus fait mention de l' effectif de cette colonie; elle semble avoir disparu. « Elle doit éventuellement être considérée comme perdue » A. Küster, in litt, du ler mai 1958 ).

F. UNTERWALDEN De création récente, la colonie de l' Hutstockgebiet fut organisée par L. von Moos. Le massif choisi fut celui de l' Hutstock ( 2679 m ), situé sur la limite des deux sous-cantons, Obwald à l' ouest et Nidwald à l' est. Le premier lâcher eut lieu, en 1954, à l' Arnialpen, à 1440 m d' altitude, près de Trübsee, au sud-ouest d' Engelberg: trois mâles et trois femelles. Le deuxième se fit en 1955 avec deux mâles et trois femelles, mis en liberté au FomattVomatt ) à environ 1500 m d' altitude, sur la rive droite de la vallée de Melchtal ( Obwald ). Enfin, encore en 1955, tout près de là, au Vorstegg ( Obwald ), un bouc fut lâché à son tour.

Au début 1957, l' effectif comprenait quatorze têtes, car trois animaux ont été perdus de vue, alors qu' il y eut une naissance en 1955 et quatre en 1956. Les déplacements ont été nombreux. Actuellement, ces ibex se tiennent le plus souvent sur les points suivants: Hanghorn ( surtout l' été ), Henglihorn, Hutstock, Tannalp, Schönigumm et Schwarzfluh. Ils ont donc une nette préférence pour le versant de l' Obwald. Les statistiques officielles de fin 1960 font ressortir un effectif de 25 têtes.

G. URI Ici l' extinction du Bouquetin remonte à 1583. Deux tentatives d' introduction, en 1953 ( trois mâles ) et en 1954 ( deux mâles ), ont été faites à Vordere Waldichäle, sur la rive gauche du Fellital, vallée affluente de celle de la Reuss, au nord-est d' Andermatt et au sud-ouest d' Amsteg. Peu après le lâcher, ces sujets ont disparu et certains ont été revus dans le canton des Grisons. L' un d' eux, signalé en automne 1954 aux confins des deux cantons, est peut-être celui qui a été tué dans le Val Russein, au nord-est de Disentis ( Grisons ).

H. APPENZELL ( Rhodes Intérieures ) Massif du Säntis Le 26 mai 1955, un mâle et une femelle, le 2 juin 1955, deux mâles et une femelle, et le 10 juillet 1955, deux femelles furent mis en liberté à Gloggeren, au sud-est du Seealpsee, sur la rive droite du Schwendebach, au nord-est du Säntis ( 2504 m ), à 1550 m d' altitude. Le même été, les animaux prenaient la direction de l' est, quittaient le canton d' Appenzell et pénétraient dans celui de Saint-Gall.

I. SAINT-GALL /. Massif du Säntis En effet, ils étaient observés à Rohr, au sud de Hoher Kasten ( Saint-Gall ). En août 1955, les sept ibex du Gloggeren se montraient beaucoup plus au sud, au Gätterifirst, pour finalement s' établir en 1956 au sud-est du Säntis sur les sommets suivants: Nädliger ( 2270 m ), Moor ( 2346 m ), Jochli ( 2339 m ) et surtout Wildhauser-Schafberg ( 2382 m ). Une femelle disparut, un petit naquit en 1956. La colonie fut renforcée le 7 juin 1957 par l' apport de six jeunes sujets ( trois mâles et trois femelles d' un ou de deux ans ), provenant du parc Pierre et Paul, de Saint-Gall. Elle comptait officiellement 22 têtes à la fin de 1960.

2. Massif des Graue Hörner C' est dans ce canton que, pour la première fois, le Bouquetin de réensemencement a pris pied d' une façon permanente en Suisse. Le 8 mai 1911, deux mâles et trois femelles du parc Pierre et Paul furent amenés sur les Graue Hörner, au sud-ouest de Sargans, non loin de la rive gauche du Rhin. Le lâcher eut lieu au-dessus du Rappenloch ( 1691 m ) et de Weisstannen, sur la rive droite du Weisstannental. Toute la Suisse se réjouit quand, le 2 juin 1911, eut lieu la première naissance en liberté d' un bouquetin helvétique depuis l' extinction de l' animal, c'est-à-dire depuis près d' un siècle. On compléta la colonie en lâchant, toujours au Rappenloch, deux femelles en 1912, une femelle et deux mâles en 1917, deux mâles en 1924 et un couple en 1927. Puis, en 1938, on amena encore cinq femelles et trois mâles au Stierenläger, près d' Unter Lavtina, à 1450 m d' altitude. En 1939, trois femelles et un mâle, en 1944, deux femelles et un mâle furent mis en liberté sur le versant oriental de l' Hühnerspitz ( 2374 m ). Deux chèvres en 1947 et un mâle en 1951, lâchés à 1900 m d' alti dans les rochers de Padöni, renforcèrent le troupeau. Le 24 juin 1958, deux mâles et deux femelles du parc Pierre et Paul sont importés dans le massif des Graue Hörner.

Les animaux ont une prédilection pour l' Hühnerspitz. Parfois, ils se dirigent au sud vers le Laritschkopf ( 2498 m ), l' Hangsackgrat ( 2640 m ) et le Muttenthalergrat. En automne, certains sujets vont beaucoup plus au sud dans le chaînon du Ringelspitz ( 3247 m ), sur la rive droite du Calfeisental, puis reviennent à l' Hühnerspitz.

Malgré ces nombreux apports, la colonie se développe très mal, puisqu' au début 1957 son effectif était évalué à douze têtes seulement. Cet insuccès est attribué à plusieurs causes: terrain avalancheux ( plusieurs jeunes sujets ont été emportés par les avalanches ), hiver long, grosses chutes de neige qui empêchent les animaux de se déplacer, climat rude avec vent du nord fréquent. C' est pourquoi, en 1956, deux mâles ont été lâchés, à titre d' essai, dans la partie sud des Graue Hörner, à 1300 m d' altitude, dans les pentes méridionales du Gigerwaldspitz ( 2292 m ), sur la rive gauche du Calfeisental, au nord de la route qui va de Vättis à Saint-Martin. En octobre 1956, on pouvait les voir plus au nord sur le Sazmartinhorn ( 2827 m ). Le 19 mai 1957, c' est l' apport de deux femelles ( deux et sept ans ) de l' Albris, mais cette fois mises en liberté dans le Calfeisental; puis un autre lâcher de deux mâles et d' une femelle du parc Pierre et Paul a lieu au même point le 14 juillet 1959. Ces derniers lâchers paraissent bénéfiques; en effet, fin 1960, l' effectif est officiellement évalué à 38 ibex; mais on ne peut pas oublier que, depuis sa fondation, 50 sujets ont été mis en liberté dans les Graue Hörner.

J. GRISONS Le canton des Grisons, où la disparition du Bouquetin remonte au milieu du XVIIIe siècle, est de loin le mieux ensemencé, tant au point de vue du nombre de têtes que du nombre de colonies. La véritable région habitée est l' Engadine, vallée de l' Inn, dans les Alpes rhétiques.

1. Parc national suisse ( Engadine ) Le tableau suivant montre où et quand ont eu lieu les divers lâchers.

Année Mâles Femelles Lieu Altitude 1920 4 3 Praspöl, versant est du Piz Terza ( Val dal Spöl ) 1750 m 1923 1 2 Versant ouest du Piz Terza ( Val Cluozza ) 1900 m 1924 2 idem 1900 m 1926 1 2 idem 1900 m 1933 3 6 Val Tantermozza, au-dessus de la limite de la forêt 2300 m 1934 3 7 idem 2300 m 1947 2 Piz dal Fuorn ( Ova dal Fuorn ) au-dessus de 1900 m 1949 2 1 Val dal Botsch ( Ova dal Fuorn ) au-dessus de 1900 m 1950 1 idem au-dessus de 1900 m Quarante bouquetins ( dix-sept mâles et vingt-trois femelles ) ont donc été lâchés dans le parc national. Seule la partie sud-ouest, comprise entre l' Inn et le Spöl, est peuplée. Souvent, des sujets sortent des limites du parc.

a ) Val Müschauns Surtout la rive droite, notamment les versants de l' arête sud-ouest du Piz d' Esan jusqu' au point 2743, en limite du parc. Le 15 août 1955, j' ai même vu deux mâles au Munt Blais ( 2455 m ), juste en dehors du parc. Mais c' est surtout l' hiver que les ibex débordent à God Varusch et dans le Val Trupchun. Quelquefois ils vont dans le fond du Val Torta ou du Val Tantermozza ( en été davantage ): contreforts nord des Piz d' Esan, Tantermozza et Quattervals; parfois même dans le Val Raschitsch ( Murtaröl ).

Val Cluozza Exceptionnellement dans Valletta et Val Sassa, trop désertiques, ainsi que je l' ai constaté. En revanche tout le Val dal Diavel est bien peuplé, depuis Chamanna Cluozza jusqu' à la frontière italienne, plus spécialement la rive droite: toutes les pentes occidentales du Piz Terza, Piz Murter ( surtout Üerts dal Diavel ), Piz dal Diavel, Piz dell' Acqua.

e ) Val dal Spöl Seules les pentes escarpées de la rive gauche, orientées à l' est, sont hantées, du Piz Terza au Piz dal Diavel. Il faut y ajouter le Val da l' Acqua, parallèle à la frontière et sis entre les Piz dal Diavel, dell' Acqua et Murtarous.

De ces dernières vallées le Bouquetin passe en Italie dans le Val di Livigno.

Les conditions biologiques du parc national conviennent moyennement à l' ibex; le dénombrement officiel de fin 1960 faisait ressortir 250 bêtes seulement.

2. Zone Albris-Languard ( haute Engadine ) Au nord-est, à l' est et au sud-est de Pontresina, ainsi qu' au nord-ouest du Bernina Pass, se trouve le noyau chorologique le plus important de toute l' Helvétie, puisque, d' après le recensement officiel de 1956, il y avait 503 bêtes, soit 254 pour le Val Muragl jusqu' à Bernina Suot, 153 pour le Val dal Fain, 26 pour le Val Minor, 43 pour le Val Chamuera et 27 pour le Val Champagna. Le recensement des 11 et 12 juin 1959 permettait de dénombrer, non comptés les cabris nouveau-nés, 558 ibex pour l' ensemble Albris-Languard, ainsi que toutes les régions avoisinantes habitées, dont 124 pour le seul Val Chamuera où l' Ongulé est en nette augmentation. L' effectif officiel global fin 1960 était de 604 têtes.

Ce fort contingent est issu de quatorze bouquetins lâchés, dont trois femelles venues du parc national ( deux en 1921 et une en 1927 ), ainsi que d' onze mises en liberté à Bernina-Häusern, à environ 2200 m d' altitude ( en 1922, deux mâles; en 1925, un mâle et deux femelles; en 1927, deux couples; en 1928, un couple ). On peut d' autant plus apprécier la réussite exceptionnelle de cette acclimatation que près de 400 ibex, destinés au repeuplement, furent capturés entre 1953 et 1960.

a ) Piz Albris D' orientation nord-ouest sud-est, le chaînon de l' Albris, qui culmine à 3166 m, doit sa célébrité au Bouquetin qui l' habite depuis 1921. On peut y rencontrer des ibex n' importe où, car la densité est très forte. Sans doute les pentes sud-ouest ( Val Bernina ), plus affectionnées des femelles et des jeunes que des mâles, sont-elles les plus riches; les animaux pénètrent dans les bois de pins et de mélèzes jusqu' à 2100 m d' altitude et même, en hiver et au printemps, viennent tout près de la route de Pontresina, à 1900 m d' altitude, notamment à Laret. Sur l' arête nord-ouest, Paradis et Paun da Zücher sont les lieux de prédilection et d' une excellente densité. C' est au Cho d' Albris, au sud du point culminant, que, le 21 mars 1922, le garde Andrea Rauch senior s' assura de la présence des deux étagnes, lâchées au Piz Terza en 1920, qui avaient ainsi parcouru 27 km en ligne droite.

Le versant nord-est qui donne dans le Val Languard, notamment le voisinage du lac Languard, est aussi bien peuplé. Seul, sans guide, malgré le mauvais temps, m' y rendant pour la première fois, j' ai vu, en un seul jour, le 14 août 1955, cent-dix bouquetins, uniquement dans la partie située au nord-ouest du Piz Albris; il s' agissait de femelles avec ou sans cabri, et de jeunes; je n' ai vu aucun mâle, même moyen, ce jour-là.

Le surpeuplement de l' Albris a valu un essaimage qui s' est étendu parfois très loin des limites de cette magnifique réserve.

b ) Massif du Piz Languard ( 3262 m ), Val Chamuera et Val Champagna La région du pic lui-même est une très bonne station pour les hardes de mâles, au cœur de fete: tout le long de l' arête qui va de la Pischa, au sud-est, à Las Sours ( surtout l' hiver ), au nord-ouest, rive droite du Val Languard, Crasta Languard, Piz Clüx, Piz Muragl, Val Muragl, alpe, lac et col Muragl, pentes au nord et au nord-est de Pontresina, Schafberg ( Munt da la Bês-cha ), Piz Utèr, Munt Gravatscha ( à l' est de Samedan ), c'est-à-dire la plus grande partie du Val Champagna, Piz et Val Malat, Munt Müsella, fond du Val Burdun, Crasta Burdun, Munt Olivet, Piz Vadret, Val Prüna et Prünella, les Piz Prüna, Pischa, Sagliaint et Prünella, extrême fond du Val Chamuera.

Assez récemment, les bouquetins se sont installés encore plus au nord sur la rive droite du Val Chamuera: aux Piz Mezzaun, Vaüglia et Casanella. Des ibex ont même traverse le Val Casana ( Chaschauna ), sont arrivés dans le Val Trupchun et ont opéré leur jonction avec ceux du part national. Partis du parc en 1920-1921, les animaux y reviennent quelques dizaines d' années plus tard: juste échange, juste retour!

c ) Val dal Fain Pratiquement, seule la rive droite, à exposition générale sud, est peuplée, été comme hiver: Pischa, Tschüffer, Piz Chatscheders, Pascul da la Stretta et Piz la Stretta, jusqu' au col du même nom.

d ) Val Minor Seulement les versants méridionaux de la rive droite: Piz Alv, Plaun Verd, Piz Minor, Piz dais Lejs non loin de la Forcola di Livigno ( Italie ). Depuis quelques années des animaux occupent la pyramide du Piz Lagalb sur la rive gauche, me signalait de vive voix A. Küster le 26 juin 1959.

e ) Val Agone et Val di Campo Récemment, des sujets passant près de la Forcola di Livigno se sont installés sur la rive gauche du Val Agoné ( surtout pentes sud-ouest de la Cima di Cardan ) et la rive droite du Val di Campo ( notamment Mürisciola, Val Mera et groupe de Corno di Campo ).

Comme le parc national, les Vals Chamuera, dal Fain, Minor, Agoné et di Campo apportent un contingent non négligeable au Val di Livigno.

3. Scarltal ou S-charl-Tal ( basse Engadine ) Tout à proximité du parc national, mais un peu à l' est, une colonie a été fondée sur la rive droite du Val S-charl, au sud-est de Scuol-Schuls. Huit mâles et deux femelles ont été lâchés, en 1953, à Sesvenna, au-dessus de la limite de la forêt, à environ 2000 m d' altitude. Les animaux se tiennent soit dans le Val Sesvenna, soit à Lischana. La colonie a bénéficié d' un apport de trois mâles et deux femelles venant sans doute du parc national. Toutefois, l' effectif officiel de fin 1960 se montait à 19 têtes.

4. Sils et Lagrev ( haute Engadine ) En 1956, onze mâles et quatre femelles ont été lâchés au pied du Piz Lagrev ( 3164 m ), au nord-ouest de Sils-Baselgia, au sud-ouest de Saint-Moritz, à environ 1900 m d' altitude. Puis, en 1957, l' apport est de cinq bêtes ( quatre mâles et une femelle ) en 4 lâchers; en 1958, de sept ( six mâles et une femelle ) en 5 lâchers; en 1959, de deux femelles en 2 lâchers; en 1960 ( jusqu' en août ) de six ( deux mâles et quatre femelles ) en 5 lâchers; ces vingt ibex viennent de l' Albris. Fin 1960, le troupeau ne comptait que 49 têtes ( chiffre officiel ).

5. Avers-Juppa Au cours de 1954, sept mâles et quatre femelles, en 4 lâchers, et, au cours de 1955, sept mâles et trois femelles, en 3 lâchers, ont été mis en liberté dans les rochers au-dessus de Juppa, à 2100 m d' altitude, sur la rive droite de la vallée d' Avers, au sud-est de Thusis, au sud-ouest de Saint-Moritz. Les animaux au nombre de vingt au début de 1957 occupent les points suivants: Jupperhorn ( 3155 m ), Piz Platta ( 3392 m ), Mazzaspitz ( 3164 m ), Foppaspitz ( 2697 m ) et Stallerberg ( 2579 m ). Effectif officiel de fin 1960: 36 têtes.

6. Piz Aela C' est non loin de là, dans le massif du Piz Aela, à l' ouest et au sud-ouest de Bergün, qu' a été tenté sans succès un repeuplement. En 1914, deux couples ont été amenés à Plan Purcher, entre Uglix et Chavagl-Grond, à 2100 m d' altitude. En 1915, c' était un bouc et deux chèvres qui étaient lâchés dans une combe du Rugnux, Enfin, à 2000 m d' altitude, dans la combe d' Uglix, deux mâles en 1918, un couple en 1919 et deux couples en 1926 étaient remis en liberté. En 1926, la colonie comptait quarante têtes; par la suite elle diminua rapidement et partir de 1930 tous les bouquetins avaient disparu.

7. Somvix ( Val Russein et Val Punteglias ) Toute récente est cette colonie. En 1956, six mâles et deux femelles étaient lâchés à Barcuns dans le Val Russein, au nord-ouest de Somvix et au nord-est de Disentis, sur la rive gauche du Rhin, à 1600 m d' altitude. A la suite du dénombrement de fin 1960, l' effectif officiel était de 14 têtes. Le 21 novembre 1958, une étagne était mise en liberté près de l*Alpe Punteglias, au nord de Trun, à environ 1600 m d' altitude.

8. Misox ( Val Mesolcina ) A Pian San Giacomo, à 1600 m d' altitude, au nord-ouest de Misox ( Mesocco ), sur la rive droite du Val Mesolcina, on a lâché en 1955 trois femelles et neuf mâles, cheptel complété le 25 juin 1957 par deux femelles de deux ans, de l' Albris. Les animaux se sont fixes à Pradirone, Alpe d' Arbèa et Giumella, au pied du Piz di Trescolmen ( 2581 m ). Fin 1960, effectif officiel: 6 têtes.

9. Sufers-Safien La double colonie de Sufers-Safien date de 1954. A cette époque, onze mâles et trois femelles ont été mis en liberté au pied du Stutzhorn, à 1800 m d' altitude, au nord-ouest de Sufers, au sud-ouest de Thusis, sur la rive gauche du Rhin. Les animaux ont gagné l' Alperschellihorn ( 2762 m ) et le Teurihorn ( 2973 m ). En 1954 deux couples et en 1955 trois mâles et cinq femelles ont été libérés à Wanne, au sud de Safien, dans le Safiental. Ils se sont établis sur le Gelbhorn ( 3036 m ) et le Schwarzhorn ( 3031 m ), au sud-ouest du Piz Beverin. Pratiquement les deux groupes qui comptaient vingt-cinq bêtes au début de 1957 sont en partie réunis. L' effectif officiel de fin 1960 est de 37 bouquetins.

10. Val Bever ( haute Engadine ) L' introduction date de 1957. Entre le 9 mai et le 11 décembre, en 17 lâchers, vingt-huit ibex ( dont vingt mâles et huit femelles ) de tous âges, en provenance de l' Albris, furent rendus à la liberté entre Blais Melnetta et Prasiiratsch, vers 1900 m d' altitude, sur la rive gauche de la rivière Beverin, à l' ouest de Bever, au sud de l' Albulapass. Deux nouveaux lâchers ont eu lieu les 19 et 21 mai 1959 avec trois femelles de l' Albris. Certains animaux se sont déplacés à l' ouest et un de mes amis grisons a vu des bouquetins au F. Crap Alv. Fin 1960, l' effectif officiel était de 42.

11. Val Susauna ( haute Engadine ) Plusieurs lâchers ont été faits au-dessus du village de Susauna sur le Vallember, au nord de S-chanf, sur la rive gauche de l' Inn, à 1680 m d' altitude: en 1958, le 6 juin dix mâles et une femelle, le 12 juin un mâle, le 15 juin trois mâles et trois femelles, le 17 octobre une femelle; en 1959, le 27 mai deux femelles, le 25 juin deux femelles, le 20 juillet trois mâles. Le troupeau, entièrement issu de l' Albris, s' est éparpillé sur les deux rives du Val Susauna; des ibex ont été vus au Muot da l' Hom, dans le Val Viluoch et au Piz Griatschouls. Effectif officiel fin 1960: 30 têtes.

12. Val Lavoi ( rive gauche du Rhin ) Le Bouquetin habite le Val Lavoi ( Lavoitobel ) ou Val Maliens depuis le 5 juin 1959, date à laquelle trois femelles de l' Albris ont été lâchées au nord-est de Trin, au nord-ouest de Tamins et à l' ouest de Coire.

13. Région de Flims-Bargis ( rive gauche du Rhin ) Une colonie d' ibex a été créée en 1958 dans la région du Crap de Flem, au nord de FlimsFlem ) et à l' ouest de Bargis et de Coire, vers 1550 m d' altitude. Ont été mis en liberté: le 18 mai trois mâles et une femelle, le 24 mai cinq mâles, le 3 juin quatre mâles et le 14 juillet deux femelles, tous venus de l' Albris. Val Lavoi et Flims-Bargis constituent une même colonie dont l' effectif officiel est de 15 sujets fin 1960.

14. Lenzerheide Les montagnes de Lenzerheide, près de Lai, au sud de Coire et au nord de Tiefencastel, ont été ensemencées récemment avec des sujets de l' Albris. Du 2 juin au ler juillet 1959 neuf mâles et sept femelles, et du 16 juin au 22 juillet 1960 dix mâles et trois femelles ont été mis en liberté en onze lâchers, sur le chemin menant à l' Alpe Scharmoin, vers 1500 m d' altitude. Il restait officiellement 27 bêtes fin 1960.

15. Seehorn Toute récente est la colonie du Seehorn, au nord-est de Davos et à l' est du lac de Davos. Déjà vingt-sept ibex ( dix-huit mâles et neuf femelles ), tous capturés dans l' Albris, y ont été transplantés en douze lâchers échelonnés entre le 24 mai et le 31 juillet 1960, à environ 1550 m d' altitude.

86 Paroi nord-ouest de la Civetta avec itinéraire de la Philip Flamm, O = Bivouac. Le Cristallo est un névé bien visible dans la paroi.

Photo Ghedina, Cortina 87 Le grand dièdre de la Philip Flamm.

Photo A. Wright K. GLARIS Kärpfstock Le massif du Kärpf ( 2794 m ), au sud de Glaris, fait partie de l' aire du Bouquetin grâce à des apports de l' Albris. Quatre lâchers ont été effectués à la Bischofalp, au sud-est du Kärpf, à environ 1750 m d' altitude. En 1957: le 11 juin un mâle de trois ans et deux femelles de deux et trois ans; le 23 juillet un mâle de trois ans. En 1958: le ler juin un mâle de cinq ans; le 9 juin une femelle de sept ans. Après des naissances, l' effectif officiel de fin 1960 était de 14 têtes.

NOMBRE DES BOUQUETINS EN SUISSE FIN 1960 Un tel quadrillage de l' aire provoque inévitablement des essaimages, des migrations, des émigrations ou des cas d' erratisme. Il faut s' attendre à des apparitions parfois surprenantes, loin du lieu du lâcher ou du fief habituel, car le Bouquetin n' est pas toujours inféodé à une montagne ou à un massif montagneux.

Voici l' état complet des ibex suisses, à la fin de 1960, tel qu' il a été publié dans le n° de janvier 1961 ( pp.7-8 ) de « Schweizer Naturschutz », sous la signature d' Alfred Küster, inspecteur fédéral à Berne.

Canton de Berne Augstmatthorn 198 Canton du Valais Mont Pleureur-Val des Dix470 Aletsch-Bietschhorn 103 Leukerbad45 Zermatt33 Canton de Vaud d' Œx ( Rocher du Midi-Gummfluh ) 15 Wetterhorn

Schwarzer Mönch Justistal

Grosser Lohner..

Gasterntal

Tscherzis

55 91 60 33 12 22 Canton des Grisons Piz Albris604 Parc nationa1250 Sufers-Safien 37 Avers-Juppa36 S. Giacomo-Mesocco 6 Somvix14 Sils-Maloja49 Bever42 Val Susauna30 Flims-Bargis15 Lenzerheide 27 S-char1ta119 Davos27 Motélon Canton de Fribourg 18 Canton d' Unterwaiden Hutstock 25 Canton de Saint-Gall Graue Hörner 38 Schafberg ( Säntis ) 22 Kärpf Canton de Glaris 14 Total 2410 Dans ce total de 2410 bouquetins ne sont pas comptées les 18 têtes des colonies suivantes, créées en 1960: Haut de Cry-Derborence ( 7 ), Saas-Almagell ( 4 ), Belalp(3 ), Arolla ( 2 ) et Figinen-Gondo ( 2 ).

10 Les Alpes - 1964 - Die Alpen

Feedback