Le chalet

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Par Gabriel Mützenberg

C' est une pièce primitive

Avec un fourneau, deux grands lits,

Une lampe sous les solives,

Une table et deux bancs polis.

Parfois, le feu prend mal, ça fume; L' œil pleure, on tousse, et puis on rit, Et la flamme, soudain, sourit Comme une joie qui s' allume.

Quand on se penche à la fenêtre, D' un regard on voit le pays Et on dirait qu' il vient de naître, Tant il est frais, clair et joli.

Quand il fait beau, on vient, le soir, Sur le banc rêver à la lune Et les minutes, une à une, Tombent, douces, comme un espoir.

Quand le vent lance ses rafales, Que le ciel gris, que le ciel pâle Descend sur nous comme un linceul, Nous nous chauffons, heureux et seuls,

Dans la pièce, où le feu pétille... Et les yeux dans les yeux qui brillent Nous écoutons la nuit chanter Tous les refrains du bel été.

Feedback