Montagnes pour la vue - Alicante

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

( espagne du sud ) par f.d.fischer, baden

Avec 2 illustrations ( 4 et 5 ) Bien entendu, toutes pourraient etre gravies. Mais celui qui ne va pas en Espagne meridionale avec le but determine de faire des ascensions ne sera guere equipe, arrive lä-bas, pour satisfaire son envie de grimper. II lui faudrait endurer la chaleur, la soif et la solitude oppressive d' une journee d' ete en Espagne. Et l' absence de refuges dans les endroits favorables, la fraicheur saisissante des crepuscules pourraient avoir des suites nefastes pour la sante d' un touriste legerement vetu et insuffisamment equipe. En outre, l' eclat du soleil, en accentuant la durete des ombres, trompe sur les distances et fait paraitre toute proche chaque elevation de terrain. Enfin le sentier pierreux, recouvert d' une poussiere epaisse, s' etire en longueurs inattendues. Essayez-vous de prendre au plus court: Vous vous fatiguez inutilement sur des pentes traitresses d' eboulis qu' habille pauvrement une maigre Vegetation. Le premier epaulement ä atteindre semble plus haut que jamais, et ce n' est helas pas encore celui d' oü l'on gravit l' ultime pointe rocheuse, par ailleurs facile ä escalader. Celle-ci te tente depuis longtemps, mais dejä, alors que tu nageais parmi les douces vagues de la baie, le pressentiment de la chaleur infernale et de la soif atroce que tu devrais supporter a refrene ton envie. Combien seraient plus agréables ici, au lieu des souliers bas robustes, mais déjà zébrés de griffures et blancs de poussière, les espadrilles légères qu' indigènes et villégiateurs portent tout au long de la journée. Mais non: tu aurais tout de suite les talons et les orteils mis en capilotade par les grains de sable et de gravier.

Un glissement de terrain a balayé le sentier; à chaque pas le sol se dérobe sous le pied et modère bientöt ton désir d' atteindre le sommet. Là-bas, non loin de la vasque émeraude et ultramarine d' une calanque qui brille entre deux promontoires roux, une maison fait tache blanche malgré ses murs fissures et les panneaux-reclame deteints. Sa pergola de bambous annonce une auberge. Il faut d' abord passer devant une villa silencieuse, avec tonnelles de feuillage, tuiles rondes et un puits orné de fer forge. Elle se dresse à l' écart, sur un belvedere d' une beauté paradisiaque. Là-bas, les familles des « Guardia civil » doivent se contenter d' habitations moins favorisées, au milieu d' une steppe incandescente et pierreuse. Justement une charrette attelée d' un äne et chargée d' un füt de vin s' arrete devant les maisons basses accolées. Les femmes accourent avec leurs cruches de terre verdätres.

Que ce paysage est beau, sous les ombres fuyantes des nuages rapides! Au delà d' une large vallée, le terrain s' élève vers l' intérieur en ondulations variées. Où que se tournent les regards, c' est le gris argenté des oliviers, ce sont les boules alignées des vergers d' orangers, de citronniers et d' aman. Plus loin, c' est le vert des collines appuyées aux chaînes de montagnes bleuissantes dans la brume vaporeuse du milieu du jour. A cette heure, le relief de leurs cotes chauves et des couloirs plongeants parallèles est peu accuse; par contre les cretes rocheuses se détachent vivement sur le ciel. Dans l' ensemble, ce paysage de l' Espagne sud-orientale n' a rien, vraiment rien de commun avec l' aspect des regions montagneuses de notre pays. Et pourtant que de ressemblances étonnantes ne decouvre-t-on pas dans les détails de son architecture! Tout d' abord la montagne qui me domine - si l'on fait exception des falaises rocheuses baignées d' écume qui plongent dans la Méditerranée - rappelle le Righi d' une manière frappante, seulement toutefois lorsque, vue à contre-jour, la pénombre en efface les détails. Il faut aussi faire abstraction de la faible altitude de ces sommets, imposants néanmoins du fait que leur base est à la cote zero.

L' aspect des localités nous transporte souvent dans le Moyen Orient. Altea, par exemple, petit village de pecheurs à Test d' Alicante, s' étire en hauteur depuis le port et la Place du Marche, où les ruelles coupent la route nationale et où les cafés rassemblent indigènes et villégiateurs. Avec les cubes blancs de ses maisons étagées en terrasses, son haut campanile et sa coupole bleue, la « ville située sur une montagne » ne peut passer inapercue. La montagne à l' arrière, avec ses parois rocheuses supérieures et sa crete tantöt dentelée, tantöt mollement ondulée, rappelle fortement certaines parties du Jura romand. Cette silhouette là-bas à l' ouest ne fait-elle pas penser un peu au Piz Julier vu du Hahnensee? Tout à cöte, cette fenetre qui semble avoir été découpée par la main de l' homme dans les rochers du Penon de Aitana, ne vous remet-elle pas dans l' esprit la brèche de l' arete du Gross Kärpfstock ou le passage de la Breya, entre la Pointe d' Orny et le Val d' Arpette au-dessus de Champex? Mais qui descend encore à pied de la cabane du Trient, pour ne pas parler de la montée, maintenant qu' un télésiège permet de franchir si commodément une grande partie de la difference d' altitude? Pourtant est-il rien de plus beau, après le trajet en montagnes russes jusqu' au col précité et la descente rapide et fatigante dans les éboulis, de s' étendre sur le mol gazon sous les mélèzes? Ainsi s' evadent mes pensées vers les montagnes du pays natal.

Aux raisons énumérées plus haut propres à décourager les courses de montagne dans la province d' Alicante, il s' en ajoute enfin une autre de nature politico-militaire. La presence dans cet arrière-pays de la station de radar américaine en a fait interdire l' acces. Certes, il n' y a chez nous en Suisse rien de semblable à ce cap rocheux qui, à Test, surgit immédiatement de la mer. Le Penon de Ifach, constitue entièrement de grès coquillier, est très facile à gravir par son versant oppose, près de la plage de Calpe.

Quelques mots encore sur les conditions économiques de la cote à Test de l' elegante ville por-tuaire d' Alicante. Depuis huit ou dix ans, cette region connaît un « boom » sensationnel. Le prix des terrains monte de jour en jour, ce qui rappelle la vente du sol de notre propre patrie. Il y a une dixaine d' années, le terrain se vendait couramment 7 ou 9 pesetas le metre carré ( environ 0.60 fr. ); aujourd'hui il se paie jusqu' à 2000 ou 3000 pesetas ( de 150 à 225 fr. ), selon la situation. Et cela non seulement sur le littoral avec accès à la plage; il se trouve des acheteurs pour des parcelles situées assez loin à l' intérieur, vu que chacun ne supporte pas le climat maritime. Le petit hameau de pecheurs de Benidorm, totalement inconnu il y a quelques années, compte maintenant près de 6000 habitants et accueille jusqu' à 80 000 baigneurs durant la saison. 40 hoteis de toutes categories ont été construits ces dernières années; d' autres sont en construction ou en projet. De gracieuses villas de vacances de style arabe, mexicain ou sud-américain, voisinant avec d' autres d' un type ultra-moderne, font un tableau discordant pas toujours agréable à l' ceil. Mais dans une rue secondaire on rencontre des rangées de maisonnettes contigues, exactement pareilles, chacune avec son petit jardin. Ce sont des habitations de vacances pour familles d' ouvriers, car l' Es de Franco, contre toute attente, favorise fortement le tourisme social. Il s' efforce aussi de parer la crise des logements: en bordure des grandes villes on voit sortir de terre d' immenses blocs locatifs qui doivent mettre fin aux bidons-villes misérables et malsains, où s' entasse une population vivant de déchets. Quant à savoir si les gueux qui ont vécu en paix jusqu' ici dans leur dénuement pittoresque se sentiront plus heureux dans le nouveau milieu où on les parque de force, ca c' est le problème d' une seule generation.

Le site de la station balnéaire de Benidorm est d' une beauté incomparable. Entre les füts elances des palmiers-dattiers apparaissent les flots bleu foncé de la mer, sur quoi ressort la tache claire d' un îlot rocheux voisin. Un haut belvedere avec restaurant-terrasse genre Monte Brè ( La Panorama ) partage la localité en deux parties. Malheureusement la colline du chäteau, à l' ouest, est défigurée par des constructions de mauvais goüt. Depuis les temps les plus reculés, la cote méditerranéenne espagnole a été le theätre d' éternelles attaques et a vu se succéder de nombreux possesseurs. Le nom Altea, par exemple, contient la racine de termes greco-romains; la moitié du toponyme Benidorm est d' origine arabe; Alicante elle-meme remonte à une fondation d' Annibal au deuxième siècle avant notre ère. Des forteresses en ruine et, jusque fort avant dans l' intérieur du pays, des tours rondes rappellent un passé agité et guerrier.

Nous voilä loin de nos « montagnes pour la vue ». Mais n' en fut-il pas de meme pour nous dans Altea, notre lieu de villégiature? Que de destinées y avons-nous rencontrées! Des familles notables indigenes qui ont tout perdu au cours de la guerre civile d' Espagne, mais ont toutefois garde leur haute culture et montrent leurs valeurs spirituelles natives meme dans quelque emploi subalterne. Des étrangers jadis huppes qui, après des années de privations et de persecutions dues à la guerre et à la deportation, sont venus finir leur vieillesse dans cette retraite. Nous avons aussi trouve le bonheur et le contentement dans les demeures villageoises les plus pauvres. Une fois, nous avons écarté le rideau de perles de verre pour jeter un coup d' ceil dans un sombre patio. La mere, tout d' abord étonnée et comme angoissée, oublia sa timidité lorsqu' elle nous vit distribuer des bonbons à ses mioches. Qu' ils sont beaux ces gosses, meme presque nus, avec leurs yeux noirs, leurs cheveux de nuit, leurs dents blanches et les lignes souples de leur corps basane.

2Les Alpes — 1962 -Die Alpen17 Qu' il s' agisse de la grandeur majestueuse de nos Hautes Alpes ou, dans le Midi, de la végétation luxuriante et de la merveille des flots éternellement changeants, toujours resteront valables les mots que, lors de son séjour en Suisse, le poète Klopstock a mis en épigraphe à son poème sur le lac de Zurich: « Belle est, mère Nature, la splendeur de to création... plus belle encore la joie sur un visage.»Traduit par L. S.

Feedback