Visions passagères

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Par Louis Gianoli.

Ne pensez-vous pas que, devant ces grands horizons, dans cet air si limpide, cette lumière si franche et au milieu de tant de choses pures et fortes, l' homme n' aurait jamais pu devenir mauvaisJavelle.

Mon ami et moi, nous marchions avec une certaine précaution, et un recueillement instinctif nous rendait muets et attentifs à la beauté adoucie de la nature, à l' harmonie enchanteresse de ses derniers accords qui s' éteignaient dans un pianissimo insaisissable. L' automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l' hiver.

G. Land.

Les premiers jours de mars je quittais l' altitude, emportant avec moi cette vision inoubliable de la montagne en hiver.

Quelques jours après, je m' embarquais pour le Sud, afin de chercher sous un nouveau ciel quelques contrastes et de nouvelles impressions.

Déjà en pleine Méditerrannée, à la tombée de la nuit et par une heureuse coïncidence, le soleil comme une boule de feu disparaissait dans les flots en même temps que la lune se levait à l' horizon.

36 heures de traversée: l' arrivée à Philippeville et après avoir quelques jours auparavant broyé tant de neige, se sentir enveloppé de la douceur du printemps, voir des prés en fleurs et enfin l' immense désert de feu. + 42 degrés au soleil. Sur les lacs salés que l'on rencontre avant les Gorges d' el Kantara, la vision d' un mirage s' est manifestée en silhouettes représentant une caravane marchant sur le lac.

Le lendemain vers 11 heures du matin, en plein désert, un autre mirage plus impressionnant se développait à l' horizon.

A mesure que l'on avançait, il se transformait, disparaissait pour réapparaître avec plus de mystère, nous laissant l' illusion d' un rêve qui, pourtant, avait été une réalité. Et de nouveau, sous la voûte du ciel, le désert reprenait son immensité. Le sable au premier plan d' un ton chaud allait par dégradation se fermer à l' horizon par une ligne bleu foncé qui donnait l' illusion de l' océan. En face des Alpes, la même impression de petitesse nous étreint.

Si là-haut le séjour de la lumière et le silence vous impressionnent par leur splendeur infinie, le désert vous surprend par sa grande simplicité. Cependant le mirage ne se manifeste pas qu' au désert.

Au retour, en passant les Gorges d' el Kantara, les montagnes peu élevées qui les entourent, j' ai vu leurs sommets isolés dans le ciel.

Le même phénomène, nous l' avons observé à midi, un 19 octobre, à la Dent Blanche.

Le sommet du Mont Viso était complètement isolé dans le ciel.

J' étais avec feu le guide Ant. George qui en était à sa 40e ascension, et c' était la première fois qu' il voyait un mirage.

Il faut ajouter que c' était aussi la première fois qu' il se trouvait à la Dent Blanche en octobre, le sommet dégagé de neige dans un ciel d' azur.

Le Cervin, la Dent d' Hérens étaient là à jet de pierre. Là-bas, impressionnants par leur majesté, le massif du Grand Paradis et plus loin les Alpes Maritimes.

A nos pieds le Grand Cornier, les Glaciers de Bricolla, du Mont Miné, la cabane Bertol, l' Aiguille de la Za, au lointain le massif du Mont Blanc, et plus loin le Jura qui se confondait avec le ciel.

L' arête des Quatre Anes descendait dans un gouffre si épouvantable qu' il aurait inspiré et fait frémir le Dante.

Le calme qui régnait là-haut nous permit de contempler pendant une heure, dans le silence, une des merveilles de la création.

Depuis, j' ai questionné divers explorateurs et alpinistes; sauf au désert ainsi que les apparitions dans le brouillard qui n' ont rien à faire avec les mirages, aucun n' avait observé de ces phénomènes en montagne.

Je sais que les couches d' air plus ou moins tempérées jouent le principal rôle, mais je crois que c' est surtout la place qu' occupe le soleil dans le ciel, et par le fait du contre-jour, soit d' octobre à mars, que ces apparitions se produisent.

Maintenant, avec l' aide du ski, les ascensions en montagne ne sont plus limitées aux jours les plus longs de l' année, les mirages doivent plus facilement être observés aussi.

Il serait intéressant que les collègues ayant dans leurs courses contemplé de tels phénomènes nous les veuillent communiquer.

Feedback