La cabane des Dix est située au dessus du lac du même nom, à près de 3000m d’altitude. Elle sera la première cabane de montagne Suisse à utiliser l’hydrogène pour s’approvisionner en énergie et à être cent pourcent autonome, sans avoir recours aux combustibles fossiles. Ce projet pilote novateur de la section CAS Monte Rosa sera opérationnel d’ici 2020.

Dès l’été 2020, un système de pile à combustible à hydrogène remplacera la génératrice diesel pour fournir de l’énergie propre à la cabane des Dix. La section CAS Monte Rosa établit ainsi de nouvelles références en matière de technologie énergétique, comme elle l’a déjà fait en 2010 avec la construction de la nouvelle cabane Monte Rosa.

La génératrice diesel utilisée jusqu’à présent sera remplacée par une pile à hydrogène afin que la cabane puisse fonctionner de manière totalement autonome sur le plan énergétique. L’énergie pourra ainsi être produite et stockée sur place par électrolyse de l’eau. La surface totale du toit de 240 mètres carrés sera utilisée pour la production d’électricité. De plus, 10 mètres carrés de capteurs thermiques seront installés pour la production d’eau chaude.

Pourquoi une « cabane H2 » ?
Durant les périodes non gardiennées, la production d’énergie au moyen de panneaux photovoltaïques est plus importante de que la consommation. Avec le système actuelle cette énergie ne peut être stockée que partiellement et est donc en grande partie perdue. L’objectif sera de convertir en hydrogène, par électrolyse de l’eau, l’énergie produite pendant l’hiver puis de la conserver. Cette méthode présente l’avantage de pouvoir stocker une plus forte densité d’énergie et de ne pas rejeter de gaz d’échappement lors de la combustion de l’hydrogène. La cabane pourra ainsi fonctionner avec de l’électricité propre toute l’année, sans avoir recours à une génératrice diesel. Même pour la cuisine, des énergies vertes remplaceront le gaz.

Un projet innovant qui rencontre un grand intérêt
Dans les débats actuels sur la Stratégie énergétique 2050, la transformation prévue rencontre un grand intérêt de la part des administrations publiques et des partenaires potentiels. Cela est de bon augure, car le projet estimé à environ CHF 3,4 millions, ne pourra être réalisé sans soutien extérieur.
 

Et qui sait, peut-être que d’autres cabanes profiteront à l’avenir de l’esprit pionnier du CAS et suivront ce bon exemple.