COVID-19

Depuis le 11 mai, les cabanes du CAS peuvent à nouveau ouvrir leurs portes et les courses de montagne sont également possibles - merci toutefois de respecter les directives en vigueur du Conseil fédéral ainsi que nos recommandations de conduite.

Disclaimer

Se lancer sur un itinéraire en terrain alpin demande une bonne condition physique, une préparation sérieuse et des connaissances techniques en matière de sports de montagne. Suivre de tels itinéraires se fait sous votre propre responsabilité. Pour pratiquer les sports de montagne avec une plus grande marge de sécurité le CAS recommande de suivre une formation avec des spécialistes compétents. Tous les contenus du portail des courses du CAS ont été recueillis avec le plus grand soin. Le Club Alpin Suisse CAS et les auteurs ne donnent aucune garantie quant à l’actualité, la justesse et le caractère exhaustif des informations mises à disposition. Toute demande d’indemnités sous n’importe quelle forme à l’encontre du CAS ainsi que des auteurs est exclue.

Via ferrata panoramique du Jegihorn Jegihorn 3206 m

  • Difficulté
    K4
  • Ascension
    3 h, 400 m
  • Expérience
    3 / 4
  • Force
    2 / 4
  • Endurance
    3 / 4
  • Psyché
    3 / 4

Un trois mille en Valais, le royaume des très grands sommets alpins, ça n’a rien d’excitant à première vue. Les vrais sommets culminent à une altitude commençant par un quatre, cernés par les glaces, protégés par des parois infranchissables… Ils sont tous très connus, surtout l’un d’entre eux, qui se dresse dans la vallée adjacente, dans le Mattertal, caché derrière les Mischabel. Pas difficile, vu que la pointe la plus haute des Mischabel, le Dom (4545 m), dépasse le Cervin de quelques mètres ; c’est le plus haut sommet entièrement sur sol suisse. C’est aussi celui qu’on repère tout de suite dans le panorama offert depuis le sommet du Jägihorn (Jegihorn sur la CN). La via ferrata panoramique se déroule dans un décor sans pareil, même en Suisse ; on ne voit que rochers, glaciers, sommets et arêtes – quand les yeux ne sont pas occupés à chercher la prochaine prise. Elle se trouve d’ailleurs en général juste là où on en a besoin. Beat Burgener et son équipe ont fourni un énorme travail en construisant cette via ferrata : adaptée à cette montagne, elle suit une ligne logique et offre un maximum d’impressions – et aussi quelques sensations fortes. Si ça ne suffit toujours pas, on peut s’essayer à la nouvelle variante, un pont suspendu à trois câbles de 40 m entre l’antécime et le sommet principal. On connait ce genre d’installation des via ferrata françaises, sur lesquelles on fait plus de la gymnastique, en équilibre ou à quatre pattes, que de l’escalade. Et l’échelle de corde branlante (ou est-ce une toile d’araignée ?) accrochée devant un surplomb me rappelle une via ferrata dans l’arrière-pays niçois… La via ferrata panoramique permet à un plus grand public d’accéder au sommet du Jägihorn, un beau trois mille. Avec un peu d’expérience des via ferrata, on ne se sentira pas dépassé, à plus forte raison vers le haut, où la via ferrata devient un peu moins difficile. Plus besoin de batailler, on a le temps et le loisir de profiter pleinement des images en 3D : en bas, la vue plongeante vers le fond de la vallée ; plus haut, le spectacle unique sur le massif des Mischabel qui ressemble presque à un chapiteau de cirque lorsqu’il est plongé dans l’ombre de l’après-midi ; au fond, la vue panoramique depuis le sommet qui englobe aussi une grande partie des Alpes bernoises. Du sommet, les via ferratistes peuvent compter les sommets culminant à plus de 3500 m ou 4000 m au nord du Rhône et autour de la vallée de Saas. On prend alors conscience des dimensions de ce paysage valaisan de haute montagne. Presque 4000 m de dénivelé séparent Viège et le sommet du Dom ; d’autre part, il n’y a que 10 km à vol d’oiseau entre les vignes les plus élevées de Suisse à Visperterminen et le Laggihorn, le 4000 le plus proche. En Valais, il y a des choses qui sont juste plus extrêmes qu’ailleurs en Suisse.

Description de l'itinéraire

Accès

Via ferrata du Jegihorn

Les câbles métalliques mènent vers la gauche autour d’une saillie rocheuse puis par un terrain en escalier jusqu’à l’ouverture bien marquée d’un couloir. Monter dans ce couloir (attention à ne pas provoquer de chutes de pierres !), puis dans le mur ouvert en restant presque dans la ligne de pente (câbles, échelons, échelles) pour atteindre une pente herbeuse raide et rocailleuse. Une dernière échelle mène à l’antécime (3150 m). Prendre vers la gauche sur une vire et descendre brièvement jusqu’à la rampe au départ du grand pont népalais à trois câbles. Franchir le pont et gagner l’échelle de corde suspendue. Viennent ensuite quelques mètres d’escalade très raide (pierres percées en guise de marches !) avant de rejoindre la voie normale. Celle-ci descend le long de l’arête W de l’antécime, bien aérienne, dans la brèche (3093 m) devant le Jägihorn. Rester à gauche de l’arête acérée pour rejoindre le départ véritable de l’arête sommitale. Grimper dans le rocher compact, d’abord facilement, puis plus raide et aérien, avec un bout directement sur le fil de l’arête (échelons). Finalement la pente s’adoucit. Des rochers en escaliers mènent au vaste sommet (3206 m).

Descente

Par la voie normale jusqu’à l’embranchement au P. 2730. Continuer la descente sur le chemin de randonnée partant à droite. Longer finalement le Triftbach jusqu’à Kreuzboden.

Informations complémentaires

Caractère

K3–4. Via ferrata pour les alpinistes, parfaitement équipée avec cinq échelles, 400 échelons et presque un kilomètre de câble. On ne s’aventurera dans cet itinéraire pour fin connaisseurs que par météo sûre (sans risque d’orage) et par conditions parfaites (pas de neige). Le décor rocheux et glaciaire de la vallée de Saas est grandiose. La variante « Zitterpartie » extrêmement aérienne nécessite avant tout des nerfs très solides et quelques dispositions artistiques (K5). Le pont népalais balance fortement en cas de fort vent.

Temps

Horaire global 6 h, accès 1½ h, via ferrata 3 h, descente 1½ h.

Signalisation

Accès et descente marqués blanc-rouge-blanc, resp. blanc-bleu-blanc, panneaux indicateurs.

Auteur

Eugen Hüsler

Le Zurichois Eugen E. Hüsler est auteur et photographe. Il a rédigé une septantaine de guides de via ferrata, de randonnée et de VTT ainsi que des livres de photographie. Ses nombreuses publications sur les via ferrata lui ont valu le surnom de «pape de la via ferrata».

Nos suggestions

Lunettes de soleil Julbo Run

outdoor

Lunettes de soleil Julbo Run

Prix de vente CHF 99,00
Prix membre CHF 85,00
Oberwallis

Escalade

Oberwallis

Prix de vente CHF 59,00
Prix membre CHF 49,00
SAC-Hüttenarchitektur

Cabanes

SAC-Hüttenarchitektur

Prix de vente CHF 49,00
Prix membre CHF 39,00
Portail des courses - l'abonnement annuel

Abonnements portail des courses CAS

Portail des courses - l'abonnement annuel

Prix de vente CHF 42,00
Prix membre CHF 32,00
Bergwandern von Hütte zu Hütte

Randonée alpine

Bergwandern von Hütte zu Hütte

Prix de vente CHF 49,00
Prix membre CHF 39,00
Monopoly des cabanes du CAS

Cabanes

Monopoly des cabanes du CAS

Prix de vente CHF 69,90
Prix membre CHF 59,90
Lebenswelt Alpen

Formation

Nouveau

Lebenswelt Alpen

Prix de vente CHF 59,00
Prix membre CHF 49,00
Avertissements de danger
Avertissements de danger

Avertissements de danger

Avertissements de danger actuels du portail des courses du CAS.
En savoir plus
Mesures de protection
Mesures de protection

Mesures de protection

Kletterverbote, saisonale Einschränkungen oder Verhaltensempfehlungen.
En savoir plus