Le CAS dépose un recours contre l'ordonnance de protection du Kiental Un site d'escalade sur glace prisé doit être préservé

Le canton de Berne veut étendre la zone de protection existante à l'arrière Kiental. Cela signifierait que l'escalade sur glace n'y serait plus possible. La CAS a déposé un recours contre la nouvelle ordonnance de protection. Selon les signaux du canton, nous demeurons confiants quant à la possibilité de trouver une solution.

Dans la partie la plus reculée du Kiental, au Tschingel, se trouve une zone alluviale d'importance nationale. Sa beauté est renommée et populaire auprès des passionnés d'espaces naturels et des adeptes de sports de montagne. Le canton de Berne veut à présent réviser les dispositions de protection actuellement en vigueur depuis 1987. Il est, entre autres, prévu d'étendre la zone centrale assortie d'une interdiction d'accès à l'ensemble du périmètre. Cela signifierait notamment que les voies d'escalade sur glace et leurs accès ne pourraient plus être fréquentés. Le CAS a déposé un recours à ce sujet dans le cadre de la procédure de consultation publique. Elle propose que la zone centrale soit réduite afin que l'escalade sur glace et le canyoning ne soient pas affectés par les nouvelles dispositions de protection. 

CAS confiant qu'une solution sera trouvée

L'interdiction d'accès aux piétons ou l'obligation de suivre les chemins dans les zones alluviales d'importance nationale n'est pas impérative. Pour la protection de la zone en question, l'ordonnance sur les zones alluviales se focalise sur les bâtiments et les installations ainsi que sur la préservation et la promotion d'une exploitation agricole et forestière durable. L'escalade sur glace ne met en aucun cas en péril les objectifs de préservation de la zone de protection. 
Le site d'escalade sur glace du Kiental est un terrain d'entraînement idéal et sans danger. Il est régulièrement utilisé par les sections du CAS, par l'association centrale du CAS, par l'équipe d'expédition du CAS et par de nombreux membres. Selon les déclarations du service de promotion de la nature du canton de Berne, l'objectif n'était pas d'interdire l'escalade sur glace. En conséquence, le CAS est confiant qu'une solution sera trouvée pour l'escalade sur glace. 

CAS exige d'être impliqué par les autorités en aval

Afin de garantir que les sports de montagne proches de la nature ne soient pas à nouveau oubliés dans des démarches similaires, le CAS demande qu'à l'avenir il soit, tout comme les guides de montagne, activement impliqué par les autorités en aval de toute décision, dans le cadre d'un processus participatif. 

Feedback