Phénomène de masse des drones Le point de vue du CAS sur un objet controversé

Les drones sont de plus en plus populaires, même en montagne nous les rencontrons de manière accrue. Selon les estimations de l'OFAC, plus de 100’000 drones vrombissent en Suisse dans les airs – un chiffre en forte augmentation. Le développement technique rapide des drones ouvre de nouvelles applications prometteuses. Mais ces appareils présentent aussi des risques. Le CAS a par conséquent élaboré une position et un code de conduite à leur sujet.

Bien qu’il y ait encore beaucoup de neige en montagne, l'été approche et, avec lui, de nombreux alpinistes et randonneurs. Mais tous ne se promènent de loin pas uniquement avec un simple appareil photo pour relater leurs aventures en montagne. Un nombre croissant de personnes emportent un drone. Le CAS se préoccupe de longue date de ce nouveau phénomène. Il a formulé une position claire sur le sujet et a également élaboré un code de conduite à l’intention des pilotes de drones contenant les règles de conduite les plus importantes.

Comme toujours, il y a deux côtés à la médaille. Par exemple, l’approvisionnement d’une cabane : Si les drones peuvent à l'avenir livrer des marchandises aux cabanes du CAS et ainsi remplacer les vols héliportés, c'est une bonne chose. Toutefois avec le danger que les hôtes de la cabane accroissent (encore plus) leurs attentes en matière de produits frais : La salade cueillie le matin dans la vallée se retrouve le soir servie à table à 2500 m.

Effets perturbateurs des pilotes amateurs
Pour le CAS, les expériences authentiques dans la nature constituent un bien précieux. Le calme et la tranquillité en forment l’essence même. Les drones sont une nouvelle source de bruit et peuvent déranger les adeptes de sports de montagne de différentes manières. Ces derniers sont à la merci d'un drone en survol, car la pilote du drone peut être éloignée. L'apparition soudaine de drones peut effrayer ou distraire les adeptes de sports de montagne. Mais les animaux sauvages peuvent, eux aussi, être affectés par le vol d’un drone s'ils le perçoivent comme un intrus ou un danger. Ils sont stressés, fuient, voire abandonnent leur couvée.

Les drones peuvent bien sûr être utilisés judicieusement. En principe, ils s’avèrent utiles s'ils peuvent remplacer les vols héliportés. Ce qui inclut assurément leur utilisation dans les opérations de sauvetage, comme la recherche de personnes disparues. Ils jouent également un rôle important dans la cartographie du terrain ou la surveillance des risques naturels. Enfin et surtout, ils produisent sans aucun doute des images spectaculaires sous un nouvel angle de vue qui permettent de continuer à promouvoir un accès attrayant à la montagne.

«
L’utilisation de drones ne doit pas causer des nuisances à l’aventure d’autres adeptes de sports de montagne.

Du point de vue du CAS, cependant, l'utilisation intensive de drones à des fins de loisirs a des répercussions de plus en plus négatives sur les adeptes de sports de montagne pas concernés. C'est pourquoi le CAS suit de manière critique l'utilisation des drones à des fins de loisirs. Il revendique de la retenue et un comportement prévenant à l'égard des humains et des animaux. Le CAS est toutefois ouvert aux projets de drones innovants et durables, en particulier en ce qui concerne l'approvisionnement des cabanes et le sauvetage. Même dans le cas d'un usage professionnel, il convient de mettre en balance avantages supplémentaires et répercussions négatives. La technologie progresse rapidement. Les opportunités et les risques que nous apporte l’utilisation des drones n’ont pas encore dévoilé toutes leurs facettes - le CAS demeure vigilant.

Code de conduite pour les dronistes

En tant que droniste, tu es responsable en tout temps de l’activité de ton drone. 

La loi, c’est la loi

La sécurité prime, avec ou sans drone

  • Choisis un emplacement sûr et ne te laisse pas distraire.
  • Sépare strictement vol de drone et manipulations de corde et d’assurage.
  • Ne surprends ou ne distrais aucun autre adepte de sports de montagne.

Respect et égards

  • Ne t’approche pas avec ton drone d’adeptes de sports de montagne pas concernés.
  • Respecte leur sphère privée et leur droit à une aventure en montagne sans dérangement.
  • Ne filme que des personnes qui t’ont donné leur accord.

Précautions particulières autour des cabanes

  • Assure-toi de l’accord du/de la  gardien/ne de cabane pour les vols à proximité de la cabane.
  • Interromps ton vol si des hélicoptères s’approchent.
  • Le vol au-dessus d’un rassemblement de personnes (p.ex. sur une terrasse) requiert une autorisation, respecte-le. 

Fais preuve d’égards envers la nature et la faune

  • Interromps ton vol si des animaux sauvages réagissent au drone, voire l’agressent.
  • Evite les zones sensibles (p. ex. parois avec des oiseaux, quartiers d’hiver).
  • Respecte les interdictions de vol dans les zones protégées (p.ex. dans les districts francs et autres).
    Plus de détails à ce propos dans l’aide-mémoire de la station ornithologique.

Situation légale

Du point de vue légal, les drones sont actuellement assimilés aux modèles réduits d’aéronefs. Jusqu'à 30 kg et si le pilote est en contact visuel direct avec le drone, aucune autorisation de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) n'est requise. L'utilisation d’aéronefs civils sans pilote est interdite dans les districts francs fédéraux et dans les réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs d'importance nationale et internationale. D'autres interdictions et restrictions dans d'autres catégories de zones protégées sont possibles. Il est prévu qu'à partir de l'été 2020, les drones d'un poids total de 250 g ou plus devront être enregistrés. Toutes les informations actualisées sur la situation juridique se trouvent sur le site Internet de l’OFAC.

Feedback