La Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie du Conseil des Etats (CEATE-E) propose une modification de la Loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage (LPN). Le Club Alpin Suisse CAS la rejette dans sa réponse à la consultation. Il craint que l'on ne bâtisse davantage dans les paysages de montagne les plus précieux.

La modification de la LPN revêt une grande importance pour les trois inventaires fédéraux IFP (paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale), ISOS (sites construits à protéger)  et IVS (voies de communication historiques de la Suisse). Aujourd'hui, le principe de la conservation intégrale y prévaut, sauf dans le cas d'intérêts nationaux de valeur égale ou supérieure. Nouveauté : une dérogation à la conservation intégrale devrait désormais aussi être possible face à des intérêts cantonaux. L’expertise de la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage CFNP devrait en outre avoir moins de poids.

Le Club Alpin Suisse CAS rejette la proposition de modification de la LPN. La confusion des intérêts nationaux et cantonaux entraîne une plus grande incertitude juridique, une application hétérogène dans les cantons et entre également en conflit avec la Constitution fédérale. Globalement, les obstacles à de nouveaux projets de construction seront abaissés.

Le CAS n'est certainement pas contre un développement raisonnable des régions de montagne. Mais, selon lui, le démantèlement de la protection de la nature, du paysage et du patrimoine ne constitue pas une solution aux défis économiques et de planification, bien au contraire. « En intervenant avec davantage de travaux de construction dans les plus beaux paysages de notre pays, nous mettons non seulement en danger notre identité nationale à long terme, mais aussi le capital touristique de la Suisse », déclare Philippe Wäger, chef du domaine Environnement et Développement territorial au CAS. Les sites de l’IFP situés en haute montagne font partie des derniers grands espaces naturels non équipés de Suisse. Du point de vue du CAS, les expertises de la CFNP jouent un rôle essentiel dans l'évaluation des interventions dans ces paysages.

L'objectif du CAS est de permettre la pratique de sports de montagne proches de la nature dans une nature intacte. Il s'engage de ce fait en faveur de la protection des paysages naturels et du libre accès à ces sites. A partir des années 1960, le CAS a joué un rôle majeur dans l’inscription  des objets à l’IFP tel qu’il se présente aujourd’hui. Il considère les paysages les plus précieux comme des fleurons de la Suisse qui revêtent une importance primordiale pour le pays – justement aussi pour un tourisme proche de la nature.