[Translate to Français:]

#vanlife : le camping sauvage est en plein essor Le CAS lance une campagne de sensibilisation critique sur ce boom

De plus en plus de monde passe la nuit en camping sauvage dans son propre van. Cela recèle un potentiel de conflit avec la population locale et exerce une pression sur la flore et sur la faune. De nombreux campeurs découvrent des lieux d'hébergement attrayants sur des applications. Ils partagent ensuite leurs photos embellies sur les médias sociaux.

Au cours des dix dernières années, le nombre de camping-cars sur les routes suisses a doublé. La pandémie de coronavirus a donné un nouvel essor au camping sauvage. Non seulement dormir sous tente est de plus en plus populaire, mais aussi passer la nuit dans un van. Les amateurs de sports de montagne participent, eux aussi, à ce boom. Cela peut engendrer des conflits avec les propriétaires fonciers, notamment dans les régions de montagne, et la nature et le paysage en pâtissent.

Juste avant la saison d'été, le CAS lance le premier message d'une série en quatre volets sur les médias sociaux :

1. Pas de géo-tagging #nogeotag

Partager, c'est bien. Mais pas tout. Et pas toujours. C'est particulièrement valable pour le partage de tes endroits préférés sur les médias sociaux et les applications qui font la promotion de l'exact opposé... Car c'est le seul moyen pour que ton secret spot conserve sa beauté et sa nature vierge. De nombreux endroits magnifiques ont été détruits par le tourisme de masse.

2. Fais preuve d'égards #leavenotrace

Si tu ne peux pas t'en empêcher et que tu dois faire du camping sauvage, choisis bien ton emplacement afin de protéger la faune et la flore. Reste discret, garde le store de ton van enroulé et tes chaises de camping à l'intérieur. Ne laissez pas de traces : remporte tes déchets, défèque loin des cours d'eau et des chemins.

3. Abstiens-toi de faire du camping sauvage #consciouscamping

Utilise dans la mesure du possible les installations existantes. Si les campings sont complets, renseigne-toi sur les autres possibilités d'hébergement dans la région. Souvent, des municipalités ou des campings privés sont disponibles. Si tu devais malgré tout faire du camping sauvage, respecte les interdictions, demande par précaution aux habitants locaux. Et surtout, ne télécharge pas de nouveaux sites sur des applications comme Park4night sans avoir au préalable consulté le propriétaire du terrain. Tu préviendras de cette façon les conflits dès le départ, tu protégeras la nature et tu offriras quelque chose en retour à la région.

4. Soutiens la valeur ajoutée locale #buylocal

Fais tes achats dans le magasin du village, paye la taxe de séjour ainsi que les droits de circulation et de stationnement. En agissant ainsi, tu soutiens l'entreprise locale et tu contribues à garantir des offres régionales à long terme. En effet, les infrastructures ont, elles aussi, aussi un coût.  

Feedback