Diminution des cas de détresse et des accidents mortels Urgences en montagne en 2019

En 2019, 2909 personnes se sont retrouvées en situation de détresse dans les Alpes suisses et dans le Jura et ont dû faire appel aux secours en montagne, soit environ 10% de moins qu’en 2018. Dans les sports de montagne classiques, 120 personnes ont été victimes d’un accident mortel.

En 2019, les organisations de sauvetage en montagne ont dû secourir 2909 personnes dans les Alpes suisses et dans le Jura (y compris les personnes indemnes et malades). Par rapport à 2018 (3211 personnes impliquées), ce chiffre est en recul d’environ 10%. Les secours ont pu venir en aide à 995 personnes indemnes ou seulement légèrement blessées. Mis à part l’escalade, les sports de montagne classiques ont aussi enregistré un recul des cas de détresse. Pour les autres disciplines de montagne, l’évolution diffère selon l’activité: les cas ont augmenté pour le hors-piste (freeride), la chasse, le canyoning, la randonnée à raquettes, et le base jump, mais ils s’inscrivent en baisse pour le parapente, la via ferrata et le VTT.

Avec 177 cas, le nombre d’accidents mortels est lui aussi nettement plus bas qu’en 2018 (207). Les chutes ont fait 99 victimes (2018: 120) et sont la principale cause d’accidents. Viennent ensuite les maladies, avec 40 personnes concernées (2018: 49).
 
Dans les sports de montagne au sens strict[1], 120 personnes ont perdu la vie lors de 111 accidents, soit environ 11% de moins que l’année précédente.

Une météo et des conditions similaires à celles de l’année précédente

L’année 2019 a été marquée par un hiver très enneigé, des périodes de canicule en été, de belles journées d’automne et le retour de la neige en quantité en fin d’année. Toutefois, on observe quelques différences notables par rapport à 2018. En 2019, les canicules estivales ont duré moins longtemps, et la sécheresse a été moins marquée. Par conséquent, les activités en montagne ont été un peu moins nombreuses, et on constate une baisse des accidents mortels dans les sports de montagne classiques.

Les accidents mortels en chiffres dans les sports de montagne au sens strict (chiffres de l’année précédente entre parenthèses): randonnée à skis 27 (34), haute montagne 18 (21), escalade 4 (6), randonnée en montagne 54 (57), autres 17 (17) personnes concernées.
Les chutes ou glissades ont été la principale cause d’accident avec 85 personnes, suivies des avalanches (21 victimes), des chutes de pierres (5 victimes) et des chutes dans une crevasse (4 victimes).

[1] Dans cette statistique, les sports de montagne au sens strict comprennent surtout les événements survenus dans la pratique de l’alpinisme traditionnel, hors utilisation des moyens de transport. C’est pour cette raison que les cas mortels survenus dans le cadre de la pratique du deltaplane, du parapente, du speed-flying, du base jump et du VTT n’ont pas été pris en compte dans les chiffres cités ici. Les chiffres des sports de montagne classiques sont donc aussi comparables à la moyenne pluriannuelle.

[2] Le Groupe d’experts Sécurité dans les sports de montagne est une union d’associations et d’institutions actives dans le domaine des sports de montagne. En sont membres: le Secours Alpin Suisse (SAS), le Bureau de prévention des accidents (bpa), l’Office fédéral du sport (OFSPO), l’Organisation Cantonale Valaisanne des Secours (OCVS), le centre de compétence pour le service alpin de l’armée Cen comp S alpin A, la communauté d’intérêts Murs d’escalade, la Fédération suisse des amis de la nature, le Club Alpin Suisse (CAS), l’Association suisse des guides de montagne (ASGM), Suisse Rando, la Fédération suisse de ski Swiss Ski, le WSL - Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF et les Remontées Mécaniques Suisses (RMS).

La statistique des cas d’urgence en montagne est établie par le CAS sur demande du Groupe d’Experts Sécurité dans les sports de montagne [2], sur la base de données récoltées par les organisations de secours alpins ainsi que d’autres institutions. Un rapport détaillé sera publié dans l’édition d’avril de la revue «Les Alpes».

Feedback