A pied d'Engelberg à Chamonix

Sous nos latitudes, la marche est généralement synonyme de loisirs. Les hommes prennent la route parce qu' ils éprouvent du plaisir au mouvement régulier de la marche, parce qu' ils veulent retrouver la nature ou parce qu' ils sont à la recherche d' une solution à l' un ou l' autre problème. Que le terme de grande randonnée éveille en nous le plus souvent l' ima de contrés lointaines est une idée reçue que cet article dément en montrant que l' aventure peut débuter au seuil de sa porte.

Qu' il s' agisse de courses de montagne ou de voyages plus longs, l' aventure commence pour moi dès l' établissement du programme. Ainsi, il y a trente ans, j' ai organisé dans ses moindres détails le périple qui m' a mené vers les plus hauts sommets d' Afrique. A la recherche d' une occasion nouvelle de tester ma forme physique, l' idée d' une grande randonnée a progressivement mûri: je voulais entreprendre quelque chose qui corresponde à mon âge, à mes capacités et qui repose entièrement sur mes épaules. Comme je n' ai trouvé aucun accompagnant qui dispose de suffisamment de temps libre, j' ai opté pour une randonnée solitaire. Après m' être penché sur une carte de la Suisse, j' ai décidé de partir d' Engelberg ( OW ), pratiquement au seuil de ma porte, pour marcher jusqu' à Chamonix ( F ). Les cartes nécessaires au 1:25000 entre mes mains, j' ai étudié les guides à disposition et établi mon itinéraire. J' avais envie de franchir au moins un col à chaque étape et de n' utiliser les transports publics qu' en dernier recours. Il m' est apparu dès la préparation que je devrais certainement morceler ma randonnée en plusieurs blocs en raison des conditions météorologiques – prévision qui s' est avérée dans les faits! Lorsque je

En route vers le Gadmertal, le long du Tällistock; à gauche, le col Sätteli avec la Sätteli-stockleni et au milieu, le massif du Wetterhorn Le glacier du Grand Désert Pho to s:

Pe te r Ka la ss e

Suggestions de courses

Proposte di gite

Tourentipp

LES ALPES 6/2001

scrutais les cartes, mon esprit vagabon-dait déjà, de sorte que j' ai vécu la randonnée plus d' une fois!

Randonnée solitaire Par un dimanche d' août, j' ai pris le train pour Engelberg où mon aventure a débuté aux abords du monastère. Je sais bien qu' elle ne semble guère spectaculaire, mais elle m' a apporté plus d' une satisfaction et a brisé à maintes reprises mon train-train quotidien. Lors de cette première journée, qui me servait de test, j' ai franchi le Jochpass et plus tard, en descendant sur Gadmen, le Sätteli, remplissant ainsi mon objectif d' un col par étape. Malgré la violence du vent qui soufflait sur le Sätteli, la raideur de la descente et la chaleur étouffante qui régnait dans la vallée, je suis quand même arrivé à Gadmen: épreuve réussie! Lorsque le mauvais temps me contraignait à interrompre la randonnée et à rejoindre mes pénates, je ne vivais plus que dans l' attente de la prochaine accalmie. Si, pour une raison ou une autre, je ne pouvais reprendre la route dès l' an

Du col de Prafleuri au col de Louvie, au fond le Mont-Blanc

Engelberg–Chamonix en 16 étapes d' une journée

Engelberg ( 1000 m)–Gerschnialp ( 1262 m)–Trüebsee ( 1796 m)–Jochpass ( 2207 m)– Engstlenalp ( 1840 m)–Sätteli ( 2119 m)–Gadmen ( 1205 m ) Gadmen 1205 m)–Windegghütte ( 1887 m)–Furtwangsattel ( 2568 m)–Guttannen ( 1057 m ) Guttannen ( 1057 m)–Grimselpass ( 2165 m)–Obergesteln ( 1355 m ) Obergesteln ( 1355 m)–Griespass ( 2479 m)–Riale ( 1731 m)–La Frua ( 1681 m)–Canza ( 1412 m)– Rif. A. Vannino ( 2194 m ) Rif A. Vannino ( 2194 m)–Scatta Minoia ( 2599 m)–Albrunpass ( 2409 m)–Binntalhütte ( 2269 mBinn ( 1400 m ) Binn ( 1400 m)–Saflischpass ( 2564 m)–Fleschbode ( 2135 m)–Bortelhütten ( 2113 m)–Wasenalp ( 1960 m)–Rothwald ( 1745 m)–Punkt ( 1531 m)–Simplonpass ( 2005 m ) Simplonpass ( 2005 m)–Bistinepass ( 2417 m)–Mättwe ( 1826 m)–Gebidumpass ( 2201 m)– Visperterminen ( 1336 m)–Stalden ( 799 m)–St. Niklaus ( 1127 m ) St. Niklaus ( 1127 m)–Augstbordpass ( 2894 m)–Gruben ( 1822 m ) Gruben ( 1822 m)–Meidpass ( 2790 m)–Ayer ( 1476 m)–Grimentz ( 1564 m ) Grimentz ( 1564 m)–Lac de Moiry ( 2250 m)–Col de Torrent ( 2918 m)–Les Haudères ( 1452 m)– Arolla ( 1998 m ) Arolla ( 1998 m)–Col de Riedmatten ( 2919 m)–Lac des Dix ( 2364 m)–Col des Roux ( 2804 m)– Cabane de Prafleuri ( 2660 m ) Cabane de Prafleuri ( 2660 m)–Col de Prafleuri ( 2987 m)–Col de Louvie ( 2921 m)–Fionnay ( 1492 m)–Lourtier ( 1088 m ) Lourtier ( 1088 m)–Col de Mille ( 2472 m)–Bourg-St-Pierre ( 1632 m ) Bourg-St-Pierre ( 1632 m)–Col de Bastillon ( 2757 m)–Ferret ( 1700 m)–La Fouly ( 1593 m ) La Fouly ( 1593 m)–Cabane d' Orny ( 2826 m)–Col de la Breya ( 2401 L' Arpette ( 1627 m ) L' Arpette ( 1627 m)–Fenêtre d' Arpette ( 2665 m)–Chalet du Glacier ( 1583 m)–Col de Balme ( 2204 m)–Chamonix ( 1041 m ) LES ALPES 6/2001

nonce du beau, j' avais des fourmis dans les jambes.

Je ne me suis jamais senti aussi libre que sur ces sentiers. Au Griesspass et à l' Albrunpass, j' ai traversé la frontière sans apercevoir le moindre douanier. Mes seuls compagnons d' errance étaient les chèvres et les moutons. Une fois, un troupeau de chèvres a cheminé à mes côtés plus d' une heure, sans que je parvienne à le distancer. Pressais-je le pas, les bêtes bondissaient au même rythme; marchais-je lentement, elles s' adaptaient à mon allure! Ces « campagnardes » ont tellement occupé mon attention que j' ai manqué la bifurcation pour la haute route du Simplon. Vu la longueur de l' étape, je me serais bien passé de ce détour imprévu par Rosswald! Gastronomie J' ai choisi pour passer la nuit les logements simples et chaleureux que le hasard plaçait sur mon chemin. Je n' ai dérogé qu' une seule fois à ce principe, en modi-fiant mon itinéraire – j' ai passé le Meidpass au lieu du Forclettapass – pour voir le Weisshorn, hôtel célèbre du Val d' An. Cette vieille demeure haute et blanche qui domine la vallée est admirée pour sa splendide salle à manger ancien-

Cairn au col de Louvie; vue sur le Petit Combin ( à gauche ) et sur le Mont-Blanc ( à droite ) Pho to s:

Pe te r Ka la ss e Au-dessus du lac de Louvie, les puissants glaciers du massif des Combins; en descendant vers la vallée LES ALPES 6/2001

préparation de mon itinéraire et, en route, aux temps de marche indiqués sur les panneaux jaunes a aussi contribué à la réussite de mon aventure. Aller au bout de ses limites sans se sentir dépassé, telle est la base d' une randonnée réussie. Engelberg – Chamonix est pour moi plus qu' un beau souvenir: c' est le point de départ d' autres randonnées. a

Peter Kalasse, Sachseln ( trad. )

ne, son vieux piano noir devenu légendaire et ses chambres au mobilier chargé d' histoire.

Même le simple fait de devoir acheter en route mes provisions donnait parfois lieu à une aventure. Je me suis un jour retrouvé à Champex, le sac à dos vide, à lire les heures d' ouverture et de fermeture des magasins: constater à 18 h 15 que l'on arrive à peine un quart d' heure trop tard est une expérience tellement frustrante!

Feedback