Activités de sauvetage du CAS en 2001: les chiffres. Sensiblement plus d’interventions qu’en 2000

Sensiblement plus d' interventions qu' en 2000

Quinze pour cent d' opérations de sauvetage et 15% de personnes secourues en plus par rapport à 2000 témoignent de l' intense activité du sauvetage alpin du CAS en 2001. On notera que plus du quart des personnes secourues ne pratiquaient pas d' activité sportive liée à l' alpi; par ailleurs, l' augmentation du nombre des accidents de randonnée est inquiétante. La part des personnes secourues, membres du CAS, a été, en 2001, supérieure à la moyenne multiannuelle, tout comme la part des ressortissants suisses par rapport aux ressortissants étrangers.

En 2001, les équipes de sauvetage du Club alpin suisse ont mené 431 opérations. Cela signifie une augmentation du nombre des interventions de 15% par rapport à l' année précédente et une augmentation sensible par rapport à la moyenne sur cinq ans.

Le nombre des personnes secourues ( blessés, patients ) a également augmenté: 614 personnes, ce qui représente une hausse de 15% par rapport à 2000.

Variations saisonnières En raison des fortes chutes de neige du mois de février dans le sud et dans l' est du pays, le nombre d' interventions s' est inscrit à la hausse dans ces régions. Les secouristes du CAS ont principalement été appelés à la suite d' avalanches et de glissements de plaques de neige. Au cours du semestre d' été, la plupart des interventions ont été provoquées par les conditions météorologiques, notamment en août, car les périodes favorables ont été plutôt tardives.

En 2001, les secouristes du CAS ont passé au total 12738 heures en interventions dont 8193 en recherches. La forte augmentation du nombre des opérations n' a pas entraîné une augmentation parallèle des heures passées sur le terrain. Cela est dû au fait que beaucoup d' inter sont menées avec des spécialistes héliportés. Les opérations de recherche et celles exigeant la participation de nombreuses personnes font augmenter le nombre d' heure par intervention.

Genre d' interventions et personnes secourues En 2001, les secouristes du CAS ont prêté main forte à 163 personnes ( 27% du total ) qui ne pratiquaient pas un sport de montagne. On compte dans ce nombre les actions préventives et les fausses alarmes. La plus grande part des interventions ( 73% ) concernaient des accidents de sport ( randonnées, courses de haute montagne, courses à ski, ski hors-piste ou snowboard, escalade, parapente, delta, canyoning ).

Par rapport à l' an 2000, on note une augmentation des accidents de randonnée, de courses de haute montagne et de courses à ski. Toutefois, le nombre des accidents survenant dans le domaine du « hors-piste » a baissé.

La proportion des personnes secourues sociétaires du CAS a été, en 2001, de 15% supérieure à la moyenne multiannuelle, soit d' environ 8%. 431 ressortissants suisses ( +27% ) ont été victimes d' un accident de montagne et secourus. Le nombre des ressortissants allemands recensés n' a cessé de diminuer au cours des dernières années.

Activités de sauvetage dans les différentes zones Dans la plupart des zones de sauvetage, le nombre des interventions a légèrement augmenté. On a toutefois enregistré une hausse notable dans la zone 3, l' Engadine, et la zone 5, la Suisse centrale. En Engadine et au Tessin, ce sont certainement les abondantes chutes de neige qui ont duré jusqu' au printemps qui sont la cause de nombreux accidents. La répartition des personnes secourues par canton de domicile montre très clairement que la part des cantons du plateau est prépondérante.

0 100 200 300 400 500 700 1997 1998 1999 2000 2001 Interventions Personnes secourues 600 0 10 20 30 40 50 60 70 90 jan. fév. mars avril mai juin juillet août sept. oct. nov. déc.

1997 1998 1999 2000 2001 80 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 16000 18000 20000 Temps consacré à la recherche de personnes disparues Heures d' intervention 2001 2000 1999 1998 1997 Ø 33 h/in-tervention Ø 32 h/in-tervention Ø 43 h/in-tervention Ø 26 h/in-tervention Ø 30 h/in-tervention Graphique 1: Interventions et personnes secourues 1997–2001 Graphique 2: Nombre des interventions par mois Graphique 3: Répartition des heures d' engagement LES ALPES 5/2002

Exemples d' intervention

1. Surestimation de ses forces Un alpiniste quitte vers 7 h seulement la cabane Tschierva pour gagner le Piz Bernina par l' arête Bianco – ce qui est une longue course. Le temps est beau et la trace est faite. Néanmoins, l' alpiniste, seul, n' atteint que vers 16 h le Piz Alv, en haut de l' arête Bianco. Lors de la traversée vers le Piz Bernina, il s' assied et ne bouge plus. Par téléphone portable, il appelle la centrale de la Rega. Grâce au treuil, l' homme, épuisé, est hissé dans l' hélicoptère puis ramené dans la vallée, sain et sauf quoique à bout de forces. S' il avait jugé plus objectivement de ses capacités, l' alpiniste aurait évité cette intervention qui a fait prendre des risques à tout l' équipage de l' hélicoptère.

2. Soutien accordé au sauvetage par voie terrestre Une jeune femme parque sa voiture sur une place de stationnement en pente et verglacée. Dès qu' elle en est sortie, le véhicule se met à glisser et la conductrice tente de l' arrêter. Elle est toutefois entraînée dans une pente raide où, blessée, elle reste coincée sous la voiture. Des secouristes du corps des pompiers, de l' ambulance, de la police et du CAS parviennent à la tirer de sa fâcheuse position après deux heures d' efforts puis à la conduire à l' hôpital. Les sauveteurs du CAS, en l' occurrence, ont contribué au sauvetage en encordant et en assurant les secouristes et l' équipe médicale qui devaient descendre vers le véhicule et la victime. La bonne collaboration entre partenaires est indispensable dans ce genre d' interventions. 3. Accident sur un sentier de randonnée Avec son téléphone portable, un homme donne l' alarme: sa femme a glissé sur le sentier et ne peut plus marcher. Comme il y a du brouillard et qu' il pleut, l' horn n' est pas en mesure d' indiquer exactement où il se trouve. En conséquence, une intervention avec un hélicoptère n' est pas possible. Quatre secouristes du CAS se mettent aussitôt en route avec une civière et rejoignent la blessée en une heure et demie de marche environ. La femme souffre d' une fracture du tibia. Après immobilisation de la jambe et soins médicaux, la femme est redescendue dans la vallée, ce qui est une tâche pénible. Les secouristes du CAS doivent être en mesure, même par mauvaises conditions, d' apporter les premiers soins et d' assurer un transport vers un hôpital.

Commentaire Après l' année « moyenne » qu' a été 2000, nous enregistrons une augmentation sensible du nombre des interventions en

Autres cas d' urgence Urgences en montagne 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 500 2001 2000 1999 1998 1997 1997 1998 1999 2000 2001 0 50 100 150 200 Autres Es calad e s ur ca scad e d e glac e Snowbo ard dw ers Sk i d ivers Co urses à s ki Ail e d elt a Pa rap en te Ha ute mon tag ne Es calad e Ra nd onn ée ( Al pin ) 1997 1998 1999 2000 2001 0 10 20 30 40 50 60 70 80 ZH ZG VS VD UR TI TG SZ SO SH SG OW NW NE LU JU GR GL GE FR BS BL BE AR AI AG Evacuation d' un téléphérique avec des spécialistes du sauvetage du CAS Pho to :D ominik Hu nz ike r Graphique 4: Secours en montagne et autres Graphique 5: Proportions des interventions par sport Graphique 6: Interventions par cantons LES ALPES 5/2002

Cabanes et bivouacs

Rifugi e bivacchi

Von Hütten und Biwaks

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback