Adieu au Schilthorn

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

PAR OTTO BÜCHI, BERNE

Avec 1 Illustration ( 1 ) Bien des gens s' imaginent qu' un lieu de villegiature ne peut offrir d' agrement que si l' auto les y depose devant l' hötel ou le chalet. Et pourtant il existe des pentes franchement propices au ski, qui, ä l' ecart du grand trafic et des pistes cent fois parcourues, sont pour le skieur alpiniste d' une singuliere valeur. Le Schilthorn en particulier est pour moi une montagne de ce genre.

On doit prochainement l' equiper d' un telepherique, puisque tel est le voeu de Murren, Station d' ete et d' hiver. A quoi bon vouloir, nous autres alpinistes et skieurs de haute montagne, nous insurger lä contreOn nous taxe dejä de minorite negligeable, dont on n' entendra bientöt plus parier...

Que de fois j' y suis monte, au Schilthorn! Surtout en hiver. Mais aujourd'hui c' est pour prendre conge de lui.

Mars

Feedback