Agassiz était raciste, Lincoln l’était aussi

A propos de l’article «Que faire d’un membre d’honneur devenu indésirable?», paru dans «Les Alpes» 9/2016

Je suis content que le CAS tienne compte du contexte historique dans son article sur «l’affaire Agassiz». En effet, il est dangereux, et probablement aussi injuste, de juger un homme d’une autre époque selon des critères éthiques actuels. Mais la déclaration de l’historien cité, soit que la position d’Agassiz affirmant que Noirs et Blancs ne sont pas égaux de naissance et que le mélange des races devrait être évité, «était déjà radicale et crue pour l’époque», me paraît reposer sur des bases précaires. Des sources documentées expriment les choses différemment. Durant sa campagne électorale en 1860, Abraham Lincoln affirmait par exemple dans un discours à Charleston que s’il désapprouvait l’esclavage, il n’approuvait pas pour autant l’égalité sociale ou politique entre les races. Il déclarait en outre qu’il était persuadé qu’il existait une différence entre les races et que les Blancs étaient supérieurs aux Noirs.

Mon propos n’est pas de faire des théories sur la position de Lincoln. Ce qui importe, c’est qu’en défendant une position jugée raciste de nos jours, il a rassemblé le public américain de l’époque derrière lui. Il a gagné son élection au poste de président des USA au détriment de candidats qui appréciaient encore moins que lui les Noirs. Il est ainsi évident que la position de Lincoln et celle d’Agassiz correspondait non seulement à l’opinion dominante de l’élite américaine de l’époque, mais aussi à celle de l’ensemble de la population. Cette position était probablement due au fait qu’il n’existait que peu de Noirs cultivés en ce temps-là. Selon la définition actuelle, Agassiz était raciste, Lincoln aussi, de même que la majorité de l’électorat américain de l’époque. Rebaptisons donc l’Agassizhorn! Ceci dès que le Lincoln Memorial à Washington aura été démoli ou au moins rebaptisé.

Feedback