«Airboard». La luge gonflable – un nouvel engin de sport d'hiver

La luge gonflable – un nouvel engin de sport d' hiver

Voilà maintenant trois saisons que la luge gonflable – ou « airboard » – est commercialisée. Sur les pistes de ski comme sur les pistes de luge, ces sortes de matelas gonflables ne suscitent presque plus la curiosité. Vont-ils bientôt faire partie de ce qu' on voit évoluer hors-piste? Quelques réflexions et comptes rendus à ce sujet.

D' aucuns ont déjà dû s' étonner devant certaines traces bizarres dans la neige poudreuse. Contrairement aux guirlandes que laissent derrière eux les skieurs ou aux courbes élégantes des planchistes, elles suivent souvent les lignes de pente sans faire de virages. Comme si qu' un s' était glissé sur les fesses – ou sur un sac en plastique – vers le bas de la descente. A y regarder de plus près, on découvre toutefois que ces traces présentent des sillons parallèles.

La luge gonflable et son emploi Le nouvel engin de sport hivernal qui laisse de telles traces ressemble à un matelas gonflable en forme de pointe de flèche, comprenant trois boudins. On le pilote tête en avant, couché sur le ventre. « L' engin, qui ne pèse que 2,5 kg environ, prend peu de place dans le sac à dos. Quand je l' ai vu pour la première fois à l' occasion d' une foire professionnelle, j' ai pensé que ce serait l' idéal pour faire des randonnées », déclare Viktor Denoth. Maître de sport auprès de l'«Akademi-schen Sportverband Zürich ( ASVZ ) », Denoth est responsable du programme de courses et loisirs de sports d' hiver destiné aux quelque 30 000 membres de l' association. Cette année, c' est la deuxième fois qu' il propose des excursions en luges gonflables. Ces excursions s' adressent en premier lieu à ceux qui ne sont pas vraiment à l' aise sur des skis ou des planches à neige. Pour ceux-là, en effet, après une pénible montée, redescendre dans une neige poudreuse profonde ou sur une couche de neige croûtée est loin d' être un plaisir. L' emploi de la luge gonflable, en revanche, est simple et peut être appris en très peu de temps. Les amateurs de courses à raquettes sont également concernés. Combien d' entre

Calendrier des compétitions 2004

Compétitions ordinaires 1O.1.2004 Trient – Tête de Balme ( VS ) équipe 18.1.2004 Schwyz ( SZStoos Skitouren-Lauf équipe 25.1.2004 Portes du Soleil – Trilogiski – manche Coupe individuel du monde + Coupe du monde Juniors 1.2.2004 Choex ( VSValerette Altiski individuel* 15.2.2004 Jaun ( FR)– Gastlosen / Coupe et Championnat suisse équipe 22.2.2004 Champéry ( VSDents Blanches équipe 29.2.2004 Grimmialp ( BEDiamir Race équipe 14.3.2004 Airolo – Tris rotondo ( TI ) équipe 28.3.2004 Plans sur Bex ( VDTrophées du Muveran équipe 4.4.2004 Bivio ( GRFinale Coupe suisse équipe * épreuve déterminante en cas d' ex Compétitions nocturnes 19.12.2003 Nendaz ( VS ) Coupe romande 26.12.2003 Morgins ( VS ) Coupe romande 9.1.2004 Torgon ( VS ) Libre 16.1.2004 La Tzoumaz – Mayens de Riddes ( VS ) Coupe romande 23.1.2004 La Berra – La Roche ( FR ) Coupe romande 24.1.2004 Verbier ( VS ) Libre 3O.1.2004 Zinal ( VS ) Libre 6.2.2004 Monts Chevreuils – Château d' Œx ( VD ) Coupe romande 19.2.2004 Nax ( VS ) Libre 2O.2.2004 Leysin ( VD ) Libre 6.3.2004 Zermatt ( VS ) Libre 12.3.2004 Vercorin ( VS ) Finale Coupe romande 19.3.2004 Les Mosses ( VD ) Libre Autres courses importantes 7.2.2004 Pizol Altiski 21.3.2004 Défi des Faverges 22.–25.4.2004 Patrouille des glaciers LES ALPES 12/2003

eux n' ont pas regretté de devoir redescendre en marchant lourdement dans une neige poudreuse alors que leurs amis filaient vers la vallée en glissant joyeusement sur leurs skis ou leur planche?

Technologie suisse Malgré sa dénomination à l' allure anglo-saxonne ( « airboard » ), l' engin a été développé en Suisse. Pendant près de 10 ans, quelques passionnés ont collaboré à sa réalisation avec Joe Steiner, de Zoug. Les premiers modèles éclataient à l' atterris, après de grands sauts, se fendillaient sous les basses températures ou ne supportaient pas les différences de pression, par exemple lorsqu' on transportait par télésiège l' engin gonflé vers les hauteurs. « Si les frustrations étaient énormes, les sensations de filer comme le vent étaient fantastiques. Elles nous faisaient oublier les échecs », raconte Joe Steiner. d' hui, les problèmes ont été réglés grâce à des matériaux plastiques de haute résistance. Les pointes des cailloux et les branches ne peuvent plus crever le revêtement et les fabricants accordent même une année de garantie 1. Déjà près de 3000 luges gonflables glissent sur les pentes des Alpes, aux Etats-Unis et même au Japon. Selon Joe Steiner, l' engin est maîtrisable même si la couche de neige est dure. Ce sont justement les petites stations de sports d' hiver qui se mettent de la partie et louent des luges gonflables, voire leur réservent des pistes particulières. Un cycle de compétition a été organisé avec des disciplines comme le tout-terrain et la course de vitesse. Lors des courses de vitesse, les luges frôlent les 80 km/h! Certains amateurs se concentrent sur le saut. Le tonneau est désormais une figure courante pour les meilleurs lugeurs et les as s' exercent maintenant au saut périlleux arrière. Toutefois ces figures acrobatiques n' intéressent que peu les lugeurs potentiels. Elles n' intéressaient pas non plus le groupe de 15 membres de l' ASVZ qui, au cours de la saison dernière, a fait ses premières expériences hors-piste. Leur itinéraire passait par le Sunnehörnli, sommet populaire des Alpes glaronnaises. Le groupe a tout d' abord utilisé les luges comme bancs lors du pique-nique. Se

1 Renseignements supplémentaires auprès de Fun-care AG, Untermüli 3, 6300 Zoug, www.airboard.com Avant de pouvoir se lancer sur les pentes, il faut gonfler sa luge, en soufflant directement dans la valve...

Une randonnée en « airboard ». Montée au Sunnenhörnli... ou en utilisant une petite pompe Les raquettes aux pieds, la luge gonflable dans le sac à dos, nous voici en route Pho to s: B.

va n Die ren don ck

trouvaient parmi les participants deux instructeurs délégués par l' entreprise productrice. C' est peu avant le sommet que ceux-ci ont désigné une pente d' une centaine de mètres, idéale pour s' exercer, selon eux. Mais les visages se sont crispés: s' exercer sur une pente avec des passages aussi raides et heurtés que ceux d' une piste de ski rouge? « Pas de problèmes », ont alors affirmé les spécialistes. « Car, ont-ils déclaré, primo, mener une luge est un jeu d' enfant et, secundo, la pente se termine en douceur. Pendant la descente, on se trouve presque au niveau de la neige et par conséquent, on ne tombe pas de haut. Les chutes ne sont donc pas graves. »

En piste On commence par le gonflage. Certains ont une petite pompe, d' autres soufflent directement dans la valve. Les luges sont rapidement gonflées, les bâtons de skis et les raquettes sont arrimées sur le sac à dos, les casques sont mis et les ge-nouillères de protection enfilées. « Nous nous couchons sur le ventre et nous tenons les deux poignées de la luge. Nous pilotons en déplaçant notre poids. Si les boudins de droite sont pressés dans la neige, la luge tourne à droite; pour tourner à gauche, on passe le poids dans cette direction. Pour freiner, ceux qui la maîtrisent mettent la luge de travers. Les débutants freinent en se laissant traîner derrière; on appelle ça le freinage par les habits. » Voilà les instructions données, en bref. Les experts déclarent encore que dans la neige poudreuse, il faut un peu de poussée pour pouvoir surfer, que la neige mouillée de printemps colle sur l' enveloppe et que la neige tôlée est un problème. Mais les spécialistes ne veulent pas en dire plus et s' élancent d' un coup sur leur luge; ils prennent de la vitesse, sautent une petite corniche et partent dans la pente en faisant d' élégants virages. Tous les participants réussissent bien à partir mais la suite est une entreprise sans contrôle: les lugeurs sont éjectés sur les petites bosses et beaucoup s' étonnent de la force nécessaire à la tenue de l' en. Après le premier essai, la pente a l' air d' un champ labouré. Plus l' exercice dure et plus le style s' affirme. Rapidement, les premiers virages sont réussis, les manœuvres de freinage aussi et même de petits sauts. Cela vaut mieux, en effet, car il reste encore 700 mètres de descente à maîtriser.

Expérience d' une première descente Ce n' est pas seulement par du terrain ouvert que passait l' itinéraire de retour mais également le long de petites routes de montagne; c' est là un terrain qui ne permet pas les erreurs de conduite. C' est d' ailleurs un des inconvénients de la luge gonflable que de nous laisser très près du sol lorsque des obstacles surgissent comme, par exemple, un ruisseau ou un trou dans la neige. Eviter l' obstacle ou freiner n' est guère possible. C' est pourquoi, avant une longue descente, il faudrait toujours s' arrêter, se mettre debout et repérer les éventuels trous et dépressions du terrain. Le mieux, c' est d' orga des estafettes. Le premier d' un groupe descend prudemment jusqu' à l' endroit potentiellement dangereux et reste à proximité. Les suivants évitent l' obstacle et glissent jusqu' à l' obstacle suivant. Dans le groupe de l' ASVZ, ce sont les deux instructeurs qui ont pris cette tâche en charge. Grâce à leur surveillance, nous avons tous atteint, plus ou moins saufs, Weissenbergen, terminus de la descente.

Pour, contre et réflexions diverses Lors du retour, nous avons discuté vigoureusement du sens et du non-sens de ce nouvel engin. Alors que certains amateurs de ski et de planche à neige trouvent la nouvelle luge amusante, ils

Et c' est parti!

Une sensation extraordinaire: lors de la descente, on a l' im d' être en contact direct avec la neige Pho to s:

B. va n Die ren don ck LES ALPES 12/2003

estiment cependant que la sensation éprouvée à la descente ne vaut pas les quelque 400 francs que coûte l' engin. Une tout autre opinion est défendue par un skieur tenant à peine sur ses lattes qui parvient désormais à redescendre les pentes sans finir en petits morceaux. Les amateurs de raquettes quant à eux trouvent que la luge gonflable est un bon moyen de locomotion lors de leurs excursions. Ils se demandent s' il est vraiment nécessaire d' enlever les raquettes pour les descentes. En les gardant aux pieds, cela leur permettrait d' aller d' une pente à l' autre en tenant la luge sous le bras.

Ecologie et économie Lors de la discussion, la nature n' a pas été évoquée. Si la pratique de la luge gonflable hors piste se répand, la pression sur les régions jusqu' ici sauvages et tranquilles va augmenter. Si l' absence de sensations fortes lors des descentes a jusqu' ici retenu bon nombre de gens de randonner à raquettes, la situation pourrait changer. En effet, se déplacer en neige profonde n' est plus du tout un problème et il n' y a pas que Viktor Denoth qui a reconnu les possibilités offertes. Déjà, des organisateurs de randonnées ont préparé pour l' hiver prochain des tours à raquettes avec luge gonflable 2. On ne sait pas pour l' heure si le nouvel engin s' imposera ou s' il est condamné à disparaître; les prochaines années nous le montreront. Aussi longtemps que les nouveaux amateurs de neige profonde se contenteront des itinéraires habituels, éviteront les zones protégées indiquées par les cartes, ne re-chercheront pas à tout prix la pente qui n' a pas encore été parcourue et feront

Un peu d' acrobatie Impossible de tracer des courbes élégantes avec cet engin!

attention au gibier et aux dangers d' ava, les nuisances resteront dans le cadre actuel. Celui qui veut faire de la luge gonflable a de toute manière besoin, comme les skieurs et les planchistes, de solides connaissances du monde alpin. a

Bernard van Dierendonck, Zurich ( trad. ) 2 Reinhard Lutz, auteur de 50 Schneeschuhtouren in der Schweiz, a complété son ouvrage et les pistes adaptées à la luge gonflable ont été repérées par un pictogramme particulier.

LES ALPES 12/2003

Voyages, rencontres, personnalités

Viaggi, incontri, personalità

Reisen, Begegnungen, Persönlichkeiten

Feedback