Assemblée des délégués du CAS à Berne, le 14.6.97

Dès cette année. Assemblée des délégués et Conférence des présidents auront lieu à Berne. Seul variera, tous les quatre ans, le Neu des AD s' accompagnant d' une fête centrale.. " " .Vue sur la vieille ville de Berne

Editoriale

Editorial

La 137e Assemblée des délégués du CAS

Berne, Kursaal, le 14juin 1997 Les débats de l' Assemblée des délégués 1997, menés par le président central, Hanspeter Schmid, ont souligné la volonté des responsables du club à tous les niveaux de poursuivre les efforts d' adaptation du CAS aux conditions sociales et financières actuelles. Après avoir, ces dernières années, intégré la compétition d' escalade et de ski-alpi-nisme, réorganisé les structures de direction du club, adopté de nouveaux statuts, fourni d' impor efforts de promotion de la jeunesse et confirmé le rôle que le CAS entend jouer en faveur de la protection de la montagne, il s' agit maintenant de mener encore à terme la réflexion dans deux domaines primordiaux pour l' avenir: la politique des cabanes et le marketing du CAS. Les études sont en cours et les décisions consécutives seront prises dès l' an prochain.

Les délégués des 102 sections représentées ont par ailleurs adopté le plan financier 1998-2000, donné leur aval à l' augmen, dès le 1er janvier 1998, du prix de l' abonnement à notre revue Les Alpes ( qui passera ainsi de 18 à 24fr .), nommé un membre du Comité central en la personne de Franz Stampf M, président de la section de Berne, et élu les cinq membres de la première commission de contrôle de gestion ( prévue par les nouveaux statuts ).

Politique des cabanes Les cabanes continuent de représenter, et de loin, le principal patrimoine financier du Club alpin suisse en même temps qu' un emblème dans lequel se résume souvent, dans l' opi publique, l' essence du CAS, sans parler de l' énorme poids affectif dont elles pèsent dans les sections pour tous ceux qui s' en occupent, s' y dévouent, y séjournent et en rapportent des souvenirs durables.

Or, depuis quelques années, comme on le sait ( lire en particulier Les Alpes 2/97, p. 38 ss ) et comme l' a rappelé Thomas Tschopp, chef du secteur d' activités Nature/Infrastructures, tant dans son rapport annuel 1996 que dans sa présentation des réflexions en cours au sein de la commission des cabanes, les rentrées provenant des taxes de nuitée stagnent, les réserves du fonds des cabanes s' amenuisent et les moyens financiers à disposition ne suffisent donc plus à faire face aux dépenses d' entretien et d' amélioration qui, elles, ne faiblissent pas. Il s' impose, dès lors, de revoir en profondeur la politique des cabanes, si l'on veut tout à la fois - axiome de départ -conserver la totalité du parc des 152 cabanes du CAS, l' entretenir convenablement et assurer la solidarité nécessaire au maintien des cabanes déficitaires.

Diverses solutions sont envisageables pour augmenter les recettes et/ou réduire les dépenses. Parmi les premières, la généralisation du contrat de bail à loyer ( déjà pratiqué par certaines sections ), l' introduction d' une taxe de passage, une contribution spéciale « cabanes » s' ajoutant à la cotisation des membres ou encore un sponsoring extérieur. Pour réduire les dépenses, on peut imaginer de réduire de 40 à 30 % le taux de subventionnement des travaux de construction, de ne plus subventionner que les parties des cabanes concernant l' hébergement proprement dit, ou encore d' accorder des subventions selon un système de forfait calculé sur la base d' une estimation globale, par la commission, des besoins de la cabane concernée. Il s' agira enfin, plus généralement, d' améliorer encore la formation des gardiens et l' accueil, ainsi que de prendre des mesures de promotion de nos cabanes. Un groupe de travail est à l' oeuvre, qui procédera cette année encore à une consultation des sections et rendra ses conclusions l' an prochain, avec un projet de nouveau règlement des cabanes.

Concept de marketing du CAS Les délégués ont pris connaissance des grandes lignes d' une étude effectuée dans le cadre de l' Université de Fribourg par le directeur administratif du club, Fredi von Gunten, ayant pour but l' élaboration d' un concept de marketing du CAS. Sur la base d' un questionnaire rempli par 688 personnes faisant partie d' un échantillon de 1000 membres représentatif du club, l' auteur a mis en évidence, en particulier, les motivations qui peuvent inciter quelqu'un à adhérer au CAS ( la plus importante s' avère être le désir de trouver des compagnons partageant les mêmes intérêts, suivie par l' offre de courses ), les activités les plus prisées des membres ( soit, en ordre d' importance décroissante: randonnée pédestre, excursions à ski et alpinisme de haute montagne ), l' appré portée par les membres sur les prestations et activités de l' associa centrale ( sont jugés nécessaires par 95 % ou plus des membres interrogés: les cours de chef de courses alpines, les éditions, la revue Les Alpes, les mesures de promotion de la jeunesse et les mesures en faveur de la protection de la montagne ), ou encore les avis concernant divers aspects des cabanes ( une majorité, par exemple, estime normal le coût de la nuitée et, quant à l' accueil, on note une satisfaction d' ensemble, avec cependant d' importantes variations en fonction des cabanes ). Cette Editorial étude et ses implications concrètes seront commentées plus en détail S dans ('editorial du numéro d' août.

^ Plan financier 1998-2000 5 L' élaboration d' un plan financier * pluriannuel résulte de la nouvelle " répartition des tâches entre l' Assem blée des délégués et la Conférence g des présidents. La première a la compétence, entre autres, de fixer les principales orientations de la politique du club, tandis que la seconde est en particulier responsable de décider du budget annuel. Le but du plan financier est donc de mettre en évidence les besoins financiers du CAS pour les trois prochaines années et de servir en même temps de base obligatoire pour l' établissement du budget annuel.

Cette double fonction n' a pas manqué de faire apparaître, au gré de diverses interventions de délégués, l' incertitude qui semble encore régner sur le caractère, contraignant ou non, des chiffres présentés. On craint visiblement, dans certaines sections, de se voir lié par des projections impossibles à respecter par la suite. Franz Werthmûller, chef des finances, s' est efforcé d' apaiser ces inquiétudes en soulignant qu' il fallait distinguer les chiffres concernant le proche avenir de ceux qui nous reportent à deux ou trois ans dans l' avenir. Ainsi, la planification présentée pour 1998 peut être considérée comme un projet de budget tandis que celle des années suivantes est soumise à des corrections éventuelles en fonction de l' évo des situations.

La discussion du plan financier a été du même coup l' occasion d' un rappel des principales orientations des divers secteurs d' activités du club. Au vote, l' assemblée a approuvé le plan financier 1998-2000 à une très forte majorité.

Augmentation du prix de l' abonnement aux Alpes Après des péripéties qui auront duré plusieurs années, c' est peut-être un peu plus d' une année de preuve par l' acte, soit Les Alpes sous leur nouvelle présentation, qui aura permis d' augmenter de 6fr. ( de 18 à 24fr .) le prix de l' abonnement à la revue du CAS. Cette augmentation d' un prix resté inchangé pendant 15 ans sera effective dès janvier 1998 et permettra la réalimentation du fonds de la revue, l' absorption d' augmenta de coûts imprévisibles ( papier, ports etc. ), enfin et surtout le maintien à tous égards de la qualité d' un produit très largement apprécié au sein du club.

L' assemblée a donné son accord à cette augmentation à une forte majorité, malgré l' opposition de deux sections, dont l' une proposait une augmentation maximale de 3fr. et l' autre de ne pas entrer en matière.

Nominations Renouvellement progressif du Comité central La première commission de contrôle de gestion Autre nomination importante, celle des membres de la commission de contrôle de gestion, également prévue par les statuts adoptés l' an dernier. Ont été élus: Elisabeth Stocker ( sections Berne et Pilatus ), Samuel Estoppey ( section Biel ), Andreas Mösle ( section Wildhorn ), Yves Veya ( section Argentine ) et Félix Weiss ( section Am Albis ). Au cours de leur mandat de quatre ans, ils auront donc pour tâche de contrôler si les moyens financiers du CAS ont été utilisés conformément aux décisions budgétaires et aux buts qui leur étaient assignés, ainsi que de s' assurer de l' exécution des mandats attribués au CC, au secrétariat et aux commissions.

Divers Rapports et comptes adoptés Le rapport annuel, les comptes et le rapport de révision 1996 ont été adoptés à une forte majorité.

Prochaines assemblées Conférence des présidents 1997: le 15 novembre à Berne.

Assemblée des délégués 1998: le 13 juin à Berne.

fbM

lourrier des lecteurs La posta dei lettori Leserbriefe

Eau potable en cabane: un problème qui mène à des abus

La pénurie d' eau est le pain quotidien des alpinistes en haute montagne. Elle est d' autant plus gênante que l' altitude ainsi que l' effort physique demandent un apport important de ce liquide pour le bon fonctionnement de l' organisme.

Dans les cabanes du CAS, une pratique fâcheuse s' est lentement installée: faire payer, et de plus en plus cher, les litres d' eau chaude indispensables. Le prix varie entre 2 et 4 fr., voire plus, pour un litre.

Je m' interrogeais depuis quelque temps sur la légitimité d' une telle taxe lorsqu' un incident me poussa à éclaircir ce point. Lors du week-end de Pâques, j' ai passé une nuit dans une cabane du CAS. Ne désirant prendre que la nuitée et le souper proposé par le gardien, j' ai signalé à celuici que j' avais mon propre petit déjeuner. Il me répondit tout de go: « Sans déjeuner, pas d' eau chaude le matin !» Je me voyais donc placé devant l' alternative de prendre la demi-pension entière ou de manger mon bircher tout sec le lendemain...

De retour à la maison, je me suis plongé dans le règlement des cabanes... pour tomber, à l' article 8 ( Taxes de cabane ), sur l' alinéa 3 ( Eau chaude ) qui stipule clairement: « La remise d' eau chaude pour la préparation des boissons et des repas est comprise dans la taxe de nuitée. » J' en appelle donc à un assainissement de cette situation. On pourrait par exemple fixer une limite supérieure d' un franc par litre d' eau chaude, pour tenir compte des cabanes où l' approvisionnement en eau pose manifestement un problème majeur.

Yves-Alain Peter, Le Landeron NE

ïécurîté, médecine, sauvetage

»icurezza, medicina, soccorso in montagna

Sicherheit, Medizin, îettungswesen

admis par l' Office fédéral de la communication. De plus, il doit être prévu pour lancer deux appels différents à cinq tonalités. Le premier ( 21 300 ) déclenche le contrôle automatique de liaison, l' autre ( 21414 ) met en contact avec la Rega.

Le processus d' alarme Le canal d' alarme est géré par la Rega nuit et jour et 365 jours par an. En cas d' appel, celle-ci met en route les mesures que la situation exige. Le CAS a opté pour ce nouveau système « Regacom » pour les alarmes radio en montagne. Il est maintenant possible, directement depuis la centrale de la Rega, de faire appel de façon sélective aux secouristes, équipes de piquet et colonnes de secours nécessaires à une action de sauvetage.

Pour l' alarme uniquement!

Le canal d' alarme radio est à la disposition de tout un chacun dans toute la Suisse, exclusivement pour donner l' alerte en cas de détresse. Il ne doit en aucun cas être utilisé pour des transmissions privées. Par ailleurs, un appel de détresse ne doit se faire par ce biais que si l'on ne dispose pas d' un téléphone.

Nouveau numéro d' alarme de la Rega: 1414

La Garde aérienne suisse de sauvetage Rega a désormais un nouveau numéro d' alarme. Il n' est plus nécessaire de composer un numéro de téléphone à sept chiffres, pas plus qu' un indicatif régional, pour atteindre sa centrale d' alarme. Il suffit de composer le 1414. Ce numéro est valable dès à présent, où qu' on se trouve en Suisse, en cas de besoin de secours aérien.

Pour demander du secours depuis l' étranger, il faut d' abord composer l' indicatif national suisse, dans la plupart des cas 0041, et l' indicatif régional de Zurich, 1, enfin 1414.

L' ancien numéro 01/383 1111 reste en service jusqu' à nouvel avis.

Selon comm. service d' information Rega ( trad.

Canal d' alarme radio Rega pour tout un chacun

Dès à présent, la centrale d' alar de la Rega peut être alertée directement par un système d' alarme radio accessible au public. La Rega et le CAS répondent ainsi enfin à un souhait que les alpinistes conscients de leurs responsabilités exprimaient depuis des années.

Le nouveau système d' alarme radio « Regacom » dispose d' une fréquence d' alarme utilisable par chacun: le canal E ( pour « emergency », urgence ), sur 166,. " " .300 MHz, réservé pour donner l' alerte et appeler à l' aide en cas de détresse dans toute la Suisse. Le CAS, les Télécom PTT et la police cantonale du Valais ont mis au point le concept en collaboration avec la Rega.

Les exigences posées à l' appareil L' utilisation d' une fréquence d' alarme exige un appareil radio qui émet sur la bande des 2 m et qui est Informations sur les conditions de concession Les Télécom PTT octroient pour le canal d' alarme E une concession au prix réduit de 4fr. par mois. Pour toute autre information sur les concessions radio ainsi que pour l' acquisi d' appareils, on voudra bien s' adresser au commerce spécialisé.

Selon comm. Secours en montagne du CAS ( trad. ) M

Révision du manuel de sauvetage du CAS

Appel à tous les possesseurs du manuel Au cours de ces derniers mois, dans le cadre d' une révision complète, le manuel de sauvetage du CAS a été adapté aux dernières techniques de secours en montagne. Les possesseurs de ce manuel sont instamment priés de faire usage du coupon qu' ils y trouveront, à la p.7. Moyennant une contribution aux frais de 41 fr. payée à l' avance, ils recevront sans tarder les feuilles révisées. CCP du CAS 30-6110-1, avec mention « Manuel de sauvetage ».

Selon comm.

Secours en montagne du CAS ( trad.. " " .M

EN MONTAGN

Sécurité, médecine, sauvetage o a.

Feedback