Au sommet de l’exploit

arrêt sur histoire

Les plus hautes cimes de Suisse s’élèvent depuis la nuit des temps dans le ciel bleu du Valais, mais La Suisse n’est plus. Il y a 31 ans, l’alpinisme faisait encore la une du quotidien genevois (1898-1994), qui a sponsorisé les guides André Georges et Erhard Loretan. «Pari fou dans les Alpes», titrait le journal le 15 février 1986, le lendemain de leur départ. Le pari en question consistait à enchaîner d’une traite la «couronne impériale», une arête qui s’étend autour du Mattertal, pour relier Grächen à Zinal en passant par le massif des Mischabel, le massif du Mont Rose, le Cervin, la Dent Blanche, le Weisshorn et descendre enfin par le Bishorn. Cette aventure alpine et journalistique a été nommée la «transalpine Grächen – Zinal». L’épopée de 140 kilomètres a conduit la cordée Georges-Loretan a gravir 33 quatre mille et plus de 10 trois mille. Le 4 mars 1986, les deux alpinistes arrivaient à Zinal. «Le pari est gagné», titrait le journal. Quant à savoir si son tirage a grimpé, nous l’ignorons.

Feedback