Baptême du Pic Romand Arrêt sur histoire

Mélange de chance et de malchance le 22 mai 1870. 28 membres des sections du CAS Diablerets, Genevoise et Monte Rosa effectuent l’ascension d’un sommet des Préalpes vaudoises «jusqu’alors réputé inaccessible». Ils le baptisent «Pic Romand». Nom qui ne sera pas amené à durer, puisque la même montagne sera renommée «Le Tarent» en 1894.

400 mètres plus à l’est et 8 mètres plus bas se trouve un sommet au destin identique. Lorsque les 42 clubistes de cette «Course de printemps des sections romandes dans la Vallée des Ormonts» s’y rassemblèrent, ils l’appelèrent «La Tornettaz». Ses autres noms sont «La Tornette», «La Para» et, depuis 2006, «La Pare».

Comme le mentionne René Guisan dans L’Echo des Alpes, il s’était réjoui au sommet de La Tornettaz à la vue du lourd sac de montagne d’un camarade, espérant y trouver des provisions et des bouteilles de vin. Hélas, au déballage, celles-ci s’avérèrent n’être qu’un appareil de photo: «Un appareil à photographier. Tableau!!!»

Feedback