«Bergfahrt 2010» à Amden/SG: De l'Angleterre à la Bregaglia par la littérature

De l' Angleterre à la Bregaglia par la littérature

Pour la quatrième fois, la manifestation « Bergfahrt 2010 » a proposé une excursion de grande qualité dans le monde de la littérature alpine. Le grimpeur de l' extrême anglais Andy Kirkpatrick et le baron russe Anton von Rydzewski, fidèle arpenteur du massif de la Bregaglia, étaient au centre de cette édition.

Andy Kirkpatrick donne l' impression d' un joueur de rugby tombé sur la salle communale d' Amden alors qu' il cherchait un pub. Le grimpeur de l' extrême a été invité dans le petit village saint-gallois par Emil Zopfi à l' occasion de la « Bergfahrt », un congrès consacré à la littérature alpine. Personne ne supposerait en voyant cet homme qu' il s' agit là de la star du jour avant qu' il ne fasse son apparition sur la scène. Star dépeinte non sans humour par l' auteur de littérature alpine Robert Steiner comme « sans talent, mais entêté et persévérant », le grimpeur de l' extrême anglais et auteur du livre Psychovertical fascine son auditoire: sans support écrit devant les yeux, il parle de ses problèmes de dyslexie aussi ouvertement que de ses exploits en escalade de l' extrême dans le monde entier. Il qualifie de « promenade » une ascension de l' Everest et d'«ennuyeuses » les performances de la « Huber Buam », équipe composée des deux frères Alexandre et Thomas Huber. Cependant, les frères Huber eux-mêmes ne devraient pas lui en vouloir, tant son côté farceur est désarmant et son humour imbattable.

Avec le baron von Rydzewski dans la Bregaglia Après une telle mise en appétit, il devient difficile de maintenir le niveau, mais ce n' est pas impossible. La lecture des extraits des auteurs locales Karin Steinbach Tarnutzer et Christine Kopp, tirés de leurs plus récents romans intitulés respectivement Ganz bei mir: Leidenschaft Achttausender ( Dans mon élément: la passion des 8000 ) et Schlüsselstellen ( Passages-clés ), promène les quelque 180 visiteurs présents à Amden, parmi lesquels figurait le préposé à la culture de la section Berlin du Club alpin allemand ( DAV ) venu en privé, d' Angleterre au Karakoram, avant de revenir dans les Alpes. De là, le cheminement littéraire conduit jusqu' au sud des Grisons l' après, à la rencontre du « premier photographe de la Bregaglia » qui, même sans humour britannique, fut certainement une personne non moins captivante: Anton von Rydzewski, baron originaire de Russie, fils d' un général tsariste. Les exposés du couple d' auteurs formé d' Ursula Bauer et de Jürg Frischknecht sur leur livre issu d' un travail de recherche minutieux, intitulé Ein Russ im Bergell ( Un Russe dans la Bregaglia ) et rassemblant pour la première fois l' œuvre photographique de Rydzewski, font revivre le travail documentaire effectué par ce dernier dans la Bregaglia. Dans la pièce de théâtre du même nom, les comédiens grisons Gian Rupf et René Schnoz invitent le public à une course en montagne avec le baron russe et son guide du Val Fex, Christian Klucker – deux hommes qui se sont à la fois estimés et détestés. La seule ombre au tableau lors de ce congrès fut le temps: les champs de neige du Mürtschenstock éclatants de blancheur sous le soleil printanier ont dû éveiller des envies chez plus d' une personne dans le public. Toutefois, le fait d' être prisonniers de la salle communale a été rendu supportable par la qualité des contenus de la « Bergfahrt », qui formait une fois de plus un voyage hautement enrichissant dans la littérature alpine, et par … les stores. Ceux-ci restèrent la plupart du temps fermés et nous interdirent ainsi de nous laisser distraire par les sommets alléchants à l' autre extrémité du Walensee.

Feedback