Billets individuels disponibles mais chers. Enquête auprès des remontées mécaniques

Enquête auprès des remontées mécaniques

Billets individuels disponibles mais chers

En Suisse, plus de 80 % des remontées mécaniques proposent des billets individuels aux randonneurs à skis, mais souvent à un tarif élevé. Si une montée unique coûte en moyenne 34 % du prix d' une carte journalière, cette proportion peut aller jusqu' à 70 %. Tel est le résultat des investigations effectuées cet été par le CAS.

Plus d' une randonnée à skis commence là où se terminent les remontées mécaniques. Usagers fréquents de ces dernières, les excursionnistes sont nombreux à pester contre le prix d' une montée unique. Cette grogne est-elle justifiéeDésireux d' en savoir plus à ce sujet, le CAS a effectué une enquête auprès des responsables des domaines skiables suisses dont la station supérieure se situe au départ d' itinéraires d' excursions à skis. Le but était de découvrir s' il existe des billets individuels, combien ils coûtent par rapport à une carte journalière et si les entreprises concernées considèrent les randonneurs à skis comme une clientèle spécifique.

De 3 à 42 francs

Seuls 14 des 107 domaines skiables son-dés n' offrent pas de montées uniques. Parmi les plus grands de ces sites à se limiter aux cartes journalières figure celui de Klosters-Davos, qui motive cette politique par l' absence de tourniquets: les billets individuels pourraient être réuti-lisés abusivement. Si, dans ce cas, le randonneur hésite logiquement à utiliser les installations de ski, le billet individuel n' est pas bon marché non plus dans certaines régions. En moyenne, son prix est de 30 francs. Le plus cher, vendu par Téléverbier SA, se monte à 42 francs. A l' opposé, les offres les plus avantageuses pour une montée sont proposées au prix de 3 francs au col du Jaun, de même qu' à Tschierv dans le val Müstair, donc en zone périphérique. Ce dernier site accorde par ailleurs la plus grande réduction pour le billet individuel en comparaison de la carte journalière, le prix du premier revenant à 7,7 % seulement de celui de la seconde. Le rapport le plus élevé, de 70 %, est appliqué par Les Diablerets, suivis des Flumserberge et de Verbier. Quant à la moyenne, elle se situe à 34%. Enfin, 31 entreprises pratiquent un taux supérieur à 40 %. Or, ce chiffre a été défini par le CAS, interpellé à ce sujet, comme étant le seuil critique du prix qu' un usager est prêt à payer.

Prix du mètre de dénivellation pour les randonneurs à skis

On peut justifier ces écarts en invoquant la disparité des prestations fournies par les remontées mécaniques. Mais si l'on considère les coûts par mètre de dénivellation, le prix de 3 centimes par mètre de montée demeure élevé aux Diablerets. Les prix « extrêmes » des billets individuels Sportbahnen Jaunpass AG CHF 3.– Sportanlagen AG Val Müstair CHF 3.– Skilift Habkern-Sattelegg AG, Interlaken CHF 3.50 Skilift Junker AG, St. Antönien CHF 4.– Weisse Arena Bergbahnen AG, Laax CHF 36.– Bergbahnen Flumserberg AG CHF 37.– Gstaad 3000 SA, Les Diablerets CHF 41.– Téléverbier SA CHF 42.– Les extrêmes sont de 4 centimes à Sedrun et de 0,5 centime au col du Jaun, pour une moyenne générale de 1,6 cen time. Sur un site, on paie même pour une ascension effectuée à skis. C' est ainsi qu' à la Diavolezza, les adeptes du ski-alpinisme s' acquittent du prix d' une carte journalière pour s' entraîner sur les pistes. Vals, à l' inverse, leur met gratuitement à disposition un tracé séparé pour la montée. Au total, 23 des entreprises sondées se sentent concernées par le ski-alpinisme, donc par les skieurs qui le pratiquent en compétition. Elles sont plus nombreuses, soit 65, à considérer les randonneurs à skis comme une clientèle spécifi que. A la Bannalp et au Schilt, ceux-ci sont même majoritaires. Certains domaines skiables leur proposent des excursions guidées, d' autres possèdent une aire d' exercice pour la recherche de victimes d' avalanches, disposent de matériel et organisent des cours à cet effet. En résumé, on constate que les entreprises de remontées mécaniques veulent éviter d' indisposer les randonneurs à skis et cherchent au contraire à conserver cette clientèle. Reste que le prix moyen d' une montée demeure assez élevé pour ces sportifs. a Christoph Meier, rédacteur ( trad. ) C' est au col du Jaun que le skieur déboursera le moins pour une montée unique. Photo: Mar cel Zaugg

Feedback