Bouleversements d’un autre type

Outre le mauvais temps, l’alpiniste professionnel Stephan Siegrist est tombé sur des difficultés inhabituelles lors de son dernier voyage au Cachemire, en août 2016. Il venait d’effectuer l’ascension du Corner Peak (5700 m) avec Julian Zanker pour s’acclimater, signant une première d’entrée de jeux. Lors de leur descente au camp de base, les deux Suisses ont appris l’accident de l’alpiniste indien Ranjit Jakkli dans le même secteur. Arrivés vers lui, ils ont dû le soigner d’urgence. Le malheureux s’était déboîté le coude. Puis un jour s’est écoulé jusqu’à l’arrivée d’un hélicoptère. Sur la place d’atterrissage de Gulabgarth, aucun médecin pour les réceptionner, mais des représentants militaires et la police. Les alpinistes ont momentanément été placés en garde à vue, interrogés et soupçonnés d’avoir utilisé un téléphone satellite, ce qui est interdit dans cette région frontière disputée. Il semblait qu’un signal ait été localisé. Une annonce avec photos et accusation des alpinistes européens est même parue dans le journal Kashmir Life. Tous trois ont néanmoins finalement été libérés faute de preuves. L’expédition de Stephan Siegrist et de Julian Zanker s’est terminée sans autre conquête de sommet.

Feedback