Cabanes: rester simple

A propos de la restauration et de l’agrandissement des cabanes.

Moi, je suis «libre Max». Je crapahute comme je veux et comme je peux après 45 ans déjà au CAS. Je me pose néanmoins beaucoup de questions quant à l’éthique ou plutôt la politique actuelle de mon club. L’agrandissement des cabanes de Moiry et Rambert: bizarre. L’architecture de la Monte-Rosa-Hütte: trop sophistiquée. Et j’en passe! Mais où va-t-on? Le fait que les sanitaires s’améliorent est tout à fait normal, et cela n’a que trop attendu. Que des architectes futuristes soient mandatés pour des projets hors de prix et dégradants pour l’environnement: NON. Mais pourquoi acceptez-vous? Restez simples et utilisez la pierre, le bois traité (ou autres matériaux de montagne) selon les altitudes, mais arrêtez avec vos horreurs! Avec vos millions d’investissements qui font peur… Avec le renouveau, si la pension proposée reste modeste, le prix d’une nuitée en cabane, pour membre et non-membre, a pris l’ascenseur. Cela ne peut pas durer. De plus, si, à 66 ans, je n’ai malheureusement plus le physique de tenter l’ascension d’un sommet, j’aimerais apprécier de pouvoir me «faire une jolie cabane» sur deux jours, sans que l’on me fasse sentir que les places sont désormais réservées aux seuls alpinistes… La simplicité de la montagne, le respect de chacun, la solidarité auront toujours raison sur l’envie et la performance. Il y a de la place pour tout le monde et il faut qu’il en soit ainsi pour garder les vraies valeurs en montagne. C’est toujours elle qui aura le dernier mot de toute façon.

Feedback