Canyoning - un sport sans risques?

Attention à la sécurité Le grimpeur qui évolue dans une paroi rocheuse ou sur une pente de glace sait qu' il se déplace en terrain dangereux. La conscience des risques dans la pratique du canyoning, cette nouvelle activité qui allie l' eau et le rocher, ne semble en revanche pas encore répandue. L' absence de mesures de sécurité provoque sans cesse de nouveaux accidents survenant généralement lors de deux moments forts de ce sport: les sauts et les glissades.

Le manque de conscience des risques est d' autant plus étonnant que le parcours d' un canyon expose non seulement aux dangers liés aux parois rocheuses, mais encore à ceux des eaux courantes. Ces dernières constituent, en effet, un milieu où des obstacles bien particuliers surgissent, qui caractérisent le parcours choisi. Nombreux sont encore ceux qui vont faire du canyoning sans être familiarisés avec ce milieu, ou qui ne le sont qu' avec le terrain rocheux, grâce à l' alpinisme ou l' escalade. Cette ignorance ou cette méconnaissance ne conduisent toutefois pas à faire montre d' une prudence particulière. Au contraire, on remarque souvent dans les gorges à canyoning des com- portements imprudents voire un goût du risque, même dans les pays où ce sport est populaire. On ne s' étonnera donc pas que des accidents surviennent, dus à l' eau la plupart du temps.

Hypothermie, effectif du groupe et force de l' eau

Risque d' hypothermie Le contact permanent avec l' eau froide expose à l' hypothermie. Le risque existe également en été puisque l' eau des canyons provient souvent de régions montagneuses ou d' affluents froids. Hors de l' eau, la température n' est pas très élevée non plus du fait qu' on se trouve le plus souvent dans des endroits encaissés et sombres. S' ajoutent à cela le vent et son effet d' accélération du refroidissement.

Une protection efficace contre le froid est alors un élément essentiel de l' équipement, élément pourtant souvent négligé. Une combinaison en neoprène mal ajustée réduit fortement la protection du corps contre la conduction permanente de chaleur vers l' eau. On néglige également souvent la protection des mains, des pieds et de la tête. Ces parties du corps diffusent beaucoup de chaleur et, par conséquent, des chaussons, des gants et un capuchon sont indispensables. Le refroidissement du Un tel spectacle sur les falaises est très risqué et comporte un grand danger de blessures. Gorges du Gondo, Valais En situation de rappel délicat, surtout à proximité de l' eau, l' auto est une condition absolue. Barranco de la Foz de la Canal. Pvrém corps se produit de façon progressive et, dans une gorge, n' est que difficilement réversible. Les effets d' une hypothermie à son premier stade ( tremblements, perte de force et manque de coordination des mouvements ) peuvent engendrer des problèmes de sécurité et faire de la suite de la descente un parcours à risque.

Effectif du groupe Le danger de refroidissement est plus marqué avec un grand groupe qu' au sein d' une petite équipe dont les membres sont presque constamment en action. Lorsque quinze ou vingt personnes se trouvent ensemble dans le canyon, ce n' est pas seulement dans les passages difficiles que des files d' attente se forment, mais également à l' endroit d' un simple rappel. Sur les parcours fréquentés, on tombe même sur de vrais embouteillages. S' il n' y a pas d' en dégagé et sec et que l' attente doit se faire dans l' eau avec un vêtement de protection insuffisant, le risque d' un refroidissement augmente rapidement.

L' effectif du groupe conditionne également la durée de la descente. Celle-ci est une donnée majeure de la sécurité et, en cas d' incident, elle peut être un facteur décisif. Un grand groupe est un sérieux handicap s' il faut descendre le plus vite possible parce qu' un orage menace. Et c' est lorsque la situation devient critique et que les mesures de sécurité sont négligées - ce qui est généralement le cas avec des gens inexpérimentés -que la probabilité d' accident augmente rapidement.

La force de l' eau Un débit d' eau modéré, lors d' une partie de canyoning, trompe bien des gens sur les dangers qui augmentent sensiblement avec une masse d' eau à peine plus importante. L' eau, même en faible quantité, peut développer une force énorme qui grandit encore dans des passages particuliers comme les cascades et les passages étroits.

L' inconscience des risques découlant de l' ignorance de la force et du comportement turbulent de l' eau provoque souvent des accidents mortels. La cause première est souvent une fausse estimation de la quantité d' eau; à cette erreur s' ajoutent encore l' inexpérience, l' insouciance et la surestimation de ses propres capacités. Celui qui, malgré une situation météorologique menaçante ou juste avant un orage, entend encore « vite faire une descente » court à l' acci. En effet, peu de gens sont en mesure de se rendre compte de ce qui se passe réellement dans un canyon lorsque tombe une pluie violente: le niveau de l' eau peut monter très rapidement et le flot tout emporter sur son passage.

Le rappel n' est pas un jeu d' enfant

Correctement effectué, le rappel est un moyen de progression attrayant. C' est ce que disent de nombreux débutants qui font un rappel pour la première fois: savoir freiner une chute est un vrai plaisir. Un apprentissage rapide conduit toutefois souvent à une conclusion fausse, à savoir que le rappel est une opération techniquement simple et facile. Après les premières expériences, on souhaite rapidement en faire plus, par exemple descendre de longues parois ou des cascades.

Fausse estimation des conditions Une mauvaise évaluation de la technique et de ses propres capacités amène à croire que les risques d' un rappel dans un terrain problématique sont faibles, voire nuls. A cela s' ajoute encore un phénomène que les débutants sous-estiment: un terrain inconnu, dans une situation inhabituelle, peut déclencher une peur qui pousse les gens peu expérimentés à réagir à rencontre du bon sens et à oublier les règles élémentaires de sécurité. Les réactions erronées se pro- duisent surtout lors de rappels sur une cascade, où l' attention doit se porter autant sur l' environnement que sur la technique. C' est trop pour certains qui en oublient de se concentrer sur les règles élémentaires de sécurité alors que cette concentration est presque automatique chez les gens d' expérience. Un incident mineur ( une bonne douche, une glissade ou une forte pression de l' eau sur le corps ) peut ainsi détourner l' atten de la maîtrise d' un élément et conduire à une erreur lourde de conséquences.

Blocage Le blocage sur un huit de rappel par un quelconque objet ou par un nœud peut avoir des conséquences fatales sous une chute. Les débutants laissent la panique les gagner et, n' étant pas préparés à pareille situation, ne connaissent ou ne maîtrisent pas les techniques de déblocage. Des noyades se sont produites de cette façon, quand celui qui faisait un rappel est resté coincé sous une chute et n' est pas parvenu à se dégager à temps.

Les sauts dans les vasques sont une source de plaisir intense. Ils requièrent cependant une reconnaissance préalable des lieux. Canyon du Foron, Haute-Savoie Sécurité, médecine, sauvetage Photo: Brigine Burchard Manœuvre de rappel dans un fort courant: un blocage du huit peut être très dangereux, car dans cette situation, il est possible de progresser exclusivement en « position de descente rapide ». Barranco de Lite-rola, Pyrénées centrales espagnoles Sauts et glissades problématiques Ce sont les sauts et les glissades -ces deux moments qui font du canyoning une aventure sportive - qui sont les sources principales de danger. C' est là que se produisent la plupart des accidents, entraînant souvent des blessures graves. Les risques ne sont pourtant que très rarement sérieux. Dans la plupart des cas, ce sont les règles élémentaires de sécurité qui ont été négligées. Ainsi, c' est l' erreur de comportement qui fait d' un danger, pourtant facilement évitable, un piège grave. L' expérience montre que trois règles doivent être respectées pour éviter les ennuis.

Première règle: assurer le saut!

Pour chaque saut ou glissade, il faut prendre garde à ce qu' un assurage correct puisse être mis en place. Les éléments caractéristiques - rochers mouillés, sortie délicate ou difficile à atteindre, hauts-fonds, obstacles ou turbulences dangereuses dans la vasque d' arrivée - doivent être repérés et jaugés soigneusement. Si un doute subsiste quant à la sécurité du saut ou de la glissade, il La descente en rappel dans une cascade nécessite, en plus d' une technique du rappel éprouvée, une bonne estimation du débit de l' eau. Canyon du Clevieux, Haute-Savoie faut que quelqu'un descende en rappel et se rende compte de l' état exact des lieux.

En pratique, c' est souvent l' inverse qui se passe: l' envie de sauter ou de glisser fait que l'on pense « que ça passera !», malgré des conditions douteuses, par exemple, une eau troublée, des embruns, une profondeur difficile à mesurer ou un espace restreint. La seule « sécurité » dont on tient compte consiste souvent dans le fait qu' il s' agit d' un endroit connu ou plus ou moins récemment parcouru. Les canyons sont pourtant des endroits soumis à une érosion constante. A tout moment, des rochers, des troncs ou des branches peuvent se trouver sous la surface de l' eau, malgré de hautes eaux ou de fortes précipitations. Rien ne garantit qu' un bassin de saut, même récemment utilisé, est resté ce qu' il était.

Deuxième règle:

ne pas se surestimer!

Les passages en apnée, un terrain glissant et des eaux turbulentes renforcent la difficulté de l' accès ou du saut. La sécurité du saut ou de la glissade est fortement influencée par la sécurité de leur point de départ. Un saut ou une glissade sur toboggan non contrôlés commencent au moment même où le corps se met en mouvement sans que ce mouvement puisse être maîtrisé. Une hauteur de trois mètres déjà peut provoquer des blessures. Si le point de départ est peu sûr, il faudra l' équiper d' une cor- de, fixe ou non, de manière à donner au sauteur le contrôle de ses gestes. Or, on y renonce souvent - alors même qu' à la difficulté du terrain s' ajoute l' incertitude du point d' arri dans la vasque. Si les deux difficultés se combinent, la technique de saut exige une solide expérience.

La prudence est de mise pour le rappel, surtout lorsqu' il y a de fortes turbulences dans la vasque. Canyon du Clevieux, Haute-Savoie II est en outre essentiel de juger de manière objective ses compétences techniques. Un renoncement à un saut ou à une glissade doit rester possible jusqu' au dernier moment. Il faut donc que le point de départ soit toujours assuré par une corde que les participants doivent pouvoir utiliser s' ils l' estiment nécessaire.

Troisième règle: conscience des risques plutôt qu' audace!

Rien n' est plus malsain que la pression du groupe lorsqu' on doit juger de ses propres capacités. Un jugement sous la pression d' un défi ne peut guère être objectif. L' attente des autres devient dangereuse qu' elle pousse à un faux sentiment de sécurité et que l' audace en vient à prendre la place de la conscience des risques. Ne pas vouloir « jouer l' empê de tourner en rond » quand les autres veulent y aller est la marque et la conséquence la plus dangereuse d' une fausse estimation de la situation.

Les dangers du goût du risque II ne fait pas de doute que le saut et la glissade sont des moments particulièrement forts au cours desquels se combinent le jeu, le sport et l' envi du canyon. Mais ces activités sont souvent menées de manière précipitée, comme si le terrain était celui d' un parc d' attractions. La recherche de sensations fortes mène à des manœuvres casse-cou, telle la descente du toboggan debout ou tête la première. Au Neu d' un contrôle des risques, c' est le goût du risque qui s' installe, jusqu' aux défis réciproques. Savoir dire non dans de pareilles situations est l' élément essentiel d' un comportement responsable.

Réputation douteuse

Le sentiment naïf de sécurité qu' on rencontre souvent parmi les adeptes du canyoning est également entretenu par l' image que ce sport souhaite donner de lui-même. Le canyoning se veut une « aventure ultime » pleine d' adrénaline, qui se réalise facilement et rapidement. Etre en forme, avoir du courage et savoir nager:

Sécurité, médecine, sauvetage

/oies et sites nouveaux

fie e siti nuovi

Jeue Routen und Gebiete

voilà tout ce qui serait nécessaire, à entendre certains. La question est dès S lors posée de savoir si l' illusion entre-? tenue de la facilité et de la sécurité io « n' empêche pas une conscience saine 3 des risques et un comportement „ adapté, d' autant plus que l'on attend * beaucoup de « l' aventure » dans le canyon.

suffisantes et la sous-estimation des risques spécifiques jouent un rôle décisif dans de nombreux accidents de canyoning. Des informations complètes, qui mettent en évidence les sources principales de dangers et incitent à un comportement responsable, pourraient aider à résoudre le problème. Seuls ceux qui sont sensibilisés aux risques s' efforceront en effet de promouvoir leur indispensable prise en considération.

Roger Büdeler, Hambourg ( trad. ) M

Feedback