Chamois, livre de sommet et parrainage

Au CAS, le chamois est aussi naturel que piolet, corde et casque. Mais pourquoi lui et pas un autre? Pourquoi notre logo n’arborerait-il pas un fier bouquetin? Et d’ailleurs, pourquoi donc un animal? Le CAS ne relie entre eux ni les chasseurs, ni les gardes-chasse, mais les alpinistes. Le farouche chamois a soigneusement effacé ses traces dans le passé. L’archiviste du CAS à la Burgerbibliothek de Berne, Thomas Schmid, les a dépistées parmi les documents poussiéreux, puis il en a encore une fois perdu la trace. Chemin faisant, il a tout de même trouvé quelques anecdotes captivantes à son propos. Vous pourrez les découvrir dès la page 27.

Lorsque l’on célèbre 150 ans d’existence, on a beaucoup à raconter. C’est pourquoi la seconde édition spéciale de la revue «Les Alpes» est entièrement dédiée à l’histoire mouvementée du CAS.

Saviez-vous que la pratique du ski a failli diviser le club en deux? Sarah Forrer a suivi les traces des premières lattes en bois suisses qui étaient «made in Glaris». Elle démontre à quel point on s’est déjà disputé autrefois quant à la différence entre alpinisme et compétition (voir p. 40). Le système du parrainage vous dit-il encore quelque chose? Notre auteur Patricia Michaud ne connaissait en tout cas pas cette notion avant de s’y intéresser. Elle a été d’autant plus étonnée lorsqu’elle s’est rendu compte à quel point le parrainage avait été important autrefois au sein du CAS et ce que sa dis­parition pourrait signifier pour l’avenir du club (voir p. 52).

Si nous mettons quelques aspects de l’histoire du CAS sous les feux de la rampe dans cette édition, c’est surtout pour mettre en exergue certains aspects laissés de côté jusqu’ici. Le traitement de la période allant de 1918 à 1945 a constitué pour nous un défi particulier (voir p. 55). Pour cette raison, nous avons prié deux historiens de brosser cette époque au sein du CAS, chacun de son propre point de vue. But de l’exercice? Vous donner, chères lectrices et chers lecteurs, la possibilité de vous forger une opinion personnelle. Peut-être aurez-vous même envie d’approfondir un peu le sujet! Pourquoi pas grâce au livre du 150e Anniversaire du CAS, Helvetia Club?

Je vous souhaite bien du plaisir à feuilleter les livres de sommet jaunis, à parcourir les anecdotes d’alpinistes parvenus au sommet ou à interpréter des chiffres révélateurs!

Feedback