Collectionneur de cartes - un regard actuel sur les 16000 cartes géographiques de J. F. von Ryhiner (Le -)

Exposition temporaire au Musée alpin suisse L' homme d' Etat et géographe bernois Johann Friedrich von Ryhiner ( 1732-1803 ) a rassemblé une collection de cartes géographiques étonnante, qui se compose de 16000 documents, cartes, plans et points de vue couvrant une période qui va du 16e au début du 19e siècle.1 Le Musée alpin suisse organise une exposition temporaire en présentant une sélection de ces cartes et plans qui sont de véritables œuvres d' art. Le professeur Klaus Aerni2, de Berne, nous explique, en prenant pour exemple le col de la Gemmi, tout ce que l'on peut découvrir dans une collection de ce genre.

La Gemmi - Histoire d' un col sur les cartes de géographie

Alte Gemmi et col de la Gemmi La Gemmi relie Kandersteg, dans le canton de Berne, à Loèche-les-Bains, en Valais. Ce col appartient, avec les cols du Grimsel, du Lötschen, du Rawil et du Sanetsch, aux passages importants et par conséquent bien répertoriés de la chaîne nord des Alpes. Du côté sud de la Gemmi, le chemin menait du Daubensee à Clabinualp, en passant par Furggentälti et par Alte Gemmi, pour finalement arriver à Loèche-les-Bains. On ne peut pas dire exactement à quel moment l' itinéraire a changé; au lieu de monter jusqu' à Alte Gemmi, il a alors passé dans la Daubenwand et par le col de la Gemmi.

La Gemmi sur les cartes anciennes Konrad Türst, dans sa carte de la Confédération 1495/97 ( ill.1 ) ne note pas simplement le nom de la Gemmi; il nous livre tout l' itinéraire: Frutigen ili Sur la carte de la Confédération ( 1495/97 ) de Konrad Türst, on voit apparaître non seulement le nom de - Cander ( f \euve)-Gemmi-bad ( Loèche-les-bains ) et loeg ( Loèche ). En 1577, le médecin bernois Thomas Schoepf termina de dessiner sa carte du canton de Berne. Sur cette carte, la Gemmi n' est pas encore représentée comme un véritable chemin, mais plusieurs ponts indiqués donnent pourtant quelques points de repères fixes; le Dubensee apparaît ici pour la première fois. L' endroit le plus élevé du col est appelé Gemi m. Selon la carte, c' est à cet endroit que passe la frontière avec le Valais. Schoepf décrit le col comme étant très haut et d' accès difficile. Selon lui, le col n' est praticable que pendant les mois de la fin de l' été.

A l' époque de Türst et de Schoepf, on considérait les cols uniquement comme des passages obligés entre différentes vallées ou lieux. On ne sait donc rien en consultant ces cartes de la topographie exacte du tracé du chemin de la Gemmi; entre autres, les cartes n' indiquaient pas les difficultés qui attendaient le voyageur pour franchir la Daubenwand, si difficile à vaincre. Cependant, des commentaires attachés aux cartes et d' autres sources écrites soulignent bien que le passage entre Loèche et Kandersteg a été déplacé, quelques dizaines d' années avant 1574, de l' Alte Gemmi au col de la Gemmi actuel.

Premiers signes conventionnels de chemins En mai 1591, le commerçant bâlois Andreas Ryff traversa la Gemmi pour 1 La collection de cartes de J. F. von Ryhiner a été accessible au public pendant ces quatre dernières années à la Bibliothèque de l' Uni et de la Ville de Berne.

2 Le Professeur Klaus Aerni, de Berne, est responsable du programme de l' inventaire des voies de communications historiques de Suisse la Gemmi mais également pour la première fois une représentation du tracé du chemin.

retrouver l' évêque de Sion à Loèche-les-Bains et discuter avec lui « d' af minières ». Le voyage laissa à Ryff une impression profonde, et il décrit et dessine ( ill.2 ) dans ses carnets de voyages la descente de la Daubenwand. Le dessin a été publié en 1591 par un artiste bâlois dans le Zirkel der Eidgenossenschaft. Hans Conrad Gyger a probablement vu ce dessin, puisqu' il indique dans sa carte de Suisse, publiée en 1657, outre les deux noms Uf der Gemi M. et Zur Tuben, le cheminement qui mène à Loèche-les-Bains sous forme d' une ligne schématique en zigzag. Ceci inaugure l' usage d' un signe conventionnel indiquant les chemins ( ill.3 ).

Le col apparaît sur la carte Le cartographe Pierre Duval, sur sa Carte du Pais de Vallais ou Walliser-Land de 1658 dessine une double ligne qui serpente, sans indiquer précisément son début ou sa fin, pour représenter le chemin de la Gemmi à travers la Daubenwand. En tout cas, il est le premier cartographe à représenter la catégorie des cols par un signe conventionnel.

Au début du 18e siècle, Alexis-Hu-bert Jaillot, prenant comme modèle la carte de Gyger esquisse une carte de Suisse en quatre parties. Cette carte montre enfin les routes sous forme réticulaire. Avec la représentation datée de 1701 de la Gemmiwand ( ill. 4 ), on sort enfin de la phase d' explora elle sert de ligne de ravitaillement et de liaison aux troupes françaises qui combattaient en Valais la coalition autrichienne et russe. Le 1er juillet 1799, le Directoire du gouvernement helvétique charge l' inspecteur Guisan d' élaborer un projet de route pour franchir la Gemmi, et celui d' une place forte au col. Enfin, en 1820, le canton du Valais propose au canton de Berne de soumettre aux députés la possibilité de construire une route carrossable pour passer la Gemmi. Berne réagit positivement et ordonne une reconnaissance du tracé de la future route3.

Et aujourd'hui?

Depuis l' époque Dufour, avec l' At topographique ( AT ) et la Carte Nationale de la Suisse ( CN ), de nouvelles œuvres cartographiques ont vu le jour. Sur la première édition de la feuille de la Gemmi, qui date de 1884, le chemin passant le col est représenté par une ligne continue, et ne subsiste de la carte précédente que le nom Alte Gemmi. Dans les éditions suivantes de l' Atlas topographique, et dans les premières éditions de la Carte Nationale de la Suisse, Alte Gemmi n' apparaît même plus. Sa réapparition sur la CN 1267 Gemmi ( édition 1992 ) peut être interprétée comme une tentative de revalorisation générale des chemins historiques à laquelle l' inventaire des voies de communications historiques de la Suisse a probablement contribué.

Klaus Aerni, Berne ( trad. ) 11.2 Le marchand bâlois Andreas Ryff nota et dessina dans ses carnets de voyage son passage au col de la Gemmi.

tion; cette carte est publiée en 1708 par Scheuchzer d' après une gravure de Johann Melchior Füssli.

L' Atlas Suisse et les troubles de la République Helvétique C' est après la Révolution, au temps de la République Helvétique ( de 1796 à 1802 ) que paraît VAtlas Suisse de Johann Rudolf Meyer, Johann Heinrich Weiss et Joachim Eugen Müller. La route de la Gemmi est représentée sur la feuille 10 Partie du Canton de Berne du Valais et du Canton de Fribourg.

Pendant l' année de guerre de 1799, au moment du soulèvement des Haut-Valaisans contre les Français, le passage de la Gemmi est fermé pendant quelque temps. Ensuite, 3 Les résultats sont restés à l' état de plans, classés en 1820 sous le titre « Reconnaissance militaire du Passage de la Gemmi », avec cette remarque: « D' après le dessin de Mr. le Lt. Colonel Dufour avec quelques changements selon le petit plan de Mr. le Lt. Colonel Wurstenber-ger ».

111.3 En 1657, Hans Conrad Gyger publia sa carte suisse. Sur celle-ci, le chemin qui va à Loèche-les-Bains est iignalé par un trait sché- matique en zigzag. C' est la première fois que l'on utilise un signe conventionnel pour représenter un chemin.

III. 4 La représentation de la Gemmiwand, telle que Scheuchzer la publia en 1708, d' après une gravure de Johann Melchior Füssli.

Exposition temporaire - un regard actuel sur les 16 000 cartes de J. F. Ryhiner Lieu: Musée alpin suisse, Helve-tiaplatz4, 3005 Berne Durée: du 10 septembre au 6 décembre 1998 Heures d' ouverture: jusqu' au 19 octobre 1998, lundi de 14 à 17 heures; du mardi au dimanche de 10 à 17 heures; dès le 20 octobre: fermé entre 12 et 14 heures; le 23 novembre 1998: fermé toute la journée.

Le catalogue en couleurs édité par Cartographica Helvetica est disponible auprès du Musée alpin suisse, tél. 031/351 04 34, au prix de 19 francs.

Visite guidée: mercredi 18 novembre 1998, à 17 heures 15 ( entrée et visite guidée 8 francs ) Excursion à la Gemmi Du sort du chemin actuel du col sur les cartes historiques et sur le terrain Samedi 10 octobre, sous la conduite du professeur Klaus Aerni Lieu de rencontre: gare de Goppenstein, 9h 40 ( Berne BLS à 8h 26; retour à Berne à 18h 34 ). Marche d' environ 2hV2. Prendre son pique-nique.

Inscription: tél. 031/351 04 34 Histoire, culture et littérature alpines

Feedback