Départ de la rédactrice Margrit Sieber. Rédaction allemande des Alpes | Club Alpin Suisse CAS

Départ de la rédactrice Margrit Sieber. Rédaction allemande des Alpes

Linda Rothenberg – traductrice alle-mand–français Linda Rothenberg, née en 1979 à Genève, a intégré l' équipe en juin 2005. Elle pratique régulièrement divers sports de montagne et a suivi une formation de monitrice J+S. Traductrice et interprète de conférence – activités qu' elle poursuit à son compte en dehors de la rédaction – elle s' est rapidement avérée d' un précieux soutien pour l' édition française des Alpes. Son expérience du métier, son sens de l' organisation et ses vastes connaissances lui ont valu de reprendre la gestion de la rédaction française pendant le congé maternité de Karine Begey.

Hanna Müller – secrétaire de la rédaction Hanna Müller, née en 1950, s' est jointe à l' équipe en début d' année. Forte d' une longue expérience professionnelle, elle s' est intégrée très rapidement en travaillant avec autonomie et précision. Pratiquant elle-même la randonnée à pied et à ski, elle a un intérêt personnel pour le CAS et pour les Alpes.

Des lecteurs engagés

Grâce aux nombreux commentaires positifs qu' elle reçoit, la rédaction des Alpes entretient des contacts enrichissants et stimulants avec son lectorat. Elle a la chance de s' adresser à des lectrices et lecteurs engagés et passionnés de montagne dont elle est enchantée de connaître les réactions. Sa « nouvelle » équipe va, à son tour, s' engager pleinement pour que la revue reste riche, variée et intéressante pour chacune et chacun de nos membresa Etienne Gross, rédacteur en chef ( trad. )

Rédaction allemande des Alpes

Départ de la rédactrice Margrit Sieber

C' est en janvier 1998 que Margrit Sieber a intégré l' équipe des « Alpes » en tant que rédactrice allemande. Ses vastes connaissances et sa longue expérience de la rédaction ont énormément contribué au développement de notre revue de club.

Margrit Sieber est une grande amatrice de randonnée pédestre, mais aussi une curieuse de nature. Elle a vite trouvé dans la revue du CAS un environnement qui lui correspondait et lui permettait de s' engager pleinement. Grâce à sa sensibilité aux questions humaines et culturelles, elle a élargi l' éventail des sujets abordés dans Les Alpes. Que ce soient les questions techniques liées à l' alpinisme ou les préoccupations d' actualité – notamment une meilleure intégration des femmes au CAS – elle a su, en tout temps, enrichir de ses idées le contenu de notre revue. Les années que Margrit Sieber a passées à la rédaction ont été marquées par une constante augmentation des activités des Alpes. Avec l' énergie qui la caractérise, elle a brillamment relevé les défis que représentaient l' élargissement des activités du CAS, les développements techniques et les délais toujours plus courts. Après ces années à la fois bien remplies et enrichissantes, nous souhaitons à Margrit Sieber de profiter de se consacrer à ses intérêts et à ses loisirs personnels. Nous la remercions cordialement de son engagement hors pair au sein de l' équipe de la rédaction et du CAS. Signalons encore que Margrit Sieber ne nous quitte pas tout à fait: heureusement, elle reste disponible pour effectuer certains travaux ponctuels. a Etienne Gross, rédacteur en chef ( trad. ) La rédaction des Alpes en juin 2006 ( de g. à d. ): la rédaction française avec Karine Begey ( actuellement en congé maternité ), Anne Onidi et Linda Rothenberg; à leur droite, le rédacteur en chef Etienne Gross, la rédactrice allemande Alexandra Rozkosny et Margrit Sieber, qu' elle remplace. En portrait à droite: la secrétaire de la rédaction, Hanna Müller Photo: Markus Lehmann Photo: Linda Rothenberg

ntre Grenoble et Gap, une immense table calcaire de presque 1000 km 2 marque la transition entre les Alpes du Sud et du Nord. Traverser pendant quatre jours la nature intacte et les paysages insolites des Hauts- Plateaux du Vercors, c' est la belle aventure qui nous attend. L' altitude ici ne dépasse pas 1500 m en moyenne, avec quelques pointes à 2340 m sur le bord oriental. Nous commençons notre périple à Saint-Nizier. Chaussures serrées, sac à dos ajusté, nous voilà partis. Nous marchons

E

depuis une demi-heure lorsque mon regard est attiré par ces taches blanches qui parsèment l' alpage. Des sortes de crêtes de coq jonchent le sol et nous aveuglent. Nous venons de mettre les pieds sur le relief karstique. Il faut avoir le pied agile pour évoluer sur ces sentiers. Nous voilà avertis: la randonnée sera rude, d' autant plus que nous devrons bien gérer l' eau. Dans les replis du calcaire, elle a tendance à disparaître rapidement, ne laissant que quelques sources pour le randonneur averti. Les Trois Pucelles seront notre premier repère. Ces grands menhirs de calcaire sont en fait au nombre de quatre: Couteau, Dent Gérard, Grande Pucelle et Pucelle de Saint-Nizier. Ils estomaquent tous les visiteurs et forment un belvédère incroyable sur Grenoble.

Feedback