Des femmes guides comme modèles

A propos de l’article «Une femme, sept métiers», «Les Alpes» 2/2021

J’ai été très intéressée de lire que grâce à Rita Christen, une nouvelle personne compétente est à la tête de l’Association suisse des guides de montagne. Elle mentionne que cette profession est menacée de vieillissement. Pourtant, on renonce à promouvoir les femmes. Alors même que face aux 1492 guides de montagne formés, on ne compte que 42 femmes. Avec une répartition approximative des sexes de 50/50 dans la population, un grand potentiel reste inexploité. Je partage l’avis de Rita Christen que la plupart des femmes suisses sont autorisées à faire leur propre chemin comme elles le souhaitent. Je serais néanmoins intéressée de savoir pourquoi il y a si peu de femmes guides de montagne. Ne s’inscrivent-elles pas d’emblée ou échouent-elles au test d’entrée? Abandonnent-elles pendant la formation? Promouvoir les femmes n’implique pas de devoir leur faire cadeau de quoi que ce soit. On peut toutefois s’adresser à elles de manière plus ciblée, par exemple en faisant appel en tant que modèles à des femmes guides de montagne déjà formées. Dans mon environnement, je constate que les femmes ont souvent moins confiance en elles que les hommes et qu’elles ont parfois besoin d’un cadre protégé afin d’exploiter pleinement leur potentiel. Alors, pourquoi ne pas proposer un cours de guide de montagne féminin tous les deux ou trois ans? Dans d’autres sports, les cours s’adressant explicitement aux femmes sont très populaires. J’ai déjà eu l’occasion de faire plusieurs voyages avec des femmes guides de montagne et j’ai toujours trouvé qu’elles étaient très compétentes. J’espère vivement que les femmes guides seront plus nombreuses à l’avenir.

Feedback