Des itinéraires à découvrir dans les Préalpes bernoises. Classiques revisités | Club Alpin Suisse CAS

Des itinéraires à découvrir dans les Préalpes bernoises. Classiques revisités

Des itinéraires à découvrir dans les Préalpes bernoises

Pour les habitués des Préalpes bernoises, le Rauflihore, le Mäggisserehore et le Wistätthore sont des objectifs classiques 1. Sur les voies normales, on a peu de chances de trouver des pentes de neige vierge – surtout par beau temps. Des variantes plus techniques permettent aux bons skieurs de faire leur propre trace sur ces sommets, situés entre la chaîne du Gantrisch et le Haut-Simmental.

Le Rauflihore ( ou Rauflihorn ) est très prisé des randonneurs à ski; la preuve: en 0,76 secondes, Google me propose 1540 entrées pour ce mot clé. Voici la 47 e: «

Rauflihorn. » Je ne saisis pas le sens du message – mais j' en conclus que ce sommet doit être connu loin de chez nous! C' est peut-être parce qu' une course de ski-alpinisme, la Diamir Race, s' y est déroulée pendant huit ans.

Le Rauflihore – un couloir raide et solitaire

Pendant l' hiver 2005/2006, un télésiège a été construit ici, et il n' est pas rare que des randonneurs l' empruntent. Nous ne cédons pas à la loi du moindre effort: c' est à peaux de phoque que nous parcourons les 1100 m de dénivelé. Du large sommet du Rauflihore, la vue panoramique nous rappelle tout ce que la montagne a de plus beau: d' un côté, la face nord de l' Albristhorn et de l' autre, le versant sud de la Schattigi Schibe; et puis le couloir enneigé du Steibodezwilling, que nous ajoutons à notre liste de courses pour la saison. Mais revenons à nos moutons: depuis le sommet, quelques virages nous amènent à l' entrée du couloir nord. Des questions se bousculent dans ma tête: la neige tiendra-t-elle? Est-ce que j' ai bloqué mes fixations? Et mes carres, sont-elles assez aiguisées? Mon compagnon aborde la pente tout en douceur. Premier virage sauté, puis le deuxième. Tout va bien, apparemment. En l' observant, j' ai un moment d' hésita. La pente est à 45° mais la neige est bonne, et les skis accrochent bien. Je respire profondément et me lance. Dans le passage le plus raide, je n' ose pas tourner: je descends en dérapant. L' impor est de ne pas tomber. Plus bas, je me sens plus à l' aise et mes virages deviennent plus légers. Sur l' aplat de Grimmi, dans le Diemtigtal, nous nous laissons glisser. Un regard en arrière nous permet d' admirer nos traces, les seules qu' il y ait dans le couloir.

Le Diemtigtal – un paradis aux multiples possibilités

Le Diemtigtal, 16 km de long, présente d' innombrables possibilités de courses à ski ou à snowboard, entre 700 et 2700 m d' altitude. Cernée de 66 sommets dont certains sont skiables de haut en bas, la vallée permet des courses à la journée d' un dénivelé de 700 à 1700 m, de toutes les expositions. Une semaine de vacances n' est pas de trop pour explorer la région, skiable dès les premières neiges et qu' à l' apparition des crocus printan-niers. Plus haut sommet de la vallée, la Männliflue est très prisée des randonneurs à ski. Pour les lève-tard qui rechignent à se déplacer en voiture, s' ils sont prêts à attendre que les conditions soient vraiment sûres, elle offre un itinéraire splendide, qui n' est pas à la portée de 1 Pour l' orthographe des noms de lieux, nous nous basons, comme toujours dans Les Alpes, sur l' édition la plus récente de la CN 1: 25 00O. Confor- mément aux nouvelles Directives pour la toponymie ( cf. p. 20 ), Swisstopo a adapté tous les noms de lieux en fonction des prononciations régionales. Cependant, les cartes de randonnée à ski et les guides utilisent encore l' ancienne orthographe, c.à-d ., par exemple, Rauflihorn pour Rauflihore. Skieurs dans la pente ombragée menant à la Grimmifurggi, sur l' itinéraire de montée du Rauflihore Photo: Daniel Anker tous: celui qui passe par le Gurbstal et le versant nord de la Männliflue.

Autre option: le Mäggisserehore, dans la chaîne du Niesen. Sa voie normale part de la petite station de Springenboden, avec une pente qui varie constamment, parfois trop faible, parfois trop forte. Mieux vaut partir du domaine de Wiriehore, d' où l'on descend de 500 m avant de mettre les peaux. Du sommet du Mäggisserehore, on redescend par la face nord – poudreuse quasi assurée. Lorsqu' il y a de la neige jusqu' à Horbode, on fait deux fois plus de dénivelé à la descente qu' à la montée. Plutôt réjouissant, non?

Le Wistätthore – ou comment tirer le meilleur d' un téléphérique

Le Wistätthore est une course classique dans le Haut-Simmental, face au Rauflihore, au Gsür et à l' Albristhore. Ici aussi, nous optons pour des variantes, autant à la descente qu' à la montée. Nous pourrions partir de St. Stephan, pour une très longue montée. Ou alors, prendre le téléphérique de Zweisimmen sur le Rinderberg et aborder le Wistätthore depuis les arêtes Gandlouenegrat et Amsleregrat. Mais pourquoi ne pas lui tomber dans le dos, côté soleil, en partant de Betelberg? Nous prenons le téléphérique depuis Lenk, descendons jusqu' à un torrent, remontons sur l' autre versant de la vallée et parvenons au sommet par l' arête sud. Très en forme après ces 620 m de montée, en descendant vers la Simme, nous remontons sur le Flöschhore – pour une journée qui, au final, compte environ 1000 m de montée et le double de descente. Pour fêter notre succès, nous prenons un verre au « Bärghölzli », à dix minutes de la gare de Matten.

L' Alpiglemäre – par l' ouest ou par l' est?

L' Alpiglemäre est, en quelque sorte, le Rauflihore du Gantrisch. On la connaît pour son versant ouest splendide, tirant légèrement sur le nord. Cette descente est si prisée qu' après chaque chute de neige, elle est aussi tracée qu' une piste. La large pente ensoleillée de l' Ochse, en face, est elle aussi presque toujours tracée. Peu importe: nous allons nous rabattre sur « l' envers » de l' Alpiglemäre: son sommet est. Partis de Schwefelbergbad, nous sommes montés par la combe appelée Im Ofe pour déboucher sur l' arête ouest de l' Ochse, dont nous avons snobé le sommet pour traverser jusqu' à l' Alpigle. Nous avons porté nos skis sur le premier tronçon de l' arête sommitale, car nous visons un couloir escarpé qui commence juste en-dessous du sommet, en plein dans le versant ombragé de l' Alpiglemäre. Encore quelques pas et nous voici, seuls, sur « l' autre » sommet d' une des classiques des Préalpes bernoises. Au nord s' étend le Plateau, au sud, les cimes enneigées et vis-à-vis, les faces nord du Homädli et de la Waachliflüe qui nous font du plat. Un autre jour, pourquoi pas? Arrivés chez nous, nous cherchons ces noms sur Internet: six entrées seulement.

Les courses

1. Rauflihore ( 2323 m )

Sommet classique tout au fond du Diemtigtal, descentes splendides au nord et à l' est, dont certaines sont difficiles Durée/Dénivelé/Cartes: 3 h ½ de montée/2 h en prenant les remontées; 1100 m/550 m en prenant les remontées; CN 1: 25 000 1247 Adelboden Photos: Daniel Anker Les derniers mètres de la pente sommitale du Rauflihore sont en plein soleil Au départ du couloir nord du Rauflihore – un itinéraire qui ne peut être emprunté que lorsque les conditions sont très sûres Difficulté: montée par la voie normale: PDdescente par le couloir N: D ( 45° sur 80 m, 36° sur 260 m ). Le versant NNO est un peu moins raide ( 39° max. sur 220 m ).

Point de départ et arrivée: Grimmialp ( 1214 mcar postal depuis Oey, sur la ligne CFF Spiez–Zweisimmen Itinéraire: voie normale: de Grimmialp, suivre le Senggibach, rive gauche ou droite. Passer par le P. 1740 ( untere Grimmi-Hütte ) et la Grimmifurggi pour atteindre le sommet. Couloir N: le 1 er auquel on accède depuis l' arête O, à 120 m du sommet; en dessous du couloir, plusieurs possibilités: du replat de Grimmi ( P. 1792 ), prendre à l' ouest pour revenir vers le P. 1740 ou poursuivre au nord jusqu' à une autre cabane ( P. 1808 ), puis suivre le chemin pour rejoindre les pistes Hébergement/Informations: hôtel Spillgerten, Grimmialp, tél. 033 684 12 84; Diemtigtal Tourismus, tél. 033 681 26 06, www.diemtigtal-tourismus.ch

2. Männliflue ( 2652 m )

La voie normale, au départ de Chilei ( accès en voiture seulement ), passe par le versant sud; elle est loin d' être facile, mais pourtant très fréquentée. Pour l' iti N, accès en transports publics. Très bonne expérience des randonnées à ski, de l' évaluation du danger d' avalanche et très bon niveau de ski nécessaires Durée/Dénivelé/Cartes: 5 h de montée; 1480 m; CN 1: 25 000, 1227 Niesen, 1247 Adelboden Skieur dans le couloir nord du Rauflihore. A l' arrière, sur la droite, le Seehore Depuis la plaine de Grimmi, vue sur la face nord du Rauflihore: le couloir nord descend droit sur les deux monolithes noirs Itinéraires à découvrir dans les Préalpes bernoises: aperçu des courses présentées CN 1: 500 000/r epr oduit av ec l' autorisation de swisstopo ( BA071027 ) 1 Rauflihore ( 2323 m ) 2 Männliflue ( 2652 m ) 3 Mäggisserehore ( 2348 m ) 4 Wistätthore ( 2362 m ) 5 Alpiglemäre Ostgipfel ( 2115 m ) Le versant ensoleillé de l' Alpiglemäre: à gauche, le sommet ouest, auquel aboutit la voie normale et à droite, le sommet est, beaucoup moins fréquenté. On descend généralement sur l' autre versant, plus ombragé Vus depuis le Simmental, les nombreux sommets du Diemtigtal: à l' avant, les pentes modérées de l' Ochse et du Puntel et à l' arrière, de gauche à droite, le Wiriehore, le Cheibehore, la Männliflue, plus haut sommet de la vallée, et plus à l' avant, la Schattigi Schibe Versant nord de la Männliflue: à ski, en venant du Gurbstal, on passe entre les barres de rochers en bas à gauche de l' image pour déboucher dans la combe sous le sommet. On sort de la combe par la gauche pour atteindre l' arête, puis le sommet. Pour la Schattigi Schibe, il faut monter à droite depuis la combe La Schattigi Schibe est une bonne alternative lorsque les conditions d' enneigement rendent l' arête sommitale de la Männliflue trop dangereuse La montée à la Männliflue depuis le Gurbstal est peu fréquentée. Au fond de la vallée, sur la gauche, le col appelé Bütschisattel; il faut bifurquer à droite vers la pente raide avant d' y arriver Depuis la Männliflue, le panorama comprend, entre autres, la Blüemlisalp, le Doldenhorn et le Bietschhorn ( de g. à d. ) Photos: Daniel Anker Descente le long de l' arête nord de l' Alpiglemäre ( sommet est ) Difficulté: D ( deux couloirs à 40° et une petite pente à 42°, arête sommitale étroite et exposée, attention aux corniches ). Pour une course un peu plus abordable, monter à la Schattigi Schibe ( 2598 m ) par le même itinéraire Point de départ et arrivée: Schwenden, arrêt Schulhaus ( 1174 m ). Car postal depuis Oey, sur la ligne CFF Spiez–Zwei-simmen Itinéraire: remonter la vallée du Gurbsbach; après le premier raidillon, prendre à gauche et remonter la vallée en direction du Bütschisattel. Franchir deux couloirs plutôt exposés à 40° pour aboutir dans la cuvette dissimulée au pied de la Männliflue, puis rejoindre une dépression dans l' arête nord, vers 2600 m, par une brève pente raide. Montée au sommet à pied. Descente par l' itinéraire de montée Hébergement: Tiermatti, auberge, tél. 033 684 11 66; Bed & Breakfast Klos-sner-Haueter, tél. 033 684 11 63

3. Mäggisserehore ( 2348 m )

L' un des sommets les plus connus de la chaîne du Niesen Durée/Dénivelé/Cartes: 3 h ½ de montée; 1140 m de montée, 2030 m de descente jusqu' à Horbode; CN 1: 25 000, 1227 Niesen Difficulté: AD– pour la descente N Point de départ et arrivée: de Riedli ( 984 m ), prendre le téléski de Tubel-färrich ( 1720 marrivée à Horbode ( 815 mcar postal depuis Oey sur la ligne CFF Spiez–Zweisimmen. Par manque de neige, autostop de Springebode ( 1329 m ) à Horbode Itinéraire: Tubelfärrich–Gurschwald– pont à 1203 m–Bäreflüe–Under Meiefall– arête NE du Schmelihorn jusqu' à 1800 m environ–Mittel Mechlistall–Ober Mech-listall–chemin d' été jusqu' à l' arête S– Mäggisserehore–arête NO jusqu' à un creux avant l' Ochse sur Tschi-parälle–tirer sur la droite–suivre le sentier jusqu' au P. 1619–domaine skiable de Springebode ( 2 téléskis)–Halte–Egg– Walkematte–Hormatti–Horbode Hébergement: Berghaus Nüegg/Wirie-horn, tél. 033 684 12 42; Gasthaus Gsäss-weid, Springebode, tél. 033 681 15 32

4. Wistätthore ( 2362 m)–Flöschhore ( 2079 m )

Traversée de caractère alpin reliant deux sommets assez souvent parcourus entre les domaines skiables de Zweisimmen– St. Stephan et de Lenk–Betelberg Durée/Dénivelé/Cartes: 3 h de montée1050 m, 1970 m de descente; CN 1: 25 000, 1246 Zweisimmen, 1266 Lenk Difficulté: PD–. L' arête S du Wistätthore est étroite et peut être délicate s' il y a beaucoup de neige ou si elle est gelée. Point de départ et arrivée: Lenk ( 1068 m ), arrivée du téléphérique de Betelberg ( 1943 m ), arrivée à Matten ( 1023 m ) Itinéraire: descendre jusqu' à l' inter de deux torrents ( à l' est du P. 1749 ), puis suivre l' arête S jusqu' au Wistätthore. Descente par Hinder Lase-berg ( 1885 m ) jusque dans la vallée du Dürrewaldbach. Remonter par Hinder Dürrewald sur le Flöschhore. Descendre au NE par Eggmatte et Stutz jusqu' au pont sur la Simme ( 1022 mde là, suivre la rivière jusqu' à l' aérodrome, puis la gare de Matten Hébergement/Informations: Berghaus Leiterli, Betelberg, tél. 033 733 35 16 Lenk-Simmental Tourismus, tél. 033 736 35 35, www.lenk-simmental.ch

5. Alpiglemäre, sommet E ( 2115 m )

Très belle alternative au sommet E très fréquenté et à l' Ochse, dont la dernière partie peut être délicate ( piolet parfois nécessaire ) Durée/Dénivelé/Cartes: 2 h ½ de montée ( sans prendre les remontéesmontée: 730 m, descente: 900 mCN 1: 25 000, 1206 Guggisberg Difficulté: PD; variante à la descente ( cf. ci-dessous ): un passage en D– Point de départ et arrivée: Schwefelbergbad ( 1389 m ) ou virage au P. 1219; car postal de Thurnen par Riggisberg ou de Schwarzenburg par Plaffeien Itinéraire: de Schwefelbergbad, atteindre la combe de Im Ofe à peaux de phoque ou traverser depuis l' arrivée du téléski ( 1705 m ). Monter pour déboucher dans une dépression sur l' arête O de l' Ochse ( ~2000 m ), traverser par l' Alpig en suivant le chemin d' été puis longer l' arête N de l' Alpiglemäre, à ski jusqu' à 2050 m environ, puis à pied, en redescendant légèrement avant d' attein le sommet E ( c' est d' ici que part le couloir raide que l'on peut emprunter à la descente ). Descente: si possible, descendre directement par la très large pente NO jusqu' à Oberalpigle ( P. 1672 ), puis Schwendli, Stierenberg et le virage au P. 1219 Hébergement/Informations: Romantik-hotel Schwefelbergbad, tél. 026 419 88 88, www.gantrisch.c.h a Daniel Anker, Berne ( trad. ) Photos: Daniel Anker En montant au Wistätthore par son versant sud, vue sur les pentes immaculées de la Tube Arête sud du Wistätthore: à l' horizon s' élève le Wildhorn Renseignements généraux Guide: Ralph Schnegg, Daniel Anker, Skitouren Berner Alpen West, SAC Verlag 2006 Cartes: cartes de randonnée à ski 1: 50 000, 253 S Gantrisch, 263 S Wildstrubel Matériel: de randonnée à ski. Crampons pour la Männliflue et le Wistätthore Saison: décembre à mars/avril

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback