Domaine freeride de Zinal. Barrières dans la montagne ou initiative novatrice?

Barrières dans la montagne ou initiative novatrice?

Domaine freeride de Zinal

Chaque hiver, le ski hors-piste – ou freeride – se retrouve dans la ligne de mire de ses multiples adversaires. Qui de reprocher à ses adeptes de ne pas respecter l' environnement, qui de rappeler le danger d' une telle pratique, qui de critiquer l' attitude irresponsable de cette catégorie de skieurs et de skieuses. Toute polémique mise à part, le freeride pose de réelles questions auxquelles l' ini de Zinal tente d' apporter une réponse.

Les images publicitaires exhibant mille prouesses exécutées dans la neige poudreuse, l' amélioration du matériel et les pistes souvent surchargées des stations de ski peuvent être perçues comme autant d' incitations à sortir des pistes balisées afin de trouver un peu d' espace et de liberté. Mais est-il besoin de rappeler que cette liberté est toute relative quand on connaît les dangers de la montagne? Si l'on veut s' écarter des pistes, il est bon de se souvenir que les services de sécurité sont d' excellents conseillers qui connaissent bien leur terrain. Les renseignements que ces derniers peuvent nous fournir, le bulletin météorologique, le bulletin d' avalanche ainsi que la méthode 3ϫ3 sont autant d' instruments qui ne sauraient être négligés.

D' autre part, les descentes grisantes en neige poudreuse ne doivent pas se réaliser au détriment de la nature. Les forêts sont tout particulièrement à éviter afin de ne pas abîmer les arbustes et ne pas effrayer les animaux qui vivent sur leurs réserves durant l' hiver.

Le domaine freeride de Garde de Bordon Dans le val d' Anniviers ( VS ), la station de Zinal fait office de précurseur avec son domaine freeride dont l' avantage principal réside dans le fait de diriger les gens moyennement initiés dans une zone partiellement sécurisée. Cela évite peut-être aussi aux freeriders de se rendre dans d' autres endroits où ils courent plus de risques et mettent éventuellement les autres et la nature en danger. L' accès au domaine est contrôlé par deux appareils conçus par l' Ecole d' ingénieurs de St-Imier ( BE ). Ils sont capables de détecter la fréquence d' émission des DVA ( 457 KHz ). Le principe est simple: si une personne se présente devant le portique avec son DVA enclenché, il s' ouvre. En revanche, si aucune fréquence n' est détectée, le portique reste verrouillé. Quand une personne oublie de refermer la porte derrière elle, l' appareil envoie un message sur le téléphone portable du chef de la sécurité, Jean-Christophe Genoud. C' est également à lui qu' il incombe de prendre la décision d' ouvrir ou non le domaine freeride. Condition impérative à l' ouverture du domaine, le danger d' avalanches ne doit pas être supérieur à « limité ». Si les conditions climatiques ou les risques d' avalanche se détériorent durant la journée, Jean-Christophe Genoud peut également verrouiller les portiques à distance grâce à son téléphone portable. Une fois la porte franchie, l' absence de balisage – pour les barres rocheuses par exemple – fait prendre conscience à l' utilisateur qu' il ne se trouve plus dans une zone contrôlée telle que peut l' être une piste damée. C' est donc à chacun de connaître ses limites et de respecter les règles de prudence élémentaires.

S' en donner à cœur joie Un matin de mars 2002, nous décidons de tester le domaine freeride de Garde de Bordon. Arrivés au sommet du téléski de la Combe Durand, nous sommes accueillis par un grand panneau indiquant, en quatre langues, les différentes recommandations d' usage pour les adeptes du

En haut du téléski de la Combe Durand, un panneau présente le domaine freeride de Garde de Bordon et fait, en quatre langues, quelques recommandations pour accéder au domaine Pho to s: Pa tr ic e Sc hr ey er LES ALPES 2/2003

portique. Cette fois, le feu passe au vert et nous pouvons continuer.

Force est de constater qu' ici on ne lésine pas sur la sécurité. Les pentes les plus imposantes ont été purgées artificiellement et une bonne trace parsemée de cailloux mène à d' autres pentes plus hospitalières. Le danger du jour est « limité ». Cela veut dire, en simplifiant un peu, que les pentes situées à l' ombre, dont l' inclinaison est supérieure à 30°, ne doivent être descendues que par une seule personne à la fois. De plus, il est préférable d' éviter les pentes ombragées dont la déclivité dépasse les 40°. Tous les usagers du domaine le savent-ils?

Après quelques tâtonnements, nous dominons une série de couloirs un peu caillouteux qui donnent accès à une grande et belle pente en neige poudreuse, le tout sur fond de Weisshorn. Quelques virages sur la piste nous mènent, après 800 m de dénivellation, au téléski du Chiesso puis à celui de la Combe Durand. C' est reparti pour un tour. Nous cherchons toutes les possibilités pouvant nous offrir de la bonne neige, en devant parfois marcher un peu. Le soir venu, nous sommes heureux d' avoir pu nous en donner à cœur joie.

Formation et écologie La station de Zinal fait de gros efforts pour tenter de concilier des intérêts pour le moins divergents: la recherche de sensations fortes et de liberté des freeriders d' une part, la protection de la nature et la sécurité de tous de l' autre.

En ce qui concerne la formation, la station de Zinal a déjà, durant l' hiver 2001–2002, organisé deux cours « avalanches » 1 traitant autant de la prévention que du sauvetage. Selon Pascal Bourquin, directeur des remontées mécaniques, ils ont été très bien fréquentés et ont affiché « complet » à chaque fois. De plus, un Centre avalanches, nouveauté mondiale en la matière, a ouvert ses portes 2. Par ailleurs, la station fait preuve d' un réel sentiment écologique puisque, en situant le domaine freeride bien au-dessus de la limite de la forêt, elle prévient les saccages causés à la faune et à la flore par les amateurs de neige vierge.

Protection versus responsabilité individuelle Si le bulletin d' avalanche national revêt une importance primordiale en matière de sécurité, il ne dispense pas d' apprécier personnellement les signes extérieurs, comme la quantité critique de neige fraîche ou les accumulations de neige soufflée entre autres. Il faut toujours prendre en considération ces critères avant de s' engager dans une descente. Et tout cela est bien difficile à évaluer sans cours de formation.

Les personnes familières de la région qui se rendaient auparavant dans certaines pentes par danger « marqué » courent maintenant le risque de se faire confisquer leur forfait si elles contournent les barrières. Chose qui reste possible puisque nous avons surpris deux skieurs d' âge mûr sans aucun équipement approprié ( pelle, sonde, DVA ). En outre, le domaine freeride de Zinal ne peut pas faire office de baromètre pour les autres pentes. En effet, selon la méthode de réduction, les pentes sont fréquemment parcourues et, de plus, minées à chaque chute de neige. Il

1 Pour plus de renseignements, tél. 027 475 13 62 ou www.zinal.net 2 Voir article p. 34 de ce numéro.

Muni du matériel adéquat, Nicolas Zambetti ouvre la porte d' un des deux accès au domaine freeride. A l' arrière, le Weisshorn Sur les portails d' entrée, une signalisation lumineuse indique l' accessibilité au domaine freeride

hors-piste, dont le matériel indispensable pour chacun, à savoir: pelle, sonde et DVA. Quelques mètres plus loin, nous trouvons le premier portique qui permet d' atteindre le haut des pentes. Grande surprise, malgré nos DVA sur émission, l' accès nous est refusé. Le chef de la sécurité n' a pas pris le risque d' ouvrir la partie supérieure. Nous nous rendons aussitôt à l' entrée sud où se trouve l' autre

LES ALPES 2/2003

faut donc le considérer comme un cas particulier.

Et puis, faut-il rappeler que les portiques ne détectent pas le niveau de connaissance des intéressés? Selon M. W. Munter, lorsqu' une avalanche fait des victimes, la moitié des personnes entièrement ensevelies décèdent au bout d' une demi-heure. Sachant la panique que peut engendrer le fait de voir un ami se faire emporter, un groupe peu expérimenté au sauvetage touché par une avalanche verra ce court délai se réduire comme peau de chagrin. Règlements, terrain aseptisé et goût de l' aventure La mentalité actuelle tend vers toujours plus de sécurité et de réglementations. Mais tous nos terrains de jeu doivent-ils être aseptisés? C' est en effet souvent le côté aventureux, avec ses imprévus, qui nous pousse à nous rendre en des lieux encore vierges. Les néophytes, en admiration devant les exploits réalisés par les élites, interprètent parfois maladroitement ce qu' ils voient. Zinal leur offre la possibilité de vivre des sensations fortes dans un milieu qui reste très sauvage. Seules de nombreuses années de pratique permettent d' acquérir une solide expérience de la montagne. Le moindre versant a quelque chose à nous apprendre, même dans un semblant de terrain « urbanisé » tel que le domaine freeride de Garde de Bordon. Si Jean-Christophe Genoud donne sa bénédic-

Une fois la porte d' entrée franchie, le skieur s' en donne à cœur joie Que ce soit à ski ou en snowboard, le domaine freeride est accessible à tous ceux qui sont munis d' un DVA, d' une pelle et d' une sonde. Floriane Boss accomplit des prouesses sur fond de Besso Pho to s: Pa tr ic e Sc hr ey er LES ALPES 2/2003 Jouer, profiter des aspérités du terrain et composer en fonction de l' inspiration du moment Tel un oiseau, Jérôme Prillard s' envole au-dessus des sommets majestueux de Zinal Descente palpitante, vue splendide sur le Weisshorn et le Schalihorn

tion en ouvrant les barrières, pourquoi ne pas rendre une petite visite au domaine? Ces portiques, qui ont assurément le mérite d' exister, ne doivent pas déres-ponsabiliser ceux qui les franchissent. Une fois qu' ils les ont refermés derrière eux, les intéressés entrent de plein pied dans la haute montagne. a

Nicolas Zambetti, Tavannes LES ALPES 2/2003

Protection de la montagne

La difesa dell' ambiente

Schutz der Gebirgswelt

Feedback