Eiger-Ostegg: nouveau refuge pour le centenaire | Club Alpin Suisse CAS

Eiger-Ostegg: nouveau refuge pour le centenaire

II y a juste un siècle, le légendaire pasteur des glaciers Gottfried Strasser fonda l' Association des guides de montagne de Grindelwald. Depuis, ses membres ont accompagné des touristes originaires de tous les coins du globe dans quantité d' excursions. Ils ont activement participé à la réfection de chemins, à la construction de cabanes, à l' amélioration d' itinéraires et à des sauvetages. L' année du centenaire a permis de mettre en évidence la diversité de leurs activités. Les guides de Grindelwald ont intensément collaboré aux préparatifs de la première ascension de la paroi nord de l' Eiger retransmise en direct à la télévision. Cette émission fut cependant différée en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les guides ont également construit un nouveau refuge dans la région d' Ostegg, à 2350 m d' altitude. Ce gîte de douze places est le point de départ de la traversée de l' Eiger. Le nouvel itinéraire passe par Hireleni et la cabane de Mittellegi. Le deuxième jour, on peut poursuivre jusqu' au sommet par l' arête du même nom.

Samuel Hirsig, Grindelwald ( trad. ) M

jtection le la montagne

difesa dell'ambiente »chutz der Gebirgswelt

tout autour sont bétonnées ( routes et parkings ), les pentes sont couvertes d' innombrables remontées mécaniques et autres installations touristiques. Les stations de la vallée étouffent à cause du trafic local ou de transit. Une avalanche de poids lourds déboule en permanence par le tunnel du Mont Blanc. Malgré cela, on veut augmenter encore l' infra touristique et le réseau routier. A la Tête de Balme, entre La Tour et Trient, le domaine skiable a été considérablement agrandi du côté français. Du côté suisse, plusieurs grandes remontées mécaniques sont prévues1 sur un terrain préservé qu' ici. Quant au trafic routier, il existe un projet controversé d' un deuxième tunnel.

Toutes ces atteintes au paysage passent bien facilement. Nous nous habituons beaucoup trop vite à des modifications qui nous semblent irré- a.

La région du Mont Blanc, qui culmine à presque 5000 m, est un des massifs montagneux les plus grandioses du monde. Mais elle est soumise à de fortes pressions à cause de l' exploitation, de la surfréquentation et du bruit. La campagne MONT BLANC 2000, démarrée en été 1998, vise à instaurer un « Espace protégé international autour du Mont Blanc ».

Le trône des dieux?

Sur tous les continents, les plus hautes montagnes sont honorées, protégées ou considérées comme sacrées. A une exception près: le Mont Blanc, toit de l' Europe.

Ce massif unique répondrait pourtant à tous les critères nécessaires à la création d' une région protégée. Il se détache nettement de son entourage, géologiquement, morphologiquement et par l' ensemble de sa structure. Immense corps granitique né il y a 300 millions d' années, com-pressé vers le haut depuis 30 millions d' années, il atteint la hauteur respectable de presque 5000 m au-dessus du niveau de la mer. Nulle part ailleurs dans les Alpes on ne trouve un groupe si dense de pics, d' ai, de pyramides et de dômes aussi élevés et raides. Au-dessus de ce fouillis de pointes granitiques trône une coupole de glace étincelante qui paraît presque irréelle, le Mont Blanc lui-même. Les alpinistes le savent bien: grimper dans ce massif est une expérience rare.

Soumis à une pression extrême Malheureusement, les hommes ne prennent pas soin de ce cadeau de la nature comme il le faudrait. Le massif du Mont Blanc est aujourd'hui soumis à des pressions extrêmes.

Seuls les endroits les plus raides et les plus difficiles d' accès de la région sont encore restés plus ou moins sauvages ou très peu modifiés par l' homme. Un téléphérique passe au beau milieu du massif et le coupe en trois tronçons. Les grandes vallées médiables. Seule une comparaison établie sur plusieurs dizaines d' an permettrait de mesurer l' éten des pertes pour la nature, le paysage, la tranquillité et la dignité de la montagne.

Les associations alpines s' engagent A l' occasion de la commémoration du bicentenaire de la première ascension du Mont Blanc ( 1986 ), des alpinistes mondialement connus, inquiets de la situation, et le Club alpin académique italien exigèrent une meilleure protection du massif. En 1987 fut fondée l' organisation internationale Moutain Wilderness ( MW ). Elle attira l' attention pour la première fois et de façon spectaculaire, l' année Le massif du Mont Blanc: aucun superlatif ne peut décrire ce paysage grandiose suivante, en occupant la télécabine qui relie l' Aiguille du Midi et la Pointe Heilbronner, au-dessus de la Vallée Blanche. Les ministres de l' environne des trois Etats concernés, l' Ita, la France et la Suisse, ont soutenu l' idée d' un parc international du Mont Blanc. MW lutte depuis pour la réalisation d' un concept international de protection.

L' initiative prend de l' ampleur En 1990, les ministres de l' environ ont demandé aux communes de la région de réaliser des études préalables pour définir le concept de protection. Ces communes ont fondé en 1991 la Conférence Transfrontalière du Mont Blanc ( CTMB ) parce qu' elles craignaient que « Rome, Berne et Paris ne leur imposent de devenir une réserve d' indiens ». Cette organisation distille de belles paroles sur le respect et sur une meilleure protection du massif, mais rien de substantiel n' a encore été réalisé. Elle s' est révélée être un groupe aux intérêts purement économiques et touristiques.

En 1991, différentes organisations alpines et écologiques ont fondé le Comité International des Associations pour la Protection du Mont Blanc ( CIAPM ), qui se profile en contrepoids de la CTMB et s' engage également pour une meilleure protection. Le CAS et la section Monte Rosa y sont représentés.

L' action MONT BLANC 2000 Cela fait donc plus de dix ans qu' on parle de tous côtés d' une protection accrue et d' une plus grande retenue dans l' exploitation. Pendant ce temps, le développement continue joyeusement dans une tout autre direction. MW a donc repris son action pour faire bouger les choses. Par une série de manifestations, ce mouvement a lancé en août une campagne de grande envergure intitulée MONT BLANC 2000. Quatre-vingt personnes ont fait le tour du Mont Blanc en une semaine. A Orsières ( VS ), on a organisé une table ronde avec différentes personnalités. A la Tête de Balme, on a placé un cairn avec un drapeau d' avertissement. Douze parlementaires des trois pays ont même gravi le Mont Blanc et une conférence de presse a eu lieu à Chamonix. Un bivouac puis un feu de joie au sommet ont conclu cette action. Cette dernière manifestation coïncidait avec le jour choisi depuis quelques années pour allumer des feux dans tout l' espace alpin2.

1 Le Comité central du CAS s' est associé aux protestations contre ce projet.

2 L' action « Feux dans les Alpes » se déroule toujours le deuxième week-end d' août. Elle est partie de l' Initiative des Alpes.

Protection de la montagne Manifestation pour la protection du Mont Blanc à la Tête de Balme 1998 Des parlementaires sur le tour du Mont Blanc en 1998 Que demandons-nous?

Les associations et les parlementaires impliqués dans cette action demandent une protection aussi grande que possible du Mont Blanc, en tenant compte des intérêts légitimes des habitants de la région. Ce but doit être atteint par la création d' un « Espace protégé international autour du Mont Blanc », avec des conditions-cadres contraignantes qui autorisent un développement mesuré de la région. L' idéal serait une réserve « bio-sphère»3, suivant les lignes directrices de l' UNESCO. Les trois parlementaires et les organisations écologiques suisses qui participent à cette action veulent adresser une pétition au BUWAL et porter l' affaire devant le Parlement. MW Suisse a l' intention de commander une étude scientifique qui dessinera un plan de zones de la partie suisse du massif- une tâche que la CTMB aurait dû accomplir depuis 10 ans déjà.

La protection de la région centrale - un travail de pionnier?

Station supérieure du téléphérique de l' Aiguille du Midi: des odeurs peu appétissantes, les ruines de l' ancien téléphérique, une cohue incroyable. Une vision encore plus déprimante: celle de la télécabine laide et bruyante au-dessus de la Vallée Blanche, cette cuvette glaciaire d' une beauté indescriptible. De l' autre côté, près de la Pointe Heilbronner, c' est encore pire: de vieilles perches de métal et des filets sales ornent le maigre domaine skiable du glacier. Pourquoi ne pas démolir ces objets anachroniques et irrespectueux du site? Pourquoi ne pas rendre à la reine des montagnes une partie de sa dignité? Le téléphérique de l' Aiguille du Midi suffit déjà à dénaturer l' endroit. D' autre part pourquoi n' enlèverait pas les cordes fixes totalement superflues à la Dent du Géant, ainsi que d' autres installations illusoires? Pourquoi ne pas renoncer à clouter à l' excès les voies d' escalade classiques? Le Mont Blanc est admiré et vendu pour sa beauté en des millions d' exemplaires sur des cartes postales et des prospectus. Comment concilier cela avec le vrombissement des hélicoptères qui promènent des touristes autour du massif ou les emmènent faire du ski héliporté? Ne sommes-nous pas redevables d' un peu plus de respect au « monarque », comme on le surnomme parfois? Est-il juste de légitimer les interventions dans le paysage, même les plus gênantes, par l' argument du profit?

Une protection efficace de la région centrale avec la démolition de 3 Les réserves « biosphères » de l' UNESCO comprennent une zone centrale protégée et une ou plusieurs zones périphériques où le développement économique est possible dans un cadre défini. Dans la région du Mont Blanc, le CIAPM et MW proposent une répartition en cinq zones allant des « zones sauvages » protégées aux « zones de tourisme » exploitées intensivement mais dans le respect du paysage. Le Parc National suisse doit être étendu selon ce principe. Il est question également de faire de l' Entlebuch une réserve « biosphère ».

quelques installations particulièrement inutiles ou laides serait un vrai travail de pionnier. Cela vaudrait à la région du respect et davantage de considération dans le monde entier. Une telle action peut aussi se transformer à long terme en monnaie sonnante et trébuchante.

Appel aux membres du CAS G.L. Mallory, un des grands pionniers du Mont Blanc, décrivit le massif en ces termes: « Infiniment haut, sublime, un lieu de paix, de grandeur! L' essentiel demeure ici comme si tout le vécu passait par un filtre ». Est-ce qu' il pourrait encore parler ainsi aujourd'hui?

La Commission et le délégué du CAS à la protection du monde alpin soutiennent les demandes ci-dessus concernant le Mont Blanc et s' enga à les défendre dans le cadre de leur participation au CIAPM. Il s' agit en fin de compte de notre lieu privilégié, la haute montagne. Nous aimerions encourager tous les membres du CAS à se joindre à ce mouvement de soutien, que ce soit par des discussions, par une nouvelle action ou peut-être aussi par une participation financière.

Jürg Meyer, délégué du CAS à la protection du monde alpin ( trad. ) M Informations, documentation:

Les documents se rapportant à MONT BLANC 2000 et d' autres informations sont disponibles au secrétariat du CAS, Monbijoustr. 61, 3000 Berne, fax 031/370 18 90 e-mail: natur(at)sac-cas.ch

»our l' alpiniste, le skieur »t le randonneur

»er l' alpinista, lo sciatore l' escursionista

:ür Skitourenfahrer, Bergsteiger und -wanderer

les itinéraires connus du Val Formazza au sud, à ceux de l' Oberalp et du Lukmanier au nord.

Ce parcours offre également au randonneur la possibilité de séjourner dans les cabanes Piansecco et Corno Gries, propriétés de la section Bellinzona e Valli du CAS.

Comm. de la section Bellinzona e Valli ( trad. ) M

La haute route du col du Gotthard au col du Nufenen

Suite à la construction par le Service des forêts du 1er arrondissement d' un nouveau sentier le long de la haute vallée de Ronco, un chemin pédestre permet dès maintenant de relier le col du St-Gotthard à celui du Nufenen. Cette magnifique haute route se déroule à une altitude de 2000 m environ, sur le versant gauche du Val Bedretto, dans un environnement d' une rare beauté offrant de merveilleux points de vue sur les montagnes tessinoises, valaisannes et bernoises. Elle permet en outre de relier La haute route se déroule à une altitude de 2000 m environ

lours centraux semaines du CAS

Zorsi centrali e settimane del CAS

Zentrale Kurse ind Tourenwochen

Programme 1999

Le Programme annuel du CAS 1999 a été distribué à tous les membres du club avec l' édition d' octobre des Alpes. L' offre très variée est divisée en trois rubriques:

1. Formation 2. Courses et activités alpines 3. Jeunesse et familles Tous les amoureux de la montagne, jeunes ou moins jeunes, débutants ou alpinistes confirmés, trouveront sûrement une activité répondant à leurs attentes dans la liste proposée pour l' année prochaine. Il est conseillé de s' inscrire à l' avance pour s' assurer une place dans le cours désiré. On peut également le faire via Internet à l' adresse e-mail du club: alpin@sac-cas.ch.

Une liste des délais d' inscription et des événements particuliers sera publiée régulièrement dans les pages des Alpes ainsi que sur la page personnelle du CAS sur Internet ( www.sac-cas.ch ).

Sélection tirée

du programme annuel

Cours de ski Saas-Fee CC 9120, 3.12-6.12.1998 Cours d' escalade de cascade de glace Jeunesse active CC 98963, 13./14. 12.1998 51

I

Programme annuel du CAS 1999

Secrétariat central du CAS, Case postale, 3000 Berne 23, fax 031/37018 00 e-mail: alpin(at)sac-cas.ch Veuillez me faire parvenir gratuitement le Programme annuel du CAS 1999 Nom:

Prénom:

Adresse:

NPA/Localité:

Feedback