En hiver, le bloc est à l’honneur

Les conditions ont permis à quelques Suisses costauds de se hisser au sommet malgré d’assez mauvaises prises.

Début janvier, Martin Keller1 (36 ans) de Siebnen est parvenu à répéter Santoku (Fb 8b+) à Bodio (Tessin). Ce bloc consiste en 12 tractions qui pourraient être considérées comme deux bocs de 8a d’affilée. Selon lui, Santoku serait «comparable à Unendliche Geschichte dans l’Avers, mais en plus génial.»

Malgré une blessure à la cheville, Samuel Ometz2 (18 ans) de Fully s’est adjugé toute une série de blocs en 8b: Radja à Branson, Dulcifer dans les Schöllenen et La Proue à Cresciano en décembre. En janvier, il a encore enchaîné avec Schule des Lebens (low Start), Boogalagga et Shadowfax à Chironico; il a enfin couronné ce palmarès remarquable avec Entlinge (Fb 8b+) dans le Murgtal.

Giuliano Cameroni (16 ans) de Montagnola, au Tessin, a vaincu le 14 décembre à Brione la première de Through the Fire and the Flames (Fb 8a+), qui prolonge le bloc Air on fire (Fb 8a). Il a en outre encore grimpé Forever More (Fb 8a+) et Blinded by the light (Fb 8B).

Le Fribourgeois Sebastian Cotting3 (18 ans) a réussi en décembre Delusion of Grandeur (Fb 8b) et Einfisch Kleinfisch à Chironico.

Le Genevois Téo Génecand (24 ans) a escaladé avec succès Touched by the Devil (Fb 8b) et Creatures of Comfort (Fb 8a+) à Vernayaz.

La Zurichoise Natalie Bärtschi4(20 ans) s’est adjugé en février Dragonfly low (Fb 7c) à Hueco Tanks (USA).

Voies plus longues

En janvier, le Bâlois Chris Frick(46 ans) a effectué la première de la voie Perdu dans l’espace (8a) sur la «Paroi des Romains», dans les gorges de Court. Il en est tout enthousiasmé: «Il n’existe rien d’aussi exposé chez nous. Je pense que cette voie fait partie du top ten de mes premières.»

Plus au sud, des difficultés encore plus élevées ont été vaincues: le Zurichois Matthias Trottmann (38 ans) de Zurich a réussi à tracer à fin janvier une grande ligne à Claret (F) avec Guerre d’Usure (8c).

Nina Caprez l’a aussi grimpée alors qu’elle séjournait dans la région à fin 2013. Elle est en outre encore parvenue à escalader Symbiose (8c+) à Roquevaire (F) et L’intégrale de ni Dieu ni Maître (8b+). Cédric Lachat, également présent à Roquevaire, s’est offert un traitement spécial des doigts sur les prises aiguisées comme des lames de rasoir de DTN (9a), qu’il a vaincue en quelques tentatives seulement.

En raison du manque de glace, Dani Arnold5 s’est attaqué en décembre à un défi particulier: il a répété la voie de drytooling Ironman (D14+) tracée par Robert Jasper. C’est probablement l’une des plus difficiles au monde.

Feedback