Faut-il externaliser les secours alpins ?

En octobre 2005, le CAS et la Rega ont créé ensemble la fondation Secours alpin suisse ( SAS ), qui fonctionne depuis le 1 er janvier 2006. Actuellement, en Suisse, 90 % environ des sauvetages sont réalisés par les airs mais dans 10 % des cas, l' inter de sauveteurs au sol reste indispensable. C' est là le domaine des deux mille cinq cents sauveteurs du CAS, qui mettent leur temps à disposition et reçoivent un dédommagement pour les interventions réalisées. Ils sont répartis dans cent stations de sauvetage pour assurer une efficacité maximale. Avec la Rega, nous avons décidé d' externaliser l' organisation des secours. Néanmoins, l' activi en elle-même demeure l' une des tâches centrales du CAS. En effet, chaque sauveteur doit être au courant des dernières évolutions en matière de technique alpine, et le CAS est le mieux placé pour dispenser ce savoir. Inversement, le club gagne énormément à compter dans ses rangs des sauveteurs expérimentés qui partagent leurs connaissances, soit en tant que chefs de courses, soit en dispensant des formations.

En tant que président central, je ne peux pas rester indifférent aux efforts visant à transformer certaines stations de sauvetage en associations indépendantes du CAS et de ses sections. Les secours alpins restent étroitement liés à notre club et nous tenons à ce qu' il en soit de même à l' avenir.

Fournisseur

Frank Urs Müller

Feedback