FIFAD: nombreux films, nombreux prix. Le 27e Festival du film alpin des Diablerets

Le 27e Festival du film alpin des Diablerets ( FIFAD ) Deux groupes musicaux, un savoyard et un italien, ont contribué à la bonne ambiance de la fête de clôture, qui a réuni réalisateurs, présentateurs et spectateurs en une grande famille Le festival et son contexte Au fil des 27 années de son existence, le FIFAD est devenu un concurrent de son grand frère de Trente, bien que le rayonnement de ces sympathiques journées de cinéma aux Diablerets continue de se confiner plutôt à l' Europe latine. Les œuvres et les spectateurs de Suisse allemande, d' Allemagne et d' Autriche y sont denrée rare, voire inexistante. C' est là un handicap qu' il s' agira de surmonter à l' avenir. En tant qu' organisation supraregionale, le CAS, qui est l' un des sponsors principaux de cette manifestation par ailleurs fréquentée, pourrait jouer un rôle de liaison.

Pour ce qui est de l' édition 96, il a fallu d' abord procéder à une présélection parmi plus de 80 films reçus. Les critères étaient très restrictifs, ce qui a valu au film du CAS sur le sauvetage d' être recalé. Un total de 36 films ont été retenus pour le festival, qui a commencé le 23 septembre.

Un programme serré Le travail du jury ( cinq membres, dont le Grison Paul Meinherz, qui représentait le CAS cette année ) n' a pas été facile. Tandis qu' à l' extérieur, l' automne s' installait sur un mode froid et humide, les films défilaient du petit matin jusqu' au soir sur l' écran de la Maison des Congrès. Le plus long durait 124 minutes, le plus court 540 secondes. Au terme de cet éprouvant visionnement, il était clair pour le jury qu' on lui demandait de comparer et évaluer des travaux qui n' étaient pas toujours comparables. La somme des points attribués a souvent abouti à un jugement inutilisable ou indéfendable.

Les prix du FIFAD sont décernés en partie selon leur catégorie: identité de la vie montagnarde, performance sportive, sauvegarde de l' environne de montagne. Il était ainsi inévitable qu' un fort bon film soit parfois éliminé au profit d' un autre encore meilleur de la même catégorie. A l' inverse, maint film plutôt moyen s' est vu décerner une récompense par insuffisance de concurrence.

Qu' a montré?

Le FIFAD 1996 a présenté toute une série d' expériences montagnardes contemporaines. L' efficacité de l' image était souvent le critère déterminant. On n' a ainsi vu aucun film sur la randonnée pédestre, de même qu' il manquait des contributions quelque peu substantielles sur le thème de l' escalade sportive. La beauté du mouvement n' est manifestement pas facile à saisir... ou alors trop peu spectaculaire? Dans les films sur la faune, la part belle a été faite à la marmotte - bouquetin, chamois ou même cerf devant se contenter de rôles de figurants. La mort et le courage de l' affronter ont été abordés dans un film russe sur la traversée d' une gorge effrayante en canot pneumatique, s' achevant naturellement sur un happy end. La largeur de l' éventail de significations que peut recouvrir la notion d' alpinisme a été illustrée par un film sur le vélo de montagne où l' acrobatie était au premier plan, avec la nature pour décor.

Sympathique manifestation de clôture Le samedi, le FIFAD s' est achevé, selon la tradition, dans un cadre très amical. Le soleil, qui s' était caché obstinément durant toute la semaine, perçait enfin à travers les nuages noirs, ce qui a permis aux guides des Diablerets de servir dans des conditions agréables leur délicieuse raclette dans le charmant cadre des Sources, en bordure de la station. Les sons joyeux de deux groupes de musiciens de Savoie et d' Italie qui se complétaient très harmonieusement ont animé cette journée qui a réuni réalisateurs de films, présentateurs, organisateurs, membres du jury et spectateurs. Enfin, beaucoup plus sobre, la remise des prix, des mains de Pierre Simoni, directeur du festival, s' est déroulée à la Maison des congrès.

Les nombreux prix Nous ne signalons ici que les principaux des onze prix décernés.

Prix du CAS et Prix du Public Ces deux prix ont été attribués à A chacun son Everest, de Pierre-Jean Rey ( F ). Il nous montre des enfants gravement malades qui retrouvent espoir et joie grâce à une mise en contact avec la nature et l' alpinisme. Un film très humain qui a été le moment le plus émouvant du festival.

Après plusieurs jours de pluie, le soleil a enfin été de la partie pour la traditionnelle et excellente « raclette des guides » Prix de la SSR/SRG II est revenu à Anka Schmid ( CH ) pour Magic Matterhorn. L' approche surréaliste et provocatrice de ce monument helvétique qu' est le Cervin, présenté comme incarnation de la patrie et du sentiment patriotique, est amusante tout en incitant à la réflexion.

Diables d' Or - Cat. I ( Identité de la vie montagnarde ): La Strada per Olmo Lungring, de Fulvio Mariani ( CH ); un film qui fait entrer le spectateur, par des images d' une grande qualité esthétique, dans le rythme d' un pèlerinage tibétain et peut-être au cœur de la spiritualité de cette culture.

- Cat. Il ( Activités sportives ): Infinito Sud, d' Ermanno Salvaterra ( I ).

- Cat. Ill ( Sauvegarde de l' envi de montagne ): le prix est revenu ici à L' Homme aux Vautours, de Maurice Dubroca ( F ).

Grand Prix Comme on s' y attendait, le Grand Prix a été décerné à Mario Brenta ( I ) pour Barnabbo delle Montagne, un film tiré d' un des premiers romans de Dino Buzzati et qui a déjà été primé au festival de Trente. Il s' agit d' une réflexion contemplative dans laquelle le réalisateur réussit bien à faire intervenir, en contrepoint, la dureté et la sévérité des Dolomites.

a. 3 Les Diablerets, dont le massif est cependant resté caché durant l' essentiel de la semaine du festival Coup d' œil prospectif Le FIFAD est en train de s' épanouir. La majorité des réalisateurs présents le considèrent comme un festival très important. Il s' est nettement interna-tionalisé et il attire également un plus nombreux public. Il serait heureux de voir cette tendance se confirmer lors du FIFAD 1997, qui aura lieu du 22 au 28 septembre et pour lequel nous émettons le souhait d' une participation plus importante du Nord et de l' Est.

Bernhard Rudolf Banzhaf, Saas Fee VS Paul Meinherz, Maienfeld GR ( trad.m

Feedback