Garde-frontière en Valais. Une activité variée au grand air

Garde-frontière en Valais

Ambroise Vuigner a 51 ans. Son métier, il l' exerce depuis un peu plus de vingt ans. Avant, il était maçon. Puis un jour, il a voulu réaliser un vieux rêve d' enfant: devenir garde-frontière.

Fasciné de tout temps par le « monde des policiers », Ambroise décide en 1980 de suivre une formation de garde-frontière qui durera quatre ans. Celle-ci terminée, il souhaite parcourir la frontière alpine du Valais et est incorporé au poste mobile 1 de Martigny. Détenteur d' un brevet de guide de montagne depuis 1978, il peut ainsi allier deux passions.

Sa tâche, comme celle de ses onze collègues à Martigny et de cinq autres agents à Orsières, consiste à surveiller la frontière nationale du canton qui court de Saint-Gingolph, au bord du lac Léman, au sommet de Tête Blanche, à l' extrémi du val d' Hérens. La partie alémanique jusqu' au col du Nufenen est couverte par seize autres gardes-frontière mobiles, alors qu' une septantaine d' agents occupent les postes routes. Mais regardons leurs activités d' un peu plus près. Quel est au juste l' emploi du temps d' un garde mobile? En général, Ambroise Vuigner et ses collègues quittent Martigny pour se rendre sur les lieux critiques du moment, selon leurs informations. Ils patrouillent alors dans la région, parfois accompagnés de chiens spécialisés dans la défense, la recherche de stupéfiants ou de victimes d' avalanche, selon les cas. En hiver, la majeure partie de l' activité se déroule sur les pistes de ski balisées des Portes du Soleil, au-dessus de Champéry-Morgins.

Ambroise Vuigner à Champéry, dos aux Dents du Midi Col du Saint-Bernard: la base de données informatique permet un travail efficace et rapide Contrôle au col du Saint-Bernard au mois de juin 2004. Les véhicules sont parfois fouillés et l' aide d' un chien s' avère alors utile Pho to s:

St éph ane Ma ire LES ALPES 12/2004

Traces suspectes et trafiquants Aux Portes du Soleil, le trafic dû aux liaisons avec les stations françaises est intense, notamment celui des stupéfiants. Ainsi, les douaniers – en tenue civile – procèdent à de nombreuses interpella-tions. L' hélicoptère apporte une aide bienvenue, permettant l' accès à des zones reculées. La découverte de traces de motoneige au voisinage de la frontière est un indicateur d' itinéraire utilisé par des clandestins et guide les patrouilleurs dans leur mission. Un garde-frontière mobile peut aussi être appelé à effectuer des visites surprises dans les postes routes, en particulier de nuit en dehors des heures d' ouverture des bureaux de douane. Quoique la tâche des gardes-frontière consiste essentiellement à contrôler des personnes recherchées, les constructions ( remontées mécaniques, lignes à haute tension, routes, etc. ) n' échappent pas à leur vigilance.

En outre, de par sa formation de guide, Ambroise Vuigner est aussi instructeur des gardes-frontière dans ce domaine. S' il garde un enthousiasme certain pour son activité même après de nombreuses années de service, il ne cache pourtant pas les aspects difficiles du métier: ce sont d' abord les horaires très variables, qui ne facilitent pas la vie de famille, et surtout les dangers et risques encourus par un garde-frontière, notamment lors de la recherche de personnes suspectes. Mais la variété de l' activité, la possibilité d' évoluer en montagne et l' ambiance agréable qui règne au sein de son équipe sont pour lui autant d' éléments qui font l' attrait de son métier et le comblent largement. Enfin, il y a aussi tous ces petits événements, ces épisodes anecdotiques qui s' accumulent au fil des ans et qui font la richesse d' une vie.

Jambons cachés au fond d' une dameuse Certains de ces épisodes sont amusants: Ambroise se rappelle par exemple un skieur allemand à Morgins qui, une fois contrôlé, se fit passer pour un garde-frontière en brandissant une carte factice et s' empressa d' interpeller les skieurs à son tour. Mais il arrive aussi d' être confronté à de véritables tragédies: ainsi, ce groupe de cinq clandestins, que notre garde-frontière découvre complètement trempés au cœur d' une tourmente au bas du Saint-Bernard.

Quelquefois le comique de la situation dépend du rôle dans lequel on se trouve. Lors d' une sortie entre collègues à Testa Grigia, au sommet des pistes de Zermatt, ils tombent sur un machiniste qui sort de sa dameuse avec deux jambons à l' os. L' homme peine à croire qu' il a à faire à des douaniers, jusqu' à l' instant où il se voit remis entre les mains de leurs collègues haut-valaisans, en uniforme eux! Ainsi, tel fut pris qui croyait prendre. a

Stéphane Maire, Orsières 1 Les passages douaniers sont appelés « postes route ».

Le garde-frontière est une précieuse source de renseignements pour l' orientation sur un domaine skiable très vaste Sur les pistes du domaine des Portes du Soleil, ce ne sont pas moins de 10 000 passages quotidiens qui ont lieu entre la France et la Suisse. De ce fait, les gardes-frontière y sont très actifs LES ALPES 12/2004

Nouvelles des ALPES

Il notiziario delle ALPI

ALPEN-Nachrichten

Feedback