HF, c’est elle Une petite énigme est résolue

Un coffret de nécessaire de couture gravé d’un poème écrit par un énigmatique «HF»: on s’est longtemps demandé qui, en 1910, avait déposé ce précieux outil à la Guggihütte. La réponse est apportée par un article paru dans «Les Alpes».

Mais qui est donc HF? C’est ce que j’ai demandé dans l’article de la série «Arrêt sur histoire» d’août 2017. A l’inauguration de la troisième Guggihütte CAS le 7 août 1910, il ou elle avait offert un nécessaire de couture. Le couvercle du coffret est adorné d’un poème. L’objet n’a pas quitté la cabane située sur l’éperon nord-ouest du Mönch.

Maintenant, je sais: derrière les initiales signataires se dissimule Hermine Anna Fiechter-Stöhr. Née le 4 décembre 1874 à Vienne, elle épousa le 4 juillet 1903 Ernst Fiechter d’Interlaken et mourut le 23 novembre 1945 à Interlaken. Deux enfants, Elsa et Walter, virent le jour dans le foyer d’Hermine et Ernst Fiechter. Walter est le père d’Ursula Borter, qui habite Interlaken et fut cogardienne de la Finsteraarhornhütte de mars 2000 à mai 2005. En voyant les initiales «HF» dans «Les Alpes», elle a pensé immédiatement à sa grand-mère. Une femme qui avait fait don d’un nécessaire de couture, qui apparemment écrivait volontiers des poèmes et qui, peut-être, était mariée à un membre de la section Interlaken du CAS: ce ne pouvait être qu’Hermine! Ursula Borter m’a immédiatement appelé via la rédaction de la revue. Elle m’a expliqué que sa grand-mère vouait une passion au port du costume traditionnel et que l’écriture de poèmes était une tradition ancienne dans sa famille. Elle a aussi relevé que son grand-père s’était engagé fortement dans le CAS. Ursula Borter m’a invité chez elle à Interlaken pour m’en faire savoir davantage et me montrer les albums de photos.

Vêtements chics et piolet

Ernst Fiechter était un clubiste actif, membre de la section Oberland du CAS, qui était le nom de la section Interlaken de 1873 à 1915. Il occupa les fonctions de délégué à l’Assemblée des délégués, de vice-président, de chef de courses et de président de la section. Il œuvra à la construction de la Wintröschhütte, propriété de la section, au-dessus de Habkern. En 1896, il fonda une bijouterie dans la maison Trafelet à la Jungfraustrasse d’Interlaken. Plus tard, il déplaça le commerce à la Bahnhofstrasse. Aujourd’hui, la firme Christ y vend des montres et des bijoux.

Filigraniste et couturière de costumes, Hermine Stöhr avait travaillé dans diverses bijouteries d’Europe et fait ainsi la connaissance de son mari. Elle commença par gérer la bijouterie Fiechter à Wengen, mais il fallut remettre l’établissement suite à la Première Guerre mondiale et à la crise économique consécutive. Elle travaillait évidemment aussi au siège principal à Interlaken, par exemple lorsque son mari était en montagne. Une photo d’elle lors d’une course hivernale montre qu’elle aimait aussi le monde de la montagne.

Sur la photo de l’inauguration de la Guggihütte en 1910, on voit au premier rang une femme élégamment vêtue et armée d’un piolet. Etait-ce Hermine? Sa petite-fille n’a pu l’affirmer: Hermine Fiechter avait pu aussi bien confier le nécessaire de couture à son mari.

Feedback