Hugo Weber, du Paradis au Dhaulagiri

En décembre dernier, c’est à un grand bonhomme de l’alpinisme que la section Prévôtoise du CAS décernait le titre de membre d’honneur. C’est qu’il en a fait du chemin, Hugo Weber (81 ans), depuis ses premiers pas d’escalade sur les falaises du Paradis, dans le Jura bernois. Ses réalisations de la fin des années 1950 l’élevèrent au panthéon des meilleurs alpinistes de son époque. Avec notamment la cinquième ascension du Pilier Bonatti aux Drus en 1958 et l’ouverture d’une voie sur la face nord de la Cima Ovest di Lavaredo en 1959, le grimpeur jurassien s’ouvrait les portes de l’Himalaya. Remarqué par Max Eiselin, qui préparait une expédition au Dhaulagiri (8167 m), il participa en 1960 à la première ­ascension du 7e sommet de la planète. Avec le Genevois ­Michel Vaucher, il était de la seconde cordée victorieuse (voir «Les Alpes» 5/2010).

Feedback