Ingestion de liquide en course (1re partie) | Club Alpin Suisse CAS

Ingestion de liquide en course (1re partie)

Que l' alpinisme soit une activité complexe, personne ne peut en douter. Technique d' entraîne, psychologie, météorologie, physiologie ou médecine, on y touche à nombre de domaines différents... L' absorption de liquides et l' apport de substances minérales, traitées dans cet article, relèvent en particulier du domaine médical. On sait que certains déficits du bilan hydrique et minéral du corps humain amoindrissent les performances et peuvent aussi engendrer de sérieuses atteintes à la santé. Dans un premier article. Peter Schüren, médecin, examine ce que sont les substances minérales, ainsi que leur répartition et leur rôle dans l' organisme. Dans une seconde partie, il présentera les conséquences pratiques ( boissons, quantités, etc. ) en l' état actuel de nos connaissances.

Introduction Même si l'on a déjà parlé de ce sujet dans des numéros précédents ( voir Les Alpes 9/87 et 9/93 ), Tinges- Les gourdes normales sont en principe adaptées à nos excursions en montagne « a.

Un déficit en liquide diminue les performances tion de liquide durant les courses restera toujours un problème d' actua. De mauvaises habitudes difficiles à changer, des exemples à ne pas suivre ou des publications manquant de compétence dans certaines revues nous obligent à revenir sur d' impor connaissances physiologiques et médicales, dont le lecteur tirera de judicieux conseils concernant l' ab des liquides.

Un article déjà publié dans cette revue ( 9/93, p. 424 et suiv. ) met en évidence les rapports entre la perte de liquide et la température corporelle. En effet, celle-ci s' élève avec l' augmentation du déficit hydrique, effet qui ne se produit pas lorsque le corps doit lutter contre un refroidissement. Les personnes endurantes ou habituées à la chaleur transpirent plus abondamment que les autres, mais elles sont capables de mieux contrôler la hausse de leur température corporelle, ce qui leur permet de supporter plus facilement les pertes liquides par transpiration que les personnes non entraînées. La production de sueur dépend surtout de l' intensi de l' effort physique; en outre, la durée de l' effort augmente la production de transpiration. Cependant un certain nombre de facteurs environnants, tels que la température de l' air ou la vitesse du vent, jouent un rôle, de même que la façon dont on est habillé. Il convient d' attirer l' at sur le fait que les déficits liquides peuvent déclencher des claquages et des malaises ( coups de chaleur par exemple ), non seulement de manière directe mais aussi par le biais d' une élévation de la température corporelle. La première partie de cet article s' occupe du bilan des liquides et des sels minéraux du corps humain ainsi que de la température des boissons. On parlera dans un prochain numéro de ce qu' il faut boire et quand.

Répartition des plus importantes substances minérales ( electrolytes ) Notre corps contient deux sortes d' espaces remplis de liquide: le système intracellulaire et le système ex- tracellulaire. Le premier comprend tout ce qui se trouve à l' intérieur des cellules des tissus; muscles, cerveau, foie ou reins font partie de celui-ci. Quant au système extracellulaire, il correspond à tout ce qui remplit les espaces intercellulaires, réseau sanguin y compris. Le sang et les autres liquides extracellulaires se ressemblent grandement du point de vue de leur teneur en minéraux et en electrolytes. Mais les substances minérales les plus importantes sont réparties en quantités très différentes dans ces deux systèmes de liquides corporels. Le potassium et le magnésium sont les deux principaux electrolytes du liquide intracellulaire, tandis que le sodium et le chlore sont surtout présents dans l' autre.

Régénération des substances minérales ( electrolytes ) Les facteurs suivants déterminent la stratégie à adopter dans le remplacement des substances minérales utilisées pendant et après l' effort. Le travail cellulaire ( il s' agit surtout de Liquide résiduel [ml] 400- 300 200 Le bouillon est un bon apport en electrolytes 100 10 celui du tissu musculaire pendant une ascension ) exige une combustion immédiate des apports d' énergie. Durant cette phase, la cellule n' utilise aucune des matières constitutives dont les substances minérales font partie. En revanche, il faut assurer au mieux l' efficacité du transport des matières énergétiques par le réseau sanguin pendant toute la durée de l' effort.

Par la suite, la phase de repos et de récupération sert à la régénération de la totalité des electrolytes consommés. En principe, toutes les substances minérales se remplacent autant sous forme liquide que solide.

Outre les pertes en eau, l' effort prolongé, la température ambiante et la transpiration engendrent aussi d' appréciables pertes en sel de cuisine. Cette matière composée de sodium et de chlore constitue la source d' électrolytes la plus importante, voire la seule, pour le remplacement des substances minérales. Un déficit trop important en chlorure de sodium provoque des symptômes tels qu' épuisement, vertiges ou crampes musculaires. Une carence en sel dans la vie de tous les jours entraîne aussi de tels effets. Afin d' assurer une excursion sans incident, un apport régulier de sel est nécessaire et doit correspondre à la quantité de cette substance rejetée par la transpiration. Celle-ci varie entre 1 et 3 grammes par litre de sueur. Un entraînement insuffisant à l' endurance ou une mauvaise accoutumance à la chaleur, ainsi qu' une charge thermique élevée, peuvent conduire à des pertes non négligeables en sel. Pratiquement, cela signifie qu' il faut emporter avec soi une gourde remplie de bouillon ou une collation intermédiaire salée. Je déconseille vivement l' utilisation de tablettes de sel de cuisine en raison du danger de surdosage. C' est de loin la plus mauvaise solution pour pallier un manque de ce corps chimique. En outre, il est presque tout aussi erroné d' emporter avec soi de l' eau distillée. Il est beaucoup plus économique d' associer le remplacement du liquide manquant à un apport énergéti- masse Déficit en liquide g 750 ( ±130 ) 790 ( ±190 ) 1800 ( ±90 ) Augmentation du A min' 40 ( ±3 ) 57 ( ±6 ) 56 ( ±5 ) rythme cardiaque Température rectale °C 37,. " " .7 ( ±0,. " " .6 ) 37,. " " .9 ( ±0,. " " .1 ) 38,. " " .2 ( ±0,. " " .1 ) Perte totale de Na* par équivalent 136 ( ±13 ) 99 ( ±15 ) 83 ( ±13 ) la transpiration de masse Perte totale de CI " par équivalent 120 ( ±14 ) 91 ( ±16 ) 75 ( ±14 ) la transpiration de masse Effets de la température du liquide sur les réserves en liquide et en sel, sur la régulation de la température corporelle et la circulation sanguine.

Schüren, Peter: Flüssigkeitsaufnahme und Sport Perimed-Fachbuch-Verl.. " " .Ges., 1991. ( Beiträge zur Sportmedizin; Bd. 37 ) Rapport entre la température du liquide et la durée de son séjour dans l' esto, 15 minutes après l' absorption de 400 ml de liquide a. < A N6 Glucose = 139 mmol/l 203040 Température du liquide [°C] que et des substances minérales. En revanche, rien ne s' oppose à l' inges de neige fondue, si elle s' effectue simultanément à un apport d' électro sous forme de nourriture solide, d' eau ou de thé sucré, voire de bouillon.

Température des liquides absorbés La question de la température optimale des boissons constitue un chapitre particulier. De divers côtés nous parvient constamment le conseil de ne boire que des breuvages à température ambiante, voire à celle du corps! Mais les expériences réalisées révèlent une tout autre réalité: on obtient les meilleurs résultats avec une température de boisson comprise entre 5 et 6 degrés1. Les liquides assez frais seront plus rapidement évacués de l' estomac ( cf. graphique ci-dessus ) et permettront ainsi une meilleure réhydratation du corps. Outre l' abaissement de la température corporelle qu' ils occasionnent, ils épargnent aussi le système circulatoire en abaissant notamment la fréquence du rythme cardiaque ( cf. tableau ci-contre ). On peut dire, en résumé, que des gourdes normales sont en principe tout à fait adaptées à nos excursions en montagne. Il ne faut envisager la bouteille Thermos pour là conservation des boissons chaudes que si la lutte contre le froid doit jouer un rôle prioritaire.

Dr. Peter Schüret ), Muri ( BE ) ( trad. ) M 11l faut tenir compte du fait que la tolérance à l' ingestion de boissons froides sans ennuis gastriques ou intestinaux varie fortement d' un individu à l' autre.

Sécurité, médecine, sauvetage a.

Feedback