«J' ai réussi!» Stage de grimpe pour personnes mentalement handicapées

La montagne n' est pas très hospitalière pour les personnes mentalement handicapées. Pourtant, une fois la peur et les difficultés surmontées, le plaisir est immense. Bref aperçu d' un stage organisé par Insieme dans la vallée de la Sarine.

Andreas bavarde. Il raconte des histoires, donne des conseils, pose des questions et fait des gestes. Personne ne l' écoute, alors il se met à téléphoner... son poing à l' oreille en guise de portable. Il en va d' opérations fictives et d' hôpitaux. Il est assis tout au fond du car et, inlassablement, il raconte toujours les mêmes histoires avec en musique de fond des chansons populaires entraînantes. Des paysages verdoyants défilent derrière les fenêtres. Hirzel. Brünig. Le lac de Brienz avec une pause spaghettis. Les yeux d' Andreas pétillent de joie en vue de cette semaine pas comme les autres.

Cet été, s' est déroulée pour la 28 e fois la semaine de randonnée et de montagne pour personnes mentalement handicapées organisée par Insieme, une association de l' Oberland zurichois ( voir encadré ). Mis à part l' endroit qui était nouveau – la région de Gstaad dans l' Ober bernois – le reste n' a pas vraiment changé par rapport aux années précédentes. Sur les 31 participants et 16 accompagnateurs, la plupart étaient des habitués de cette semaine. « Les personnes mentalement handicapées doivent elles aussi pouvoir se réjouir de leurs vacances comme tout le monde, année après année », déclare la responsable du groupe Katharina Brühlmann. Faire de la randonnée, bien manger, se reposer et rire. Katharina pense que la convivialité et la complicité entre les personnes handicapées et les accompagnateurs en de- En route pour l' aventure: le moniteur Iso Giossi et Fredi Senn, un participant, sont impatients de commencer.

hors des tours en montagne jouent un rôle primordial pour le succès de ces stages. Le soir après la première randonnée – de Wispile au lac de Lauenen par le col de Chrinnen – Hans ueli raconte, un large sourire aux lèvres, à quel point il a apprécié de tremper ses pieds dans l' eau fraîche. Quelques jours plus tard, en « fouinant » derrière la station de téléphérique de la Videmanette, il trouvera un morceau de béton et un fragment de brique rouge et en sera transporté de joie. De son côté, Othmar décrit, à chaque inspiration, la pureté et la fraîcheur de l' air.

La plupart des participants n' arrivent pas bien loin, si ce n' est en téléphérique! Les différences de niveau dues au degré du handicap de chacun sont grandes. Certains parviennent tout juste à grimper jusqu' à la troisième dégaine d' une voie facile en moulinette, alors que d' autres se lancent dans du 5 c en tête. « Il y a quelques années, à Pontresina, le groupe de tête est même parvenu au sommet du Piz Palü », se souvient Ralf Weber. Ce fut l' un de ses exploits en montagne avec des personnes handicapées. Il s' empresse toutefois de préciser: « L' arête entre défi et surpassement est très étroite. » Il attache malgré tout une grande importance à la formation des participants. Ils doivent être capables de mettre leur baudrier, de faire les nœuds eux-mêmes et de s' assurer mutuellement. En falaise, pour des raisons de sécurité, les moniteurs assistent activement certains participants pour l' assurage, alors qu' ils se contentent de surveiller d' autres de loin. Pendant ce temps, le soleil tape sur la dalle de calcaire de la Wandflue, audessus de la vallée de la Sarine. Les cordes sont installées en moulinettes. Fredi aide une compagne à faire son nœud. Avec ses gros doigts, il fait glisser la corde dans l' anneau du baudrier. Il fait un nœud tout en grommelant. Fredi a mis son casque par-dessus son foulard noir, il est un peu de travers. Il appelle un moniteur. Le nœud n' est pas juste.

Les participants apprennent lentement, mais ils font tout de même des progrès. Pour Ralf Weber, la formation est la clé de l' intégration. Son objectif vise à ce que les personnes handicapées puissent participer également aux programmes adressés à tout un chacun. A cet effet, l' OJ du CAS Bachtel organise, par exemple, chaque année un stage d' esca où les grimpeurs d' Insieme sont également invités. Malgré les progrès incontestables, l' encadrement doit rester intensif. Les moniteurs grimpent souvent à côté des personnes handicapées afin de les aider à prendre leurs appuis ou à redescendre. Joana souffre d' épilepsie et a besoin d' une telle aide, car elle a régulièrement des crises, même lorsqu' elle grimpe. De plus, elle ne parvient pas toujours à sortir la corde de la dégaine, surtout quand le mousqueton inférieur s' est retourné.

L' idée de faire découvrir la nature aux participants autrement que lors de simples randonnées est venue au jeune moniteur qu' était Ralf Weber voilà quinze ans. « Je voulais partager ma passion pour l' alpinisme et l' escalade sportive. Les expériences que j' ai faites en montagne en tant que moniteur pour des personnes avec handicap mental m' ont motivé à faire le cours de guide », déclare Ralf aujourd'hui. Alors jeune guide de montagne, Ralf a lancé il y a douze ans un groupe de montagne, en plus du groupe de randonnée établi depuis bien longtemps déjà. Mais pourquoi vouloir grimper avec des gens qui ont du mal à monter des escaliers, du mal à se faire comprendre, du mal à surmonter leur peur? Tout est dans l' encouragement réciproque. « Allez, tu vas y arriver! » se crient les participants les uns aux autres. La confiance en soi naît au moment où l'on parvient à surmonter sa peur. Ralf relève deux autres aspects positifs de la grimpe: « Les personnes handicapées découvrent une nouvelle dimension, la hauteur. Et puis, elles apprennent le sens de l' équilibre et la coordination. » La joie et le sourire sur les visages étant le couronnement de chaque journée de stage.

En milieu de semaine, une sortie sur le glacier est au programme. Les participants les plus forts entreprennent l' ascen du sommet des Diablerets depuis la station de téléphérique. Deux cordées progressent dans la neige. Hansueli patine. Il fait deux pas en avant et un en arrière. Au sommet, la joie est immense, même si le soleil n' est pas au rendez-vous. « J' ai réussi! » s' exclame Hansueli, content de lui. Au bout des premiers jours de stage déjà, même les moins téméraires s' épa. Les personnalités se dévoilent dans ce nouvel environnement. Mais sur le chemin du retour, les émotions s' ame. Fredi joue aux cartes avec une accompagnatrice. En musique de fond, des chants folkloriques. Et AndreasIl bavarde. « Il faut opérer à l' hôpital », dit-il. a Ueli Frey, Uster 1 ( trad. ) 1 L' auteur a succombé ce printemps avec ses camarades de cordée dans la descente de l' Eiger, après l' ascension réussie de la paroi nord.

Insieme

L'organisation d' entraide de parents Insieme a été fondée en 1960. Elle dénombre aujourd'hui environ 9000 membres actifs (parents, proches et professionnels), ainsi que près de 30 000 amis et sympathisants engagés dans 60 associations régionales. Insieme est une plateforme de prestations et d' informations pour les 50 000 personnes mentalement handicapées qui vivent en Suisse, elle est financée principalement par des dons. www.insieme.ch

Feedback