L’influence des sacs à dos airbag Avalanches: la propension au risque avec un sac airbag

En savoir plus

Randonnée et glisse au Piet Course à raquettes au Hoch-Ybrig

En savoir plus

Revue actuelle 2020/02

Nouveautés par rubrique

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La limite des arbres

Le foehn va tomber. Il est 17 h passées. Un jeune Allemand avec des dreads, un pantalon court et des baskets se tient devant la cabane. Il est accompagné d’une jeune Thaïlandaise qui parle anglais. Ils partagent une bière et une cigarette roulée. Relax, il raconte fièrement qu’ils vont bivouaquer. Il ne sait pas encore bien où ni comment. Quelque part avant la Panixerpasshütte. De sa main, il indique la direction de la cabane – à l’opposé d’où elle se trouve. Je l’informe de la direction, du chemin et de la distance approximative. Quelques minutes plus tard, il me demande quel est le 3000 le plus proche, vu qu’ils ont encore un peu de temps pour une ascension. J’essaie de lui ôter de la tête l’idée de gravir le Bifertenstock. Avec succès. L’heure tourne. Un peu après 18 h, il veut formellement savoir où se trouve le 3000 le plus proche. Il croit savoir qu’il y en a dans le canton du Valais. Je lui explique qu’il y a bien quelque 1100 sommets de plus de 3000 mètres, et que le canton du Valais n’est pas vraiment la porte d’à côté. Il trouve ça «chill», «cool» et «relax». Moi aussi. Les deux jeunes gens se mettent en route et montent l’escalier en direction du panneau indicateur. 15 mètres plus haut, il regarde en arrière et veut savoir où se trouve ce Panixerpass. Je lui montre le panneau indicateur devant eux. Il me remercie. 5 mètres plus loin, il se retourne de nouveau et demande, encore un peu plus relax qu’avant, s’ils trouveront assez de bois à ramasser. Sur le chemin. En direction de la Panixerpasshütte. Pour faire du feu. Parce qu’il a oublié son réchaud. Je lui indique que non. Il sourit. Elle sourit. Je souris.

Le sourire aux lèvres, je rentre dans la cabane et remets un peu de bois au feu. A 2714 mètres d’altitude – relax.

Histoires de cabane

Jusqu’à l’été passé, Maurice Caviezel était le gardien de la Kistenpasshütte (2714 m), sur les hauts du Limmerensee. Pendant une année, il nous raconte des anecdotes telles qu’on en vit dans toutes les cabanes.

La montagne de Valott Dessin humoristique

La rédaction vous recommande

Prévisions météo à l’ère 2.0
Prévisions météo à l’ère 2.0

Prévisions météo à l’ère 2.0

Pour réussir une course en montagne, il est essentiel de disposer de prévisions météo fiables. Grâce aux smartphones et aux applis, le bulletin est toujours à portée de main. Il existe d’innombrables applis météo de divers fournisseurs, à différents prix. Mais quelle est la meilleure?
Lire l'article
La grimpe en mode braconniers
La grimpe en mode braconniers

La grimpe en mode braconniers

Les parois de la Marchande dominent le village des Diablerets sur près de 1 kilomètre. Encore peu connues, ces falaises n’avaient pas échappé aux braconniers qui y avaient «ouvert une voie» il y a plus d’un siècle.
Lire l'article
En randonnée après un infarctus
En randonnée après un infarctus

En randonnée après un infarctus

Une quarantaine de patients des hôpitaux romands, victimes d’un infarctus quelques mois auparavant ont relié Sainte-Croix à Saint-Cergue. But: se prouver à eux-mêmes et aux autres ce qu’ils sont capables d’accomplir.
Lire l'article

En savoir plus sur «Les Alpes»

FAQ
FAQ

FAQ

En savoir plus
Feedback