La meilleure saison de l'équipe nationale d'escalade. Retour sur les compétitions du 2e semestre 2004 | Club Alpin Suisse CAS

La meilleure saison de l'équipe nationale d'escalade. Retour sur les compétitions du 2e semestre 2004

Retour sur les compétitions du 2 e semestre 2004

La meilleure saison de l' équipe nationale d' escalade

Un troisième rang final pour Alexandra Eyer en Coupe du monde, assorti de la meilleure saison de l' équipe nationale d' escalade à ce jour, c' est dire si nos grimpeurs ont atteint des sommets cette année!

Une compétition d' escalade de bloc Adultes à la mi-décembre à Schaffhouse, une épreuve de la Coupe du monde Elite et enfin la Coupe d' Europe Cadets et Juniors à Kranj ( Slovénie ) ont mis un terme à une saison d' escalade très réussie pour les grimpeurs suisses.

Alexandra Eyer, victoire en Coupe du monde et numéro 3

Alexandra Eyer a réalisé toute une série de performances remarquables, d' abord à Chamonix, où pour la première fois elle a pris place sur un podium en Coupe du monde, puis aux Masters de Serre-Chevalier et d' Arco. La Suissesse a terminé la saison par une magnifique victoire en Coupe du monde à Brno ( République tchèque ) et un troisième rang tout aussi prestigieux en finale de la Coupe du monde 2004, juste derrière son modèle, la Belge Muriel Sarkany. Qualifiée sept fois sur neuf pour les finales de Coupe du monde dans la discipline difficulté, Alexandra est montée trois fois sur le podium. Elle a donc fait preuve d' une belle régularité sur les parois d' escalade très variées des différentes épreuves. Si cette jeune athlète a pareillement progressé, c' est d' une part parce qu' elle a acquis les capacités techniques nécessaires au cours des années, et d' autre part parce qu' elle a beaucoup amélioré son mental, ce qui lui a permis de maîtriser les situations complexes qui se présentent en compétition. Les autres facteurs de ce succès sont l' entretien de sa condition physique et l' attitude digne d' une professionnelle qu' elle adopte pour créer son environnement personnel. Alexandra Eyer a toujours impressionné par sa façon de grimper et elle est devenue aujourd'hui un modèle pour de nombreuses jeunes grimpeuses. A ses succès sportifs s' ajoute un véritable charisme. On doit à cette championne extrêmement sympathique d' avoir contribué à éveiller l' intérêt d' un large public pour l' escalade sportive.

Victoire acquise ou presque pour Matthias Müller et Cédric Lachat

Si Alexandra a décroché la première place, Matthias Müller l' a manquée de peu. En effet, il s' est hissé jusqu' au deuxième rang de l' élite mondiale des grimpeurs de bloc à Bardonecchia ( Italie ). Il manquait très peu de chose pour qu' un Suisse monte sur la première marche du podium d' une grande compétition internationale d' escalade de bloc. Alexandra Eyer a terminé la saison 2004 avec un troisième rang final à la Coupe du monde. On la voit ici à la compétition de Shanghai C' est à Brno, en République tchèque, qu' Alexandra Eyer ( au centre ) a obtenu son meilleur résultat: première d' une épreuve de Coupe du monde. Avec elle sur le podium: Olha Shalahina, Ukraine ( à gauche ) et Maja Vidmar, Slovénie ( à droite ) Photo: L ukas Iseli Photo: Urs Schönenber ger Mais sans se laisser démonter, Matthias a continué et deux semaines plus tard, il a réussi un grand coup. Sa première participation aux prestigieux Masters traditionnels d' Arco a été couronnée par la victoire. Après Susi Good et Elie Chevieux, un troisième Suisse a ainsi pris place parmi les grands de l' escalade. Matthias a terminé la saison par un beau sixième rang final en Coupe du monde, après s' être classé 12 e à Houzou ( Chine ). Cédric Lachat a quant à lui brillamment commencé la saison: il a amélioré ses précédents records en prenant place sur le podium des deux premières épreuves de Coupe du monde. A Puurs ( Belgique ), il a manqué de peu, avec sa deuxième place, une première victoire en Coupe du monde. Mais la suite de la saison a été difficile pour Cédric, très sollicité par la fin de son apprentissage et le début de sa carrière professionnelle. En l' absence d' autres bons classements, et les espoirs de grandes performances semblant peu réalistes, il avait projeté de faire une pause. C' est à ce moment qu' il a été victime d' un accident de voiture et a dû arrêter temporairement l' escalade pour cause de blessure. Il ne pourra reprendre son entraînement qu' en février 2005 au plus tôt.

Christina Schmid et Daniel Winkler assurent la relève

Christina Schmid, 15 ans, a déjà gagné une médaille au CM à Edimbourg pour sa deuxième saison internationale, alors que la concurrence était extrêmement forte. Elle y a en effet été sacrée vice-championne du monde. Elle a brillé aussi dans les épreuves de Coupe d' Europe, remportant la victoire à Genève et prenant le 3 e rang au classement final. Le Fribourgeois Daniel Winkler fait partie de la génération des grimpeurs qui se hissent au plus haut niveau non seulement chez les Juniors – 5 e aux Championnats du monde, 2 e du classement final de la Coupe d' Europe – mais aussi en Elite. Au plan national, en l' absence de Cédric Lachat, il s' est assuré d' une manière souveraine le titre de champion suisse en difficulté. En Coupe du monde, il est arrivé en demi-finale à chacune de ses six participations, ce qui lui a valu le 29 e rang du classement final. Mais le point culminant de la saison reste pour lui indubitablement sa place en finale aux Championnats d' Europe Elite en Italie 1.

Un intérêt croissant pour l' escalade sportive

Ces résultats s' inscrivent dans le boom actuel de l' escalade sportive. Bien structurée, soutenue par une association forte, elle progresse partout. A l' école, l' escalade est plus populaire que jamais, les cours de moniteurs sont pleins et doivent être dédoublés; les compétitions régionales attirent 200 participants et se heurtent à des limites logistiques; enfin, il ne reste guère de date libre dans le calendrier des compétitions 2005. Dans les médias, l' escalade libre est désormais reconnue comme un sport à part entière et cette promotion a des effets positifs sur la collaboration avec nos partenaires, c'est-à-dire Ford pour la série de compétitions nationales et The North Face pour l' équipe nationale. Tous deux sont intéressés à poursuivre la stratégie engagée et contribueront encore l' année prochaine à donner une image positive de notre équipe nationale et des manifestations qui se déroulent en Suisse. a Hanspeter Sigrist, responsable Sports de compétition, escalade sportive ( trad. ) 1 Voir le classement sur Internet à l' adresse http:// www.digitalROCK.de/sa_calendar.php et la revue de presse avec les résultats des concurrents suisses sous http://www.sac-cas.ch à la rubrique Sport/Es-calade sportive/Informations/Communiqués de presse.

Daniel Winkler s' est classé deuxième en finale de la Coupe d' Europe Juniors; il est aussi devenu champion suisse Elite Matthias Müller est en bonne voie: il a pris la tête du Rockmaster à Arco ( Italie ) Matthias Müller a obtenu un bon résultat au plan international. Il s' est classé quatrième aux Championnats d' Europe de Lecco ( Italie ) Photo: Karsten Borowka Photo: Felix Frey Photo: Urs Schönenber ger

Montagnes et environnement

Montagne e ambiente

Berge und Umwelt

Vers une nouvelle politique régionale

Les régions de montagne à la croisée des chemins?

En tant qu' adeptes des sports de montagne, nous profitons de l' in et des services des régions de montagne où nous jouissons d' un paysage attrayant. Mais pour combien de temps encore? En tant que citoyens, sommes-nous prêts à relever certains défis et à nous engager en faveur des régions de montagne, c'est-à-dire de la politique régionale?

Des cars postaux qui desservent qu' aux derniers villages de notre pays, des routes goudronnées jusqu' au fond des vallées les plus éloignées, une infrastructure communale bien développée avec des écoles, des salles de gymnastique, etc. C' est ainsi que nos régions de montagne pourraient apparaître au premier regard. Il est vrai qu' au cours de ces 30 dernières années des améliorations considérables ont été réalisées précisément dans les infrastructures mentionnées, ce qui a permis de combler partiellement l' énorme retard dont souffrait le développement des régions de montagne. Mais les apparences sont trompeuses. Ces routes ont souvent été aménagées lors de la construction des usines électriques et elles devraient, pour une large part, être rénovées de toute urgence. Cela cause des problèmes insurmontables aux cantons de montagne, dont les finances sont dans une situation plutôt précaire.

Recherche emplois intéressants

Mais ce n' est qu' une facette du problème. Les infrastructures sont une composante importante de l' attractivité des sites de nos montagnes. Toutefois, elles ne suffisent pas à offrir des possibilités de développement économique à la population. Pour cela, il faut des postes de travail intéressants et modernes. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les régions de montagne ont franchi le pas et sont passées d' une société agricole à une société de services. Certaines régions, comme l' arc jurassien, se sont même engagées sur la voie industrielle. Cela montre bien qu' il n' existe pas de zone de montagne typique. Ce qui est commun aux 54 régions de montagne de Suisse, c' est qu' elles sont souvent dépendantes d' un petit nombre de secteurs d' activités tels que le tourisme, l' agriculture ou la construction. Ces domaines sont très sensibles aux crises. L' innovation et la commercialisation de nouvelles offres au sein des structures existantes sont indispensables, de même qu' une collaboration très intense entre les différentes branches. Mais les régions de montagne doivent aussi diversifier le plus rapidement possible leur structure économique, car elles aussi sont exposées à la concurrence. Leurs points forts, notamment une d' œuvre qualifiée et motivée, se heurtent à des obstacles structurels tels que la petite taille des marchés et les longues distances de transport. Pour faire face à ces défis, elles ont besoin d' un soutien de l' Etat. La politique régionale doit ainsi permettre aux régions défavorisées d' exploiter leur potentiel tout en leur ouvrant des perspec- Jusqu' à maintenant, la politique des régions de montagne consistait principalement à investir dans les infrastructures. Station du Riederhorn Le développement socio-écono-mique dans les régions de montagne ne laisse pas le CAS indifférent, car il a une influence sur les sports de montagne mais aussi sur la nature et sur le paysage. Riederalp/VS Photos: ar chiv es Jür g Mey er tives à long terme en tant que lieu de vie et espace économique.

De l' ancienne à la nouvelle politique régionale

Jusqu' à présent, la politique régionale se concentrait à juste titre sur les retards pris par les aménagements. A l' avenir, l' infrastructure devra aussi être rénovée et adaptée aux besoins des indigènes et de leurs hôtes. Mais il faudra en outre développer fortement la compétitivité économique. Pour unir ces deux objectifs, une nouvelle loi-cadre s' avère nécessaire dans le domaine de la politique régionale. En 2004, le Conseil fédéral a proposé une telle loi, mais elle mettait trop l' accent sur les aspects économiques. Dans sa nouvelle version, elle devra également prendre en compte les composantes sociales et environnementales. Le but, c' est une politique intégrée pour l' espace rural au niveau suisse car, contrairement à celle de l' Union européenne, la politique régionale helvétique est très mal dotée.

La nouvelle politique régionale

La Suisse dispose d' une politique régionale depuis l' élaboration de la loi fédérale sur l' aide aux investissements dans les régions de montagne en 1974. S' y sont ajoutés la loi fédérale encourageant l' octroi de cautionnements dans les régions de montagne, l' arrêté Bonny et l' arrêté fédéral Regio Plus. Les fonds à disposition s' élèvent à environ 70 millions par an. La nouvelle politique régionale doit regrouper les instruments existants en une seule loi fédérale. En même temps et sur proposition de la Confédération, le domaine d' application doit s' étendre à toute la Suisse et englober ainsi la politique des agglomérations. La nouvelle politique régionale doit faire volte-face et cesser de soutenir les infrastructures pour encourager la compétitivité. Lors de la consultation réalisée en été 2004, ces propositions se sont heurtées à de violentes critiques et font actuellement l' objet d' une révision. a Thomas Egger, directeur du Groupement suisse pour les régions de montagne SAB ( trad. ) Qu' est que l' avenir réserve aux vallées de montagne telles que le Lötschental? Il ne suffit pas d' investir dans les infrastructures Jusqu' à présent, une poignée d' instruments politiques d' encou au développement était à disposition. Avec la nouvelle politique régionale, les priorités devraient être redéfinies Paysages culturels et sauvages de haute montagne côte à côte – la marque distinctive des Alpes. Pour combien de temps encore? Grange au-dessus de Grindelwald Quelques chiffres relatifs à la promotion des régions de montagne En Suisse, les régions de montagne représentent les deux tiers de la surface du pays et abritent un quart de la population. Depuis 1974, la loi sur l' aide aux investissements a permis l' octroi de prêts remboursables pour un montant de 2,9 milliards de francs. Ces subventions fédérales ont contribué à la réalisation de 8363 projets d' un coût total de 19,. " " .1 milliards. Par le biais de la loi fédérale encourageant l' octroi de cautionnements dans les régions de montagne, des cautionnements d' une valeur de près de 12 millions de francs sont accordés chaque année. Les dépenses au titre de l' arrêté fédéral en faveur des zones économiques en re-déploiement ( arrêté Bonny ) varient fortement d' une année à l' autre. En moyenne, les contributions au service de l' intérêt s' élèvent à environ 2 millions de francs et les cautionnements à environ 25 millions. L' arrêté fédéral Regio Plus a pour but de promouvoir la coopération intersectorielle. Pour ce faire, un montant de 70 millions de francs est prévu pour la période 1997–2007.

Feedback