La section Jaman a fêté ses 125 ans

La section Jaman a fêté ses 125 ans

Une équipée un peu folle

Pour ses 125 ans, la section Jaman a réalisé un vieux rêve: un groupe de clubistes a rallié à pied les cabanes et chalets de leur section, lors d' une course de deux semaines les menant de Vevey à la Dent-Blanche.

La section Jaman, fondée en 1876, a organisé un bouquet d' activités pour commémorer ses 125 ans. Le point culminant du programme était la clubistique de deux semaines, permettant à une quinzaine de membres de parcourir les chemins menant de Vevey – siège de la section – au sommet de la Dent-Blanche. La petite troupe, partie le 16 juillet, a rejoint le chalet du Grillet, propriété de la section, avant de se diriger vers la cabane Jaman. Elle a ensuite traversé monts et vaux pour rejoindre Les Diablerets, puis grimpé en compagnie des chamois au refuge de Pierredar, avant de poursuivre jusqu' à la cabane de Prarochet par le glacier de Prapioz, le sommet des Diablerets et la Tour St-Martin. Au matin, les clubistes se sont réveillés sous une tempête de neige. Une heure plus tard, ils transpiraient à grosses gouttes dans le car postal les emmenant à travers Sion. Arrivés à Siviez, les clubistes ont rejoint la cabane du Mont-Fort, qui appartient également à la section. Il leur a encore fallu quatre étapes – ascension de la Rosablanche, traversée sur La Barmaz, le Pas du Chat et la cabane des Dix, montée au Pigne d' Arolla, passage du col de l' Evêque et remontée sur la cabane Bertol – avant d' atteindre la cabane de la Dent-Blanche. Au dixième jour, c' est enfin la récompense, l' escalade de la « monstrueuse coquette », comme la surnom-mait Maupassant. Cinq cordées en fou-leront le sommet encore bien enneigé. Le lendemain, les uns rallieront le bivouac du col de la Dent-Blanche, édifié en 1976 par la section Jaman, tandis que les autres descendront à Ferpècle. Tout ce petit monde s' est finalement retrouvé à la cabane de Moiry pour la dernière soirée de cette équipée un peu folle, mais tellement gratifiante. a

Françoise Cork-Levet, Monts-de-Corsier

Feedback