Laissons le natel dans le sac! | Club Alpin Suisse CAS

Laissons le natel dans le sac!

Faites-vous partie des 43% de la population suisse qui donnent régulièrement à leurs amis et abonnés sur Instagram un aperçu de ce qu’ils vivent? Si oui, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous partagiez ce selfie pris au sommet, ce cliché devant la cabane ou cette photo d’une assiette joliment arrangée? Sont-ils des souvenirs ou des preuves?

J’ai récemment lu une phrase qui m’a interpellée: «Comme c’est tragique de passer à côté d’un instant juste parce qu’on essaie de l’immortaliser.» Certes, j’aime moi aussi prendre des photos – et les partager. En même temps, le temps que l’on passe à regarder la réalité à travers un objectif ou un écran me fait réfléchir. La photographie numérique et les appareils photo intégrés aux téléphones ont profondément modifié la vie d’Homo digitalis. Le temps où l’on se servait de pellicules photographiques et où l’on était limité à 24 ou à 36 poses à choisir avec soin est révolu.

Instagram nous permet d’assister au bonheur que vivent les autres, même si, souvent, ce n’est qu’une réalité déformée ou la moitié de la vérité qu’on voit. Notre campagne de sensibilisation, #vanlife: le camping sauvage en plein essor (p. 16 s.), porte sur cette problématique et met en avant que poster sans arrêt des photos et partager des informations sur les réseaux sociaux n’est pas sans conséquences.

Lors de notre prochaine course en montagne, laissons donc notre téléphone dans le sac – c’est quand même plus sympa d’avoir la tête plutôt que la carte mémoire pleine de souvenirs, non?

Feedback