L’appel de l’extérieur

L’écrivain soleurois Peter Bichsel a déclaré un jour dans une interview: «C’est sûr, le sport, ce n’est pas bon pour la santé.» Il était question du sens et des avantages du sport. En affirmant cela, Peter Bichsel se voulait bien sûr un peu provocant. On se souvient de ces vieilles photos dans les journaux qui le montrent lors de la fête de la lutte, à un match de football ou en randonnée avec l’ancien conseiller fédéral Willi Ritschard, pour qui il a œuvré comme conseiller personnel pendant sept ans. Bichsel aime le sport, il l’adore.

Pour parodier Peter Bichsel, on pourrait s’adonner au farniente. L’été arrive, et le programme du week-end s’annonce fabuleusement agréable: paresser au soleil, griller des cervelas, jouer au badminton. Ensuite, s’offrir un verre de vin, un épisode des Experts, s’assoupir dans la tiédeur de la nuit.

Si vous ne tenez plus en place en lisant ces lignes, il n’y a pas de souci à se faire. Vous êtes peut-être simplement quelqu’un qui aime bouger, et ceux qui aiment bouger ne peuvent s’en empêcher: il leur faut sortir, ils veulent transpirer et s’aérer la tête. C’est peut-être justement pour cela, chers membres du CAS, que vous vous êtes affiliés, par amour du sport et de la nature. Que vous soyez une alpiniste aguerrie ou un randonneur contemplatif, vous trouverez dans «Les Alpes» quelque chose à vous mettre sous la dent. Au début de l’été, nous vous proposons une fois de plus une sélection de sujets variés: une randonnée dans le florissant val Ferret (p. 6 ss.), l’ascension de l’imposant Rottalgrat croqué par notre auteur Bernd Jung (p. 24, avec de magnifiques images de Ralf Gantzhorn), ou encore un intéressant nouveau procédé pour traiter les eaux usées en cabane (p. 36)

Et Peter Bichsel, que pourrait-il bien dire de tout cela? Peut-être: «C’est sûr, le CAS, c’est bon pour la santé.»

Feedback