Le bon chemin

Ernst Siegenthaler, Bienne

Je vois distinctement les traces de ski de mes camarades dans la neige profonde. Ils sont montés dans la journée par le Val Tuors à la cabane Kesch ( 2632 m ), d' où ils traverseront les Alpes au sud de la Suvretta jusqu' à l' Ötztal, en une semaine. J' avais prévu de rejoindre le groupe demain, mais il fait si beau que j' ai envie de monter déjà ce soir, bien qu' il soit près de 18 h. Je suis en grande forme et le beau temps laisse présager une course agréable.

Je dépasse Bergün et je colle mes peaux de phoque. Le soleil couchant m' accom encore un bout de chemin. Mes camarades doivent être arrivés à la cabane, je suppose qu' ils sont assis devant une bonne assiette de soupe. Je vais à belle allure et je glisse comme par enchantement dans le paysage enneigé. Tout au fond de la vallée, je passe devant un chalet d' alpage, puis devant un groupe de chalets, avant d' attaquer la pente raide. Quel calme! Je suis complètement seul, envahi d' un sentiment de bonheur indicible. Je n' ai plus mal aux pieds ni aux épaules, car je me suis habitué aux chaussures de ski et au poids du sac. Le temps est dégagé et il fera sûrement clair pendant longtemps encore. La cime des montagnes se colore de rouge sur le fond du ciel. Elle s' orne de légers drapeaux de neige. Ceux-ci devraient me faire réfléchir, mais en ce moment, je n' y prête pas attention.

Je suis heureux de pouvoir marcher à mon propre rythme. Cependant, je dois ménager mes forces car j' en ai pour plusieurs heures. On avance plus sûrement sur une grande distance quand le chef du groupe adopte le bon rythme et que tous avancent en harmonie avec lui. Ce rythme régulier est très important. En course, je suis parfois gêné lorsque je m' arrête pour mettre en place la cale de montée de ma fixation et que le camarade qui me suit lâche un juron parce qu' il doit ralentir durant quelques secondes. Mais ce soir, je suis seul et rien ne peut rompre mon rythme. Je traverse une forêt de pins; les traces profondes dans la poudreuse me montrent le chemin. Les trous laissés par les bâtons de ski sont bien ceux d' un groupe, je suis sûr d' être sur le chemin de la cabane.

Ascension solitaire ( région Grialetsch-Kesch ) Au-dessus de la limite des arbres, un tableau tout différent s' offre à moi. Les contours des collines et des montagnes se fondent avec le ciel, ou plutôt avec un extraordinaire océan d' étoiles. Je me sens comme sur le toit du monde et je n' en finis pas de m' émerveiller. Cependant, je n' ai guère le temps de m' arrêter. Il fait nettement plus froid, mais grâce à l' effort que je fais, mon corps reste chaud. Pour me repérer, je fixe trois étoiles très bas sur l' horizon dans la direction où je dois aller. L' une d' elles est plus jaune que les autres; elle se situe d' après mon estimation à une ou deux heures de marche. Ce doit être la cabane, où une lampe brûle encore!

Autant en emporte le vent Je suis tiré brutalement de ma rêverie par l' absence des traces devant moi. Je retourne sur mes pas et scrute le terrain à la lumière de ma lampe de poche. Le vent siffle à mes oreilles et je me rends compte soudain combien ma situation est grave. Pas trace de traces... le vent les a effacées. Je continue d' avancer dans la direction de mon étoile jaune, et je retrouve heureusement le chemin. Il n' est plus aussi visible, pourtant je me sens à nouveau en sécurité.

Mais le vent glacial fait lentement disparaître la trace qui devait me conduire au but. J' observe attentivement chaque accident de terrain. Dans de telles situations, le sens du toucher, si développé chez les aveugles, peut nous venir en aide. Je sens que je suis sur le bon chemin car lorsque je m' en écarte, les skis enfoncent davantage. Cette progression presque à tâtons dans l' obscurité prend beaucoup de temps, mais finalement j' avance assez bien, jusqu' au moment où la neige est partout également profonde et molle. Je repère à la lumière de ma lampe une série de petites dépressions dans la neige, à peine visibles: ce sont les trous des bâtons de ski. J' étudie toutes les inégalités du sol avec ma lampe. Hélas sa luminosité a déjà bien diminué. Va-t-elle tenir le coup jusqu' à la cabane? Là, une tache noire rectangulaire, ce doit être le refuge. Je continue d' avancer, et ce mirage se reproduit plusieurs fois. N' ai pas entendu des voix? D' après ma montre, je devrais être tout près du but. J' appelle à la cantonade et j' écoute. Les « voix » que j' entendais ressemblent à la musique d' un orgue.

Incertitude Pour calmer mon pouls et pour mieux entendre, je reste immobile un moment. Je réfléchis à ma situation. En moi vibre toujours le bonheur d' être en communion avec la nature, sous un merveilleux ciel étoile et dans la musique du vent. Mais lentement, l' inquié pointe: survivrai-je à une nuit en plein air par —20°? Dois-je creuser un igloo avec ma pelle d' avalanche? La neige est si poudreuse que je n' en vois guère la possibilité. Je ferais mieux de continuer à marcher jusqu' à l' aube pour garder ma chaleur. Mais d' abord, il faut absolument que je change les piles de ma lampe de poche, et cela me paraît un problème insurmontable. Il est facile d' enlever les quatre petites piles cylindriques dans l' obscurité. Il est plus difficile d' en sortir quatre autres du sac et de les placer dans la lampe en mettant les pôles négatif et positif au bon endroit. Que faire si je n' y arrive pas? Je pourrais allumer une allumette, mais avec ce vent, l' entreprise est hasardeuse. Je prends conscience de la nécessité de rester fort si je ne veux pas qu' on puisse lire une annonce dans le journal la semaine prochaine: « ...dans ces montagnes qu' il aimait tant ». J' ai promis à ma famille, mes enfants et petits-enfants que lorsque je reviendrais nous ferions une belle fête d' anniversaire.

Un seul chemin est le bon Je dois avoir un ange gardien car ma lampe fonctionne de nouveau, et voilà que dans le cône de lumière, je retrouve au bout d' un moment une trace infime dans la neige soufflée. Je peux ainsi continuer mon chemin, même si je dois toujours chercher et tâtonner. Je crois voir la cabane devant moi à plusieurs reprises. Enfin, derrière une bosse apparaissent les contours d' un toit, et cette fois ce n' est pas un mirage. C' est bien la cabane, et je vois même de la lumière à une fenêtre. Les mots me manquent pour décrire ma joie. Je me fraie un passage dans de hautes congères et je vois à l' intérieur la tête frisée et la barbe de Willy, notre guide, assis à une table en compagnie de deux dames. Ils doivent croire à un fantôme! Mais très vite, ils m' ouvrent et j' entre par la fenêtre dans la cuisine bien chauffée. La gardienne de la cabane, Erika, et son amie Lisa sont montées exprès pour faire la cuisine à notre groupe ( qui dort déjà ).

Quelle chance d' être bien au chaud ici après les heures difficiles passées dans la nuit glaciale. Le regard de Willy trahit ce qu' il pense de mon « exploit ». Je suis conscient que je n' ai pas lieu d' être fier. C' est bien grâce à une puissance supérieure que mon aventure s' est si bien terminée. Un seul chemin était le bon.

( Traduit de l' allemand par Annelise Rigo ) 10 Tage gratis zur Ansicht *.

Die Autoren, Willi P. Burkhardt, Foto, und Franz Auf der Maur, Text, schufen mit diesem Band eine phantastische Bilddoku-mentation über die Schweizer Charakterberge und gleichzeitig eine einmalige Fundgrube aufschlussreicher Einzelheiten über diese Zauber-berge der Alpen, des Jura und des Mittellandes.

Für Wanderer sind die Routen zu den Gipfeln oder - wo diese für den Normaltouristen nicht erreichbar sind - die Wege zu den attraktivsten Aussichtspunkten beschrieben.

208 Seiten, mit 146 durchgehend farbigen Panorama- und Luftaufnahmen. Leinengebunden mit Schutzumschlag. 24x28,5 cm.

000 Ringier Buchverlag y

Auch im Buchhandel erhältlichy '

Fr. 78-

Subskriptionspreis

bis 30.04.93, später Fr.98- S 055 53 74 54 Fax 055 53 5181

der Schweiz

Nul Endroit Est Eloigne '

13 Encoche crampons E Colle! en cuirE Fabrication par Cassone HI Empeigne en amphibie H] Doublure en Cambrelle LU Sous-pied en Carbone El Doublute en cuir E Pointe00 Sous-pied amovible drainage, doublure en cuir et Cambrelle pour la partie antérieure. L' éperon in- Modèle conçu pour l' alpinisme extrêcliné facilite la position avancée amé-me et professionnel adopté par les guiliorant l' aplomb et le contact à la des alpins et les instructeurs nationaux,descente. Le rembourrage abondant et La forme fuselé et la construction asHHk* l' intersemelle en surent une extrême sensibilité pour laW wËL fibre de car-varappe.P**k kone as-Empeigne en Amphibie HS 12 avecÊÊÊÊÊÈÊÊË^^D grande imperméabilité et rapidité decervino Poids: 2450 g point,il Prix: Fr. " t-i9.- TREKKING, FREE CLIMBING, ALPINISMO, ALTA QUOTA, TELEMARK New Rock - Via Canevascini. 4 CH - 6900 LUGANO - S 091/57355"7 surent une parfaite isolation thermique. Semelle Stabeier avec profil ergonomique autonettoyant ainsi qu' un supplément intégral de vibro-amortisseur renforcé dans le talon. Indiqué spécialement pour crampons automatiques.

nessun luogo è lontano Wer viel wandert kennt es: das erhebende Gefühl, wenn der Aufstieg beendet ist und die Weite des Tales zu Fussen liegt. Und wenn später beim Abstieg mit jedem Schritt der Komfort eines guten Trekking-Schuhs noch deutlicher spürbar wird. Aber erst wer lange weit hinauf und steil bergab unterwegs ist, wird den gesamten Komfort des neuen Salomon Trekking Konzeptes erleben: Das Salomon S-Fit System, das den Fuss umhüllt und festhält, ohne die Bewegungsfreiheit einzuschränken. Weil die Freiheit grenzenlos erscheint, wenn Berg und Tal zu Fussen liegen.

Das Salomon S-Fit System. Optimaler Halt bei jeder Fuss-form durch ein geschmeidiges, luftdurchsetztes Netzgewebe das verhindert, dass die Zehen beim Abstieg gegen den vorderen Schuhrand gepresst werden. So kann der Vorfuss auf natürliche Weise abrollen. Salomon S-Fit: den entscheidenden Schritt voraus.

SALOMON

Wit nennen Ihnen gerne den spezialisierten Fachhändler in Ihrer Nähe. Solomon AG, Gasenried, 6370 Stans, Telefon 041-631100, Telefax 041-6140 66, Telex 862444 Sommaire 122 Pierre-Alain Treyvaud, Vevey Retour au Mont Blanc 130 Peter Donatsch, Mastrils GR Tant qu' il y aura des rêves...

138 Ruth Steinmann, Versam GR Cinq femmes dans le nord du Kara ko ram 151 Vincent von Kaenel, La Chaux-de-Fonds Para-trekking en Himalaya 162 Markus Gasser, Tenniken bl Indian Creek et Moses Tower Editeur Rédaction Club alpin suisse, Comité central; Helvetiaplatz 4, 3005 Berne, téléphone 031/433611, telefax 031/446063.

Couverture:

François Bonnet, Eplatures-Jaune 99, 2304 La Chaux-de-Fonds, téléphone 039/267364, telefax 039/266424 ( responsable des parties en langues française, italienne et romanche ).

Etienne Gross, Thorackerstrasse 3, 3074 Muri, téléphone 031/951 5787, telefax 031/951 1570 ( responsable de la partie en langue allemande ).

Conception graphique Gottschalk+Ash Int' l Layout Andreas Gossweiler, G + A Markus Lehmann, Staempfli + Cie SA Administration des annonces Künzler-Bachmann SA, Geltenwilenstr. 8a, case postale 926, 9001 St-Gall, téléphone 071/235555, telefax 071/23 67 45. Responsable: Albert Signer.

Impression et expédition Staempfli + Cie SA, case postale 8326, 3001 Berne, téléphone 031/276666, telefax031/276699, CCP30-169-8.

Parution Bulletin mensuel: dans la deuxième moitié du mois. Revue trimestrielle: dans la deuxième moitié du dernier mois du trimestre.

Quand la géologie dispose formes et couleurs pour le plaisir de l' oeil Photo: Vincent von Kaenel 121 170 Jean Sesiano, Genève Les montagnes Uinta ( Utah, usa ) 175 Margrit et Hans-Ruedi Kipfer, Köniz be Le Mont Kinabalu ( 4101 m ) Prix Abonnement ( pour les nonmembres ): Bulletin mensuel et cahier trimestriel ensemble ( pas d' abonne séparés ), par année: Suisse 42 fr., étranger 58fr.

Cahier trimestriel séparé, pour les membres du CAS: 7 fr., pour les non-membres: 10 fr. Bulletin mensuel séparé: 2 fr.

Indications générales Changements d' adresse au moyen de la formule des PTT 257.04.

Contenu: Les articles représentent l' opinion de leurs auteurs et n' engagent pas la responsabilité du CAS.

Reproduction: Tous droits réservés. Reproduction autorisée seulement avec l' indication de la source et l' approbation de la rédaction.

Articles adressés à la rédaction. La rédaction accepte volontiers les articles de tous genres et le matériel photographique, mais décline toute responsabilité à leur sujet.

L' acceptation ou le refus des articles ainsi que le moment et la forme de leur parution sont de la compétence de la rédaction.

Tirage attesté: 71 176 exemplaires.

Feedback